Erika et Nils sont passés chez Rose pour lui apporter la commande qu'elle a faite dans leur magasin général.

Rose leur offre le thé avant qu'ils repartent dans le vent glacé. 

Nils demande à voir Lily, et lui dit : "j'ai appris que toi et ton frère, et vos amis, aviez tous très bien travaillé à l'école, alors je vous ai apporté un beau ruban rouge pour décorer le sapin que vous êtes allés chercher".

Lily est très contente, et remercie chaleureusement Nils et Erika.

IMG_0295-1

Le lendemain, Kirsten, Erik et Karen viennent pour décorer le sapin qui a été installé dans le salon.

Salon qui, comme vous vous en souvenez peut-être, est aussi l'atelier de couture de Joséphine.

Joséphine a ronchonné qu'elle avait du travail de couture à finir pour une cliente, mais c'était juste pour la forme, car elle est bien contente de voir les enfants si heureux, et puis, le sapin sera bien joli auprès d'elle quand elle va coudre demain. Donc, elle est partie se promener avec Adrienne et Rose à la ferme des parents de Kirsten et Erik pendant que les jeunes décorent leur sapin.

C'est la plus jeune, Karen, qui n'a que 13 ans, à qui revient l'honneur de mettre le ruban dans l'arbre.

IMG_0299-1

Les autres accrochent ensuite des pommes rouges et des pommes de pin sur les branches, puis l'étoile en papier doré que Lily a fabriquée.

IMG_0309-1-1

Quand ils ont terminé, ils s'exclament : "on n'a jamais vu un plus beau sapin de Noël de toute notre vie" !

IMG_0309-1

Connaissez-vous l'historique du sapin de Noël ? cela remonte très très loin, bien avant la naissance du Christ.

Au plus loin qu'on le sache, les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires, auxquels étaient associé un arbre à chacun. 

L’épicéa (appelé épinette ou pruche au Québec), était celui qui correspondant au 24 décembre. Notez bien que l’épicéa était appelé « arbre de l’enfantement » par les celtes… curieux, non ?! 

Pour le rite celte du solstice d’hiver, c'est-à-dire la renaissance du soleil (date où les jours cesseront de raccourcir) l’épicéa, arbre symbole d’enfantement, était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. 

Vint ensuite la naissance de Jésus, et de la religion chrétienne. 

En 354 après JC, l’Église institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec la fête païenne du solstice d’hiver. 

À cette époque, la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité. 

Un peu plus tard,  un moine évangélisateur allemand, Saint Boniface, voulant convaincre les derniers druides germains que le chêne n’était pas un arbre sacré comme ils le pensaient, en fit abattre un gigantesque auprès duquel se déroulait toutes sortes de cérémonies druidiques depuis des siècles, justement  le jour du 24 décembre. Or, en tombant, l’énorme chêne arbre écrasa et tua absolument tout ce qui se trouvait sur son passage… à l’exception d’un jeune tout petit jeune sapin. 

A partir de là, la légende fait son œuvre :  ayant vu un signe dans cet évènement, qui devait pourtant être un pur hasard, et qui se déroulait un 24 décembre, Saint Boniface l’a qualifié de miracle, et déclaré : « désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus ». 

La légende se répandant, on a planté alors chaque année des jeunes sapins, en Allemagne, puis ailleurs dans les divers pays saxons, pour célébrer la naissance du Christ.

Ces jeunes sapins étaient mis en pots (avec les racines), rentrés dans les maisons et décorés, avant d’être replantés en extérieur après les fêtes. 

À cette époque, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux, et l’étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethleem commença à se répandre. 

On voyait plutôt ces arbres de Noël dans les pays saxons, jusqu'en Alsace-Lorraine. Ce sont les protestants, vers 1560, qui développèrent la tradition du sapin de Noël, essayant de l'instaurer dans la France entière, pour se démarquer des catholiques 

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d’huile à la surface desquelles des mèches flottaient, ainsi que des chandelles souples nouées autour des branches…. Avec tous les risques que cela comportait ! 

En 1738,  Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, fit  installer un sapin de Noël dans le château de Versailles. 

En 1837, la duchesse d’Orléans Hélène de Mecklembourg, d’origine Allemande, en fit décorer un aux Tuileries.

Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d’Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français des régions qui ne la connaissaient pas encore. 

C’est à partit de cette période que la France adopta cette tradition.

En ce qui concerne l'Amérique du nord, majoritairement protestante, ce sont les colons scandinaves et anglo-saxons qui ont introduit cette tradition.

Pour le Canada, c'est à Sorel au Québec, que l'arbre de Noël fait sa première apparition, la veille de Noël de 1781, chez la baronne Riedesel, de naissance allemande, qui reçoit un groupe d'officiers britanniques et allemands. Le pouding anglais est au menu, mais le clou de la soirée est le sapin aux branches décorées de fruits et de chandelles allumées, dressé dans un coin de la salle à manger. 

À la fin du XIXe siècle, la plupart des caractéristiques familières du Noël moderne, y compris la figure du père Noël, la bûche de Noël, le houx et le  gui, les chants de Noël et les sapins de Noël devinrent populaires., notamment en raison du mariage de la reine Victoria au Prince Albert, né en Allemagne,  qui amena les immigrants britanniques à introduire ces coutumes au Canada. 

Et vous, avez-vous déjà installé votre sapin de Noël ? le mien est installé depuis le début du mois, autant profiter longtemps de l'esprit des Fêtes:-)

Bon lundi !

♥♥♥