06 octobre 2019

Le jardin imaginaire d'Anaïs

La vie selon Anaïs.

- Vois-tu, Caniche, comme je te l'ai déjà expliqué, l'avantage de l'imaginaire, c'est qu'on y vit comme on veut. Ainsi, notre jardin imaginaire passera à la saison d'été dès que l'automne sera terminé !

- Pourquoi pas au printemps d'abord ? demande Caniche.

- Les chiens aiment-ils plus le printemps ? s'étonne-t-elle.

- Non, c'est juste parce que c'est normal que le printemps vienne avant l'été, répond Caniche.

- Alors si c'est normal, ça n'a pas sa place ici, s'exclame Anaïs.

- Mais pourquoi donc ? demande à nouveau le chien, perplexe.

- Parce que si tout était normal ici, nous ne nous parlerions pas, conclut Anaïs. Donc, on passera à l'été ! 

IMG_7874-1-3

IMG_7875-1

Passez un doux lundi :-)

♥♥♥


20 septembre 2019

Anaïs au Pays des Merveilles - 3 - Rêve et imagination / Anaïs in Wonderland - 3 - Dream and imagination

Anaïs et Caniche discutent en cheminant. Tout au moins, aujourd'hui, Anaïs discute (beaucoup), et Caniche écoute, répondant parfois, quand c'est nécessaire.

- Tu sais, Caniche, je crois que si on ne sait pas ce qu'il y au loin devant soi, on est libre d'imaginer qu'il y a ce qu'on veut. C'est surement moins décevant que la réalité, parce que je trouve que la réalité n'a pas beaucoup d'imagination. Qu'en penses-tu, Caniche ?

- Je crois que tu as raison, Anaïs, répond Caniche. La réalité est un monde bien ordinaire, alors il faut rêver et imaginer, c'est indispensable pour être heureux. Mais il faut aussi savoir se rappeler qu'on rêve ou qu'on imagine quelque chose, et bien faire la différence avec la réalité.

- Bien sur Caniche, tu as raison, il faut savoir quand on imagine et quand c'est vrai. Ainsi, ajoute-t-elle d'un air malicieux, si j'imaginais que je dors et que je rêve que je dors, il faudrait que je me rappelle que je n'aurai pas besoin de me réveiller deux fois avant de me lever !

- Ah c'est malin, répond Caniche en riant.

Je suis sure que vous pensez n'avoir jamais vu un caniche rire. Pourtant, ils le font. J'en ai eu deux moi-même, et je vous assure que je les ai souvent vu rire. Évidemment, ils ne rient pas comme nous, non, c'est sur ; mais ils ont une façon bien à eux de rire, la bouche ouverte et la langue pendante... regardez leurs yeux à ce moment là. vous les verrez pleins de rire.

Tout en parlant, Anaïs et Caniche suivent le chemin qui mènera "quelque part" si ils marchent assez longtemps (voir explication ICI), et les voici qui arrivent devant un chemin dont on ne voit pas la fin.

Anaïs and Poodle argue while walking. At least, Anaïs talks (a lot), and Poodle listens, answering sometimes, when it's necessary.
- You know, Poodle, I think that if we do not know what's far ahead of us, we are free to imagine that there is what we want. It's certainly less disappointing than reality, because I find that reality does not have much imagination. What do you think, Poodle?
- I think you're right, Anais, said Poodle. Reality is a very ordinary world, so you have to dream and imagine, it's essential to be happy. But we must also know how to remember that we dream or imagine something, and make the difference with reality.
- Of course Poodle, you're right, you have to know when you imagine and when it's true. So, she adds smiling, if I thought I was sleeping and dreaming that I was sleeping, I would have to remember that I would not need to wake up twice before getting up. !
- Oh, that's clever, laughs Poodle.
I'm sure you think you've never seen a poodle laugh. Yet they do it. I had two myself, and I assure you that I often saw them laughing. Of course, they do not laugh like us, no ; but they have a way of laughing with their mouths open and their tongues hanging ... look at their eyes at that moment. you will see them full of laughter.
While talking, Anaïs and Poodle follow the path that will lead "somewhere" if they walk long enough (see explanation HERE), and here they come in front of a path that we do not see the end.

IMG_6328-1

 - Regarde, s'exclame Anaïs, ici, c'est un peu sombre, alors j'aime rêver qu'il y a là-bas un château immense, plein de tours et de créneaux. Il est habité par une méchante reine qui a emprisonné une belle et douce princesse pour l'obliger à épouser son fils, laid et méchant, avec des verrues horribles sur le nez. Et je crois même que la princesse attend que son amoureux charmant aille la délivrer. 

- Look, exclaims Anais, here, it is a bit dark, so I like to dream that at the end of this path, there is a huge castle there, full of towers and battlements. He is inhabited by a wicked queen who has imprisoned a beautiful and sweet princess to force her to marry her son, ugly and mean, with horrible warts on his nose. And I even think that the princess is waiting for her charming lover to go and deliver her.

IMG_6329-1

 - Ou, reprend-elle après quelques minutes de réflexion,  peut être que je préfère imaginer que le chemin s'arrête là, et qu'au bout, il n'y a rien d'autre qu'une forêt merveilleuse où les animaux vivent en toute quiétude et en sécurité. Une forêt où les loups et les lapins cohabiteraient paisiblement avec les cerfs et écureuils, et s'entraideraient pour faire disparaitre dans les nuages les chasseurs qui s'approcheraient trop de l'orée de la forêt ; ils seraient emportés par une sorte de tornade, et paf, ils se retrouveraient assis chez eux, en ayant perdu leur fusil et leur fierté !

- Or, she continues after a few minutes of reflection, maybe I prefer to imagine that the path ends there, and that at the end, there is nothing but a wonderful forest where animals live in peace and security. A forest where wolves and rabbits would cohabit peacefully with deer and squirrels, and help one another to make disappear in the clouds the hunters who approach too much of the edge of the forest ; they would be swept away by a kind of tornado, and suddenly, then they would be sitting at home, having lost their rifles and their pride !

IMG_6340-1

 Un peu plus tard, nos deux amis arrivent devant un magnifique panorama.

- Et ici, derrière ces montagnes, continue Anaïs, n'est-ce pas agréable d'imaginer qu'il y a la mer immense, avec des dauphins qui sautent et caracolent dans les vagues, autour de magnifiques goélettes chargées d'or et de bijoux destinés à des souverains de pays lointains et inconnus. Avec des tempêtes énormes dans lesquelles les bateaux des pirates se perdent et s'abîment. Au bout de quelques instants, elle ajoute : bien sur les pirates survivraient, car je n'aime pas que les gens meurent ; et en reconnaissance de leur chance, ils deviendraient honnêtes !

A little later, our two friends arrive in front of a magnificent panorama.
- And here, behind these mountains, continues Anaïs, is not it nice to imagine that there is the immense sea, with dolphins jumping and prancing in the waves, around beautiful schooners loaded with gold and jewels destined for sovereigns of distant and unknown countries. With huge storms in which the pirate ships are lost and damaged. After a few moments, she adds: of course the pirates would survive, because I do not like people to die; and in recognition of their luck, they would become honest ! 

IMG_6251-1

Après cette longue promenade qui les a menés dans ces beaux décors, ils sont un peu fatigués et décident de rentrer se reposer.

Anaïs récupère vite. Comme il fait beau, elle décide de prendre son matériel de peinture et d'aller peindre au soleil. C'est qu'elle a un joli talent pour le dessin et le peinture.

Mais pour le moment, elle poursuit toujours son idée sur les rêves et l'imagination.

- Tu vois Caniche, c'est comme peindre un tableau du paysage qu'on a devant soi..............

After this long walk that led them in these beautiful scenery, they are a little tired and decide to return to rest.
Anaïs is recovering quickly. As the weather is fine, she decides to take her painting equipment and go paint in the sun. She has a pretty talent for drawing and painting.
But for now, she is still pursuing her idea about dreams and imagination.
- You see Poodle, it's like painting a picture of the landscape that we have before us ..............

IMG_6860-1-3

 ............ nous avons beau être en septembre, pourquoi le peindre avec l'allure d'une fin d'été, alors qu'on peut le peindre avec l'allure du printemps ? les oiseaux chantent en faisant leurs nids, les abeilles butinent dans les premières fleurs, et le vent chante une jolie mélodie en passant dans les arbres fleuris.

............ we may be in September, but, why paint it with the look of a late summer, while it can be painted with the look of spring ? the birds sing while making their nests, the bees forage in the first flowers, and the wind sings a pretty melody passing through the flowering trees.

IMG_6881-1

 - Il est joli ton tableau, lui dit Caniche. J'aime l'idée d'un éternel printemps, c'est plus agréable de l'imaginer que de se rappeler que bientôt je marcherai avec les 4 pattes dans la boue et la neige glacée !

- Et moi avec une cape qui ne m'empêchera pas d'avoir froid. Je me demande si imaginer qu'on est au printemps ou en été nous donnerait plus chaud. Après tout, tu avais bien dit qu'il suffisait de penser à quelque chose très fort pour que ça se réalise ! 

Anaïs range ses pinceaux et ses couleurs, puis tout à coup elle dit à Caniche en souriant : 

- J'ai hâte qu'on retourne tous les deux à "l'École du Vrai Savoir", et qu'on y retrouve Maitresse Oie ; elle nous apprend tant de choses, et surtout à les voir comme on devrait tous les voir : avec le coeur et l'imagination. 

Après cela, Anaïs et Caniche sont repartis se promener.

À suivre....

- It is pretty your painting, says Poodle. I like the idea of an eternal spring, it is more pleasant to imagine it than to remember that soon I will walk with all 4 paws in the mud and icy snow!
- And me with a cape that will not prevent me from being cold. I wonder if imagining that we are in the spring or in the summer would make us hotter. After all, you had said that it was enough to think of something very strong to make it happen !
Anaïs puts away her brushes and her colors, then suddenly she said to Poodle, smiling :
- I can not wait for both of us to return to the "School of True Knowledge", and we find Mrs Goose ; she teaches us so much things, and especially to see them as we should all see them : with the heart and the imagination.
After that, Anaïs and Poodle went out for a walk again.
To be continued....

Copyright ©Guyloup de Savigny-Lacoste 2019 - tous droits réservés
Copyright © Guyloup of Savigny-Lacoste 2019 - all rights reserved

06 septembre 2019

Anaïs au pays des merveilles - 2 - la grenouille géante - Anaïs in Wonderland - 2 - the giant frog

Anaïs se promenait un soir au bord de l'étang.

Et oui : un soir. Car Anaïs ne vit pas comme nous : elle n'a pas d'heure précise pour faire les choses. Si elle décide d'aller se promener au soleil couchant, elle le fait.

C'est que, voyez-vous, pour elle, il est l'heure d'aller se promener si elle a envie d'aller se promener, ou il est l'heure de s'asseoir et réfléchir si elle a envie de s'asseoir et de réfléchir. Si vous lui demandez "Anaïs, quelle heure est-il ?", elle vous répondra "C'est l'heure d'aller regarder les nuages passer" (uniquement si il y a des nuages ce jour là, sinon elle vous répondra autre chose, bien sur), ou "C'est l'heure d'observer les fourmis", parfois elle dira "C'est l'heure de grignoter un biscuit", ou encore "C'est l'heure de lire la fin de mon livre". Mais jamais elle ne vous répondra qu'il est l'heure de manger parce qu'il est midi, ou que c'est l'heure d'aller se coucher parce qu'il est 21 heures. Non, pour elle, c'est l'heure de faire quelque chose quand elle a envie de faire cette chose là ; c'est tout. Et c'est si logique. Selon la logique d'Anaïs, évidemment.

Donc, ce jour là, c'était l'heure d'aller se promener au bord de l'étang aux dernières lueurs du coleil couchant. Elle était, comme toujours, accompagnée de son ami Caniche.

Anais was walking one evening by the pond.

And yes: one evening. Because Anaïs does not live like us: she does not have a precise schedule to do things. If she decides to go for a walk at sunset, she does it.

You see, for her, it's time to go for a walk if she wants to go for a walk, or it's time to sit down and think if she wants to go sit down and think. If you ask her "Anaïs, what time is it?", She will say "It's time to go watch the clouds go by" (only if there are clouds that day, otherwise she will answer you other) thing, of course), or "It's time to observe the ants," sometimes she'll say "It's time to nibble a cookie," or "It's time to read the end from my book ". But she will never tell you it's time to eat because it's noon, or it's time to go to bed because it's nine o'clock. No, for her, it's time to do something when she wants to do this thing; that's all. And it's so logical. According to the logic of Anais, obviously.

So, that day, it was time to go for a walk on the edge of the pond at the last light of the sunset. She was, as always, accompanied by her friend Poodle.

IMG_6321-1-

Pensive, elle regardait le soir s'installer doucement derrière la forêt.

Elle observait les feuilles des nénuphars que les grenouilles avaient déserté. En effet, il ne serait pas logique de rester sur une feuille de nénuphar à se chauffer au soleil, alors que le soleil est parti se coucher. Même pour une grenouille dont la logique est pourtant tout à fait différente de la notre.

Tout à coup, Anaïs demanda :

- Caniche, tu crois que ça existe les grenouilles géantes ?

Thoughtful, she watched the evening slowly settle behind the forest.

She was watching the leaves of the water lilies that the frogs had deserted. Indeed, it would not make sense to stay on a lily pad to get warm in the sun, while the sun has went to bed. Even for a frog whose logic is quite different from ours.

All at once, Anais asked:

- Poodle, do you think there are giant frogs ?

IMG_6326-1-

Après quelques instant de réflexion, Caniche lui répondit :

- Si tu y crois assez fort, elles doivent exister vraiment. Il suffit de croire à quelque chose très fort pour y arriver.

Anaïs est restée rêveuse lorsqu'ils ont quitté l'étang. Elle se promit d'aller voir tous les étangs, les uns après les autres, pour vérifier si Caniche avait raison.

Elle ainsi avait-elle décidé, ainsi fit-elle.

Caniche la suivait toujours, répondant patiemment aux interrogations de son amie, sur tous les sujets variés et étonnants qui lui passaient par la tête.

Étang après étang, ils se promenèrent chaque jour, à la recherche d'une grenouille géante.

Jusqu'au jour où ils arrivèrent près d'un étang très particulier : les feuilles des plantes qui le bordaient par endroits étaient énormes.

After a few moments of reflection, Poodle answered her :

- If you believe it hard enough, they must really exist. Just believe something very strong to make it happen.

Anais remained dreamy when they left the pond. She promised to go and see all the ponds, one after the other, to check if Poodle was right.

She had decided so, so she did.

Poodle always followed her, patiently answering her friend's questions, on all the varied and astonishing subjects that passed through her mind.

Pond after pond, they walked each day, looking for a giant frog.

Until the day they arrived near a very particular pond: the leaves of the plants which bordered it in places were enormous.

IMG_5893-1--2

- Quelle belle forêt ! s'exclama-t-elle.

- Mais ce n'est pas une forêt, s'écria alors un petit chien roux qui sortait de l'ombre de ces feuilles immenses. Ce sont des feuilles, c'est tout.

- Mais, dit Caniche, les forêts ont des feuilles, elles aussi.

- Ça dépend de la saison, répondit le petit chien roux.

- Justement, nous sommes en été, intervint Anaïs. Donc, ça peut être une forêt. Une forêt avec des feuilles.

- Mais je te dis que ça n'est est pas une, se facha le petit chien roux. C'est juste des grandes feuilles magiques pour cacher la gr.............

Et le petit chien s'arrêta tout net de parler.

- Pour cacher quoi ? s'étonna Anaïs. 

- Ou pour cacher qui ? ajouta Caniche.

Le petit chien roux était bien embêté. Il regardait autour de lui en répétant sans cesse :

- Oh la la, zut zut zut alors.... Qu'est-ce qu'elle va dire ? Oh la la, zut zut zut, alors... Qu'est-ce qu'elle va dire ? Oh la la, zut zut zut, alors... 

- Qui va donc dire quoi ? demanda Anaïs.

- Et bien.... "Elle"....  oui : "Elle"....Qu'est-ce qu'elle va dire ? Oh la la, zut zut zut, alors...  ressassait le petit chien roux.

- Mais enfin, s'énerva-t-elle, de quelle "Elle" parles-tu donc ?

- De moi... dit une belle voix grave qui venait de derrière la forêt de grandes feuilles.

- What a beautiful forest ! she exclaimed.

- It is not a forest, said a little red dog, emerging from the shadow of these immense leaves. They are leaves, that's all.

- But, said Caniche, the forests have leaves, too.

- It depends on the season, answer the little red dog.

- Exactly, and we are in the summer, said Anais, so, it can be a forest. A forest with leaves.

- But I tell you that it is not one, the little red dog cried, pawing on the ground. They are just big magic leaves to hide the fr .............

And the little dog stopped talking.

 -To hide what ? wondered Anais.

- Or to hide who ? added Poodle.

The little red dog was very annoyed. He looked around him, repeating incessantly :

- Oh la la, my gosh .... What's she going to say? Oh la la, my gosh ... what's she going to say? Oh la la, my gosh ...

- Who will say what ? asked Anais.

- Well .... "She" .... yes : "She" .... What is she going to say ? Oh la la, my gosh ... the red dog was still repeating.

- But finally, Anaïs gets angry (kindly), who is "she" you are talking about ?

- About me ... said a beautiful deep voice that came from behind the forest of large leaves.

IMG_5882-1

Anaïs n'en cru pas ses yeux ! Une énorme grenouille sortait doucement de l'eau.

Anaïs did not believe her eyes ! A huge frog was gently coming out of the water.

IMG_5878-1

- Oh... Bonjour, lui dit-elle poliment.

- Bonjour petite fille, répondit l'énorme grenouille en montant sur la rive. Tu n'as pas peur de moi ?

- Non, répondit Anaïs. Pourquoi ? Je devrais avoir peur ? Êtes-vous méchante ?

- Pas du tout, je suis au contraire très gentille. Mais toutes les personnes qui me voient ont peut parce que je suis plus grande qu'elles, et elles s'enfuient en courant. Alors, je suis toute seule, tout à fait toute seule. Personne ne m'aime, dit la grenouille géante en se mettant à pleurer à grosses larmes.

- Oh ... Hello, she told her politely.

- Hello little girl," said the huge frog, climbing up the bank of the pond. You're not afraid of me ?

- No, answered Anais. Why ? Should I be scared ? Are you mean?

- Not at all, I am on the contrary very nice. But all the people who see me are afraid because I am taller than they are, and they run away. So, I'm all alone, quite alone. Nobody loves me, said the giant frog, crying tears.

IMG_5919-1

- Que c'est triste, répondit Anaïs, elle-même au bord des larmes. Mais moi, je vous aime bien, et je ne me sauve pas, vous voyez.

- How sad, answered Anais, herself on the brink of tears. But I love you, and I do not run away, you can see.

IMG_5901-1

 La grenouille n'osait pas y croire. Enfin, quelqu'un lui témoignait de la gentillesse.

- Et je vais vous le prouver, ajouta Anaïs. 

Aussitôt dit, aussitôt fait, la voici qui grimpe jusqu'à la tête de l'énorme grenouille et s'appuie tendrement sur elle.

The frog did not dare believe it. Finally, someone showed him kindness.

- And I will prove it to you, added Anais.

No sooner said than done, here she climbs to the head of the huge frog and leans tenderly on her.

IMG_5905-1

En s'approchant un peu, on entendait la grenouille ronronner. Oh, pas un ronronnement comme un gentil chat qu'on caresse. Non, un ronronnement coassant, ou un coassement ronronnant, comme vous préférez. En tous cas, quelque soit le son qu'elle produisait, ça prouvait que la grenouille géante était heureuse.

Anaïs aussi était heureuse, car c'est une petite fille qui voudrait que tout le monde soit heureux, parce quand on est heureux, on est gentil, et Anaïs voulait que tout le monde soit gentil. Partout. Même si elle savait que ce n'était pas possible, parce que Caniche le lui avait dit. 

Approaching a little, we could hear the frog purring. Oh, not a purr like a nice cat being stroked. No, a croaking-purring, or a purring-croaking, as you prefer. In any case, whatever sound it produced, it proved that the giant frog was happy.

Anais was happy too, because she's a little girl who wants everyone to be happy, because when we're happy, we're nice, and Anais wanted everyone to be nice. All over. Even though she knew it was not possible, because Poodle had told her so.

IMG_5910-1

Au bout d'un long moment de câlins et de discussions, Anaïs s'écria :

- Je dois y aller maintenant, je viens de penser que ça doit être l'heure de manger des biscuits parce que j'ai envie de manger des biscuits ! Mais je reviendrai vous voir souvent, je vous le promets.

La grenouille sourit, elle était rassurée, quelqu'un l'aimait maintenant, et ça lui suffisait pour attendre sereinement la prochaine visite de sa nouvelle amie.

At the end of a long moment of hugs and discussions, Anaïs exclaimed:

- I have to go now, I just think it must be time to eat cookies because I want to eat cookies ! But I will come back to see you often, I promise you.

The frog smiled, she was reassured, someone loved her now, and that was enough for her to wait calmly for the next visit of her new friend.

IMG_5923-1

Elle a joyeusement replongé dans l'étang et leur a fait signe avec une de ses énormes pattes pour leur dire "au revoir, à bientôt".

Anaïs et Caniche sont repartis. Ils ont mangé des biscuits, puis en ont écrasé quelques uns pour donner aux petits oiseaux.

Ensuite, ils ont décidé de réfléchir par où ils pourraient aller pour continuer à se promener.

Et ça, c'est une autre histoire.

She happily plunged back into the pond and beckoned with one of her huge paws to say "goodbye, see you soon".

Anaïs and Poodle left. They ate biscuits and then crushed some to give to the little birds.

Then they decided to think about where they could go to continue walking.

And that's another story.

Copyright ©Guyloup de Savigny-Lacoste 2019 - tous droits réservés
Copyright © Guyloup of Savigny-Lacoste 2019 - all rights reserved

 

 

 

27 août 2019

Anaïs au pays des merveilles - 1

Passons aux choses sérieuses.

Et surtout aux choses pas sérieuses, car ce sont  souvent elles qui apportent de la joie dans nos journées.

Même un petit grain de folie fait du bien par moments. Après tout, ne faut-il pas être un peu fou de temps en temps, sinon comment pourrions-nous savoir quand on est sage ?!

Il y a quelques temps, je vous présentais mes 3 dernières "petites nouvelles" (ICI) en vous précisant qu'il y en avait une dont je n'avais pas encore trouvé la personnalité.

Je crois que c'est fait...

Dans notre monde en pleine dérive d'égocentrisme et de folle cupidité, j'avais envie d'oublier le futur incertain et de rêver un peu.

Alors est apparue "Anaïs au pays des merveilles"... de son vrai nom Anne-Alice, jolie rousse flamboyante, douce et intrépide à la fois, curieuse et observatrice. Elle vit hors du temps, venue du passé mais vivant dans le présent, elle traverse  notre quotidien sans logique apparente... tout au moins sans notre logique, car la sienne est tout à fait logique, ce qui est normal pour de la logique d'ailleurs.

IMG_5821-1-4

Anaïs est généralement accompagnée par son ami chien, nommé Caniche. 

Elle chemine, elle s'assoit, elle repart, elle observe, elle apprend, elle commente, et le plus étonnant, c'est que Caniche lui répond.

Et ce cheminement l'amène à faire des rencontres parfois extraordinaires.... tout au moins, extraordinaire pour nous, car pour elle, rien ne semble vraiment suprenant.

IMG_5821-1-3

Aujourd'hui, je l'ai vu assise sur un banc qui n'est pas à moi, devant une maison bleue qui n'est pas à elle, occupée à discuter avec un caniche qui n'est à personne.

Et curieusement, j'ai entendu ce dialogue dont le début avait comme un petit air de "déjà lu", mais dont la suite inattendue m'a surprise :

- Caniche, voudrais-tu me dire, s'il te plaît, par où on doit s'en aller d'ici ? 

- Cela dépend beaucoup de l'endroit où tu veux aller. 

- Peu importe l'endroit... 

- En ce cas, peu importe la route que tu prendras. 

- .Pourvu qu'elle arrive quelque part...

- On ne manquera pas d'arriver quelque part.... si tu marches assez longtemps. 

- On risque de se perdre quand la nuit viendra.

- Aucune inquiétude, avec tes cheveux flamboyants, on verra toujours clair même dans le noir.

- Cela risque d'attirer les moustiques.

- Et bien, si nous nous perdons, nous leur demanderons notre chemin.

- Alors, allons-y, décida Anaïs.

IMG_5821-1

L'impression de "déjà lu" venait du fait que les 5 premiers lignes du dialogue ci-dessus apparaissent dans "De l'autre côté du miroir" de Lewis Carroll.... qui ne m'en voudra pas, je l'espère, si Anaïs a quelque peu modifié la fin du dialogue d'Alice !

Copyright ©Guyloup de Savigny-Lacoste 2019 - tous droits réservés
Copyright © Guyloup of Savigny-Lacoste 2019 - all rights reserved

Je vous souhaite un excellent mardi, où que vous mène la route que vous prendrez (si vous vous trompez, demandez le chemin aux moustiques que vous croiserez !).

♥♥♥