12 octobre 2019

La légende amérindienne de l'étang de l'ours

Voici comment naissent les légendes.

En tant qu'écolos convaincus de l'urgence de la situation environnementale, Marianne et Waban appuient l'action de Greta Thunberg et participent à la grêve scolaire du vendredi (Youth for Climate : France.  Canada).

Mais aujourd'hui, après avoir quitté leurs camarades manifestants, ils ne sont pas rentrés directement car Waban voulait montrer quelque chose à Marianne.

Il lui avait dit : n'oublie pas ton appareil photo surtout.

Comme si on avait déjà vu Marianne se déplacer sans son appareil !

Le soleil était encore fort, mais il descendait rapidement ; reflétés par les feuillages jaunes et orange, ses rayons nimbaient tout d'une couleur chaude et créait des contrastes d'ombres très fortes.

Waban dit : Je vais te montrer un endroit magnifique en automne : l'étang de l'ours. Sans doute l'endroit le plus coloré de la région, a-t-il ajouté.

Marianne sourit : Y a-t-il vraiment un ours ?! 

Waban répond en riant : Il y en a au moins eu un car c'était là où était le campement d'été des mes ancêtres il y a 6 générations de cela, et le nom de l'étang provient de cette époque.  Attends que nous y arrivions, et je te raconterai l'histoire.

Les voici partis.

IMG_8231-1

Ils s'enfoncent dans l'épais sous-bois et suivent le sentier que le passage des tribus amérindiennes a tracé il y a des décennies et des décennies de cela, devenu depuis une large allée empruntée par les promeneurs, les cyclistes, les randonneurs et les touristes au fil du temps.

IMG_8234-1

IMG_8236-1

IMG_8238-1

IMG_8240-1

Tous deux avancent en silence, communiant avec cette nature qui offre une dernière fois sa beauté avant de s'endormir pour les longs mois d'hiver à venir.

Tout à coup Waban dit doucement : La lumière revient, le sous-bois s'éclaircit, nous approchons de la clairière de l'étang.

IMG_8233-1

Finalement, il s'exclame d'un ton joyeux : Nous y voici. Alors, qu'en penses-tu ?

Marianne ouvre grand ses yeux et admire l'éclatant décor dans lequel tous les tons d'ors et de carmins explosent littéralement.

[Group IMG_880_4-2

Pour le voir tel que Marianne l'a vu, cliquez ICI : _Group_IMG_880_4  et cliquez encore une fois sur l'image quand elle s'affichera, puis faites défiler !!!!

Waban sourit : Voilà, c'est ici que mes ancêtres passaient leur été. L'étang était bien plus haut à l'époque, car les amérindiens laissaient travailler les castors pour eux, dans la mesure où les castors leur faisaient des étangs grands comme des lacs, dans lesquels il suffisait d'attraper les poissons pour faire les repas.

IMG_8251-1

Il ajoute : assieds-toi sur cette souche, je vais maintenant te raconter l'histoire du nom de l'étang.

Écoutons-le nous aussi :

Mon aïeul s'appelait Soleil d'automne, il venait d'avoir 17 ans et il était parti chasser dans la montagne, quand il est tombé sur un ours blessé qui était épuisé et ne se débattait même pas. Personne ne sait ce qui lui a pris : au lieu de l'achever, et ainsi de terminer rapidement sa chasse, il a décidé de le soigner. Il a appliqué sur les blessures de l'ours le baume (antiseptique et cicatrisant que sa mère préparait avec des herbes), qu'il transportait toujours dans son sac-medecine. Puis il lui a donné à manger sa ration de viande séchée. Ensuite, il est reparti continuer à chasser et a laissé la nature suivre son cours pour l'ours.

Quelques jours plus tard, il accompagna les  jeunes filles qui ramassaient des baies. Il était fiancé à une jeune demoiselle nommée Sourire tranquille, et comme il était très amoureux, il s'arrangeait toujours pour la voir dès qu'il pouvait, donc il se portait volontaire pour les accompagner afin d'être avec elle. Voici alors qu'un ours s'approche du groupe. Soleil d'automne regretta de ne pas avoir emporté son fusil, mais seulement son arc, et il commençait a prendre une flèche dans son carquois quand il a remarqué le comportement de l'ours : celui-ci n'était absolument pas nerveux ni agressif. Même les filles ont arrêté d'avoir peur et l'ont regardé tout étonnées : l'ours leur "parlait" ! Il grognait doucement, et piétinait des pattes avant, puis tournait sur lui-même et s'asseyait, puis tout à coup, il a battu l'air de la patte en direction de Soleil d'automne, en penchant la tête de côté et il s'est couché sur le dos. 

Est-ce que tu penses que c'est l'ours que tu as soigné la semaine dernière ? a demandé Pluie de printemps, la soeur de Soleil d'automne. Si c'est le cas, il semble vouloir te remercier !

Les filles avaient toujours un peu peur, mais elles ont recommencé à ramasser leurs baies sous la surveillance de Soleil d'automne qui ne quittait pas l'ours des yeux, et peu à peu, elles se sont senties moins inquiètes.  Quand il a été temps de rentrer, l'ours s'est levé et les a suivis. Arrivés au camp, ils ont calmé les gens qui paniquaient, et ont empêché qu'on tue l'ours ; le chef est sorti de son tipi et a appelé le chamane. Ce dernier a dit que l'esprit de Soleil tranquille était entré dans l'ours quand il lui avait sauvé la vie, et qu'ils semblait qu'ils étaient devenus frères. Alors tout le monde a fini par accepter cet ours qui restait près du tipi où vivaient Soleil d'automne et Pluie de printemps avec leur famille.

Quand ils ont levé le camp pour rejoindre l"emplacement du camp d'hiver, plus à l'abri dans les bois, l'ours ne les a pas suivi. Mais quand ils sont revenus au printemps suivant, l'ours était là. Quand Soleil d'automne a épousé Sourire tranquille, et qu'ils ont eu leur propre tipi, l'ours est venu dormir près de son tipi, et on dit qu'il a éloigné les coyotes des enfants un été où le nombre des coyotes avait été très important et qu'ils étaient devenus agressifs même avec les humains.

Voici pourquoi depuis, on appelle cet étant "l"étang de l'ours" (https://hikster.com/hikes/2812/), et qu'on appelle "le pic de l'ours" ( https://www.cantonsdelest.com/blogue/250/paddle-et-pic-de-l-ours-a-orford ) la montagne où Soleil d'automne a rencontré l'ours blessé quand il avait été chasser.

Ferme les yeux, ajoute Waban. Je suis sure que tu vas les voir dans ta tête.

Marianne ferme les yeux, et effectivement elle se croit retournée en 1860, au même endroit :

IMG_8269-2

Marianne est rêveuse, elle a du mal à se lever de sa souche pour repartir. Mais il faut rentrer, le soleil descendra bientôt derrière la montagne et la lumière baissera trop pour bien voir les embuches du chemin sous les feuilles.

IMG_8302-1

IMG_8308-1

IMG_8312-1

Si vous avez aimé cette randonnée en compagnie de Marianne et Waban, je vous offre un fond d'écran (wallpaper HD 1920 px) à voir pour le plaisir en grand format, ou à télécharger pour votre ordinateur, ici : IMG_8231_1920 pour que vous puissiez les accompagner "presque pour de vrai" !

Et si vous vous demandez comment j'emporte des poupées pour mes randonnées, voici la réponse : j'ai un sac à dos dans lequel il en rentre quatre debout ; dans le cas présent, Marianne et Waban + Pluie de printemps et Soleil d'autome. Photo prise par Petit mari bien sur.  J'ajoute que je suis en t-shirt, car pas frileuse du tout, mais Petit mari, comme la plupart des gens croisés, avaient enfilé pulls ou sweats !

IMG_2152-1-2

Pour finir, je précise que j'ai inventé la légende de l'ours de Soleil d'automne (sans doute l'imagination d'Anaïs au pays des merveilles déborde-t-elle sur moi !). En effet, personne ne connait l'origine du nom de l'étang ni de la montagne, tous deux situés dans le parc national du Mont Orford, et j'ai pensé que cette petite histoire en valait bien un autre pour expliquer leur origine :-)

Passez un bon samedi.

♥♥♥

 


10 octobre 2019

Deux nouveaux personnages : des poupées du 3e âge

Il y a longtemps que je voulais faire des poupées "du 3e âge", voilà qui est fait.

Je vous présente donc deux nouveaux personnages de ma série "dans la prairie canadienne en 1860".

Il s'agit de Erika et Nils Olsson, deux colons d'origine suédoise, les grands parents de Inge, et grand-tante et grand-oncle de Kirsten et Erik, que vous pouviez voir dans de précédentes photos.

IMG_7962-1

IMG_7964-1

Erika est une poupée Kit Kittredge, Nils est une poupée Truly Me #57 ; les deux sont customisés avec une perruque et légèrement maquillés.

Ils ont volontiers posé pour vous.

La robe, le tablier et la charlotte ont été cousus aujourd'hui, spécialement pour Erika, mais le pull, la chemise et le pantalon de Nils datent de mes productions de l'hiver dernier.

IMG_7960-1

 Comme vous le voyez, ils vivent déjà ici comme si il y avaient toujours vécu.

D'ailleurs, en tendant l'oreille, j'ai entendu Erika dire à Nils :

- Qu'est-ce qu'on est bien ici, et les enfants semblent heureux aussi.

- Oui, a-t-il répondu. Nous avons de la chance d'être arrivés dans une aussi bonne maison.

IMG_7958-1-2

Et pourquoi pas cette scène de paisible bonheur domestique en version "photo d'époque" sépia ? (puisque, lorsque je vous ai posé la question il y a quelques semaines, vos réponses ont été 50/50 pour les versions couleurs ou les versions sépia sur les photos "anciennes")..

IMG_7958-1

 Passez un bon jeudi :-)

♥♥♥

 

 

 

06 octobre 2019

Le jardin imaginaire d'Anaïs

La vie selon Anaïs.

- Vois-tu, Caniche, comme je te l'ai déjà expliqué, l'avantage de l'imaginaire, c'est qu'on y vit comme on veut. Ainsi, notre jardin imaginaire passera à la saison d'été dès que l'automne sera terminé !

- Pourquoi pas au printemps d'abord ? demande Caniche.

- Les chiens aiment-ils plus le printemps ? s'étonne-t-elle.

- Non, c'est juste parce que c'est normal que le printemps vienne avant l'été, répond Caniche.

- Alors si c'est normal, ça n'a pas sa place ici, s'exclame Anaïs.

- Mais pourquoi donc ? demande à nouveau le chien, perplexe.

- Parce que si tout était normal ici, nous ne nous parlerions pas, conclut Anaïs. Donc, on passera à l'été ! 

IMG_7874-1-3

IMG_7875-1

Passez un doux lundi :-)

♥♥♥

04 octobre 2019

Les foins... souvenirs d'été

Ces photos ont plus de 3 semaines déjà...

Depuis la météo a bien changé, il pleut, il gèle déjà, et les foins sont rentrés à l'abri de la pluie.

Il reste juste le souvenir des beaux jours, de la douceur de l'air tiède sur la peau, et de la caresse du soleil sur le visage.

Et aussi le souvenir du travail des garçons pour ramasser le foin dans la prairie canadienne !

IMG_7046-1

IMG_7047-1-2

IMG_7047-1

Passez un doux samedi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 14:15 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 septembre 2019

Au grand galop

De retour des cours, Léanne et Maureen s'amusent à galoper et franchir des obstacles.

IMG_7198-1

IMG_7192-1-5

IMG_7192-1-4

 

Si cette dernière photo vous plait, la voici en wallpaper HD 1920 pixels, à voir en détails ou à télécharger ici : IMG_7192_1920

Heureusement que j'ai un peu de stock de photo, car ce samedi, ça sera encore pluie au programme !

Bon week-end :-)

♥♥♥


27 septembre 2019

Les pieds trempés

Changement radical de météo : l'automne s'est installé en force.

Waban a proposé à Marianne d'aller observer les oies bernaches qui partent vers le sud pour leur migration d'hiver.

Le temps n'était pas idéal, mais Marianne y est allée quand même.

- Mets des bottes, lui a dit Waban.

- Inutile, je pense que la pluie est passée, a répondu Marianne.

Il n'a pas insisté, il sait que c'est inutile avec Marianne ! 

IMG_7143-1

 L'érable devant la maison est en train de perdre ses belles feuilles orange à cause de la pluie et du vent.

IMG_7139-1

Les voici au retour.

- Tu avais raison : j'aurais du mettre des bottes, j'ai les pieds trempés, a avoué Marianne !

IMG_7135-1

 Waban est un prénom amérindien qui veut dire Vent d'est en Abénaki, la langue des amérindiens qui occupaient la région où je vis. Dans le cas présent, il est l'arrière-arrière-arrière-arrière petit fils de Soleil d'automne, que vous pouvez retrouver ICI si vous l'avez oublié.

 

Donc, je vous disais que l'automne est arrivé en force.... en voici la preuve :

ScreenShot02551

ScreenShot02553

Tout un programme cette année 2019 : après un été très court et assez maussade, voici un hiver précoce. Et tout ça parce que ailleurs, il fait plus chaud, et que ça fait fondre la banquise du pôle, ce qui détruit la barrière air froid/air chaud qu'elle formait, et rabat l'air polaire froid sur nous. Je trouve ça terriblement injuste !!! 

Bon vendredi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 00:21 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 septembre 2019

Naissance d'une idylle (+ wallpaper)

Cet après-midi, en rentrant du lycée, Morgan a rencontré Grace à la sortie de la gare du lac des nations à Sherbrooke.

Ils se connaissent très bien depuis longtemps, mais depuis un moment, il semblait y avoir un peu plus que de l'amitié entre eux.

Et, là, ils ont décidé de flâner un peu dans la ville, au lieu de rentrer rapidement comme d'habitude.

IMG_7083-1

Sur la jolie allée pavée qui relie la gare au centre de Sherbrooke, ils ont escaladé en riant le grand pot de de la sculpture végétale pour la voir de plus près (à noter qu'ici, ce sont de fausses scuptures végétales : la météo nous obligeant à rentrer les végétaux à l'abri en hiver, ou à les laisser geler sur place, il serait impossible de tailler les arbres dans ce but ; donc ce sont des structures de fil métallique sur lesquelles poussent des plantes de type "couvre-sol") :

IMG_7096-1

IMG_7102-1

N'ayant décidément pas envie de se séparer, ils sont ensuite allés voir "le lac" (juste un élargissment de la rivière à cet endroit) d'un peu plus près.

IMG_7087-1

Ils ont discuté, discuté...  toujours d'accord sur tous les sujets qu'ils abordaient.  Ils n'avaient jamais remarqué comme ils avaient tant de points communs et d'avis identiques sur la plupart des choses.

IMG_7089-1

Et finalement, au moment de se séparer pour rentrer chacun chez soi........ l'inévitable est arrivé :

IMG_7093-1-2

Grace et Morgan, nous vous souhaitons beaucoup de bonheur !

Si cette dernière photo vous plait, je vous l'offre en wallpaper HD 1920 pixels, en format large :

IMG_7093-1920 à voir en détails ou à télécharger ici : IMG_7093_1920

Passez un doux mercredi :-)

♥♥♥

22 septembre 2019

Joyeux Automne - Happy Fall

Kirsten, son frère, leur mère, et leurs amis vous souhaitent un Joyeux Automne.

Kirsten, her brother, their mother, and their friends wish you an Happy Fall.

IMG_7022-1

IMG_7022-2

IMG_7022-3

IMG_7027-1

IMG_7028-1

IMG_7034-1

IMG_7036-1

IMG_7039-1

Si la première photo vous plait, vous pouvez la voir en grand format Wallpaper HD 1920 px, ou la télécharger, en cliquant ici : IMG_7022_1920_2

Bon lundi à tous :-)

♥♥♥

Marianne et Logan : randonnée au parc national où l'automne s'installe

Ça y est : les couleurs d'automne s'installent dans les arbres.

Elles ont commencé plus tard que d'habitude, mais semblent vouloir rattraper le temps perdu, car elles changent à une vitesse jamais vue depuis mes 20 années canadiennes.

Marianne et Logan ont voulu aller faire un tour au parc national (juste derrière chez nous).

Nous y sommes peu allés cette année car beaucoup de choses y ont changé :

1) ils ont carrément massacré des endroits qui étaient sauvages et superbes, pour y implanter des infrastructures permettant d'augmenter le nombre de campeurs et touristes (deux exemples : une merveilleuse chute d'eau qui était au bout de l'étang aux Cerises, qui cascadait en chantant d'une jolie voix claire, et dont les bords se couvraient de violettes sauvages au printemps ; endroit où on pouvait voir des cerfs venir se désaltérer dans un cadre somptueux.... jolie chute qui a été rasée au buldozer pour la remplacer par une grosse écluse hideuse en béton et ferraille. Ou encore, l'étang Huppé où nichaient des dizaines de familles de hérons depuis toujours, qui est maintenant à sec, et les hérons partis, depuis que des systèmes de pompage ont été installés pour faire de la neige artificielle dans la station de ski durant la saison des touristes d'hiver).

2) l'augmentation du nombre de campeurs et touristes se fait beaucoup avec des personnes qui viennent là "pour faire changement" (comme on dit ici !), et qui sont la plupart du temps peu intéressés par la nature (végétale et animale), considérant cela uniquement comme une sortie parmi d'autres. Ce qui fait que le bruit ambiant et le va-et-vient permanent ne sont plus propices à une sortie dans la paix et le silence, ce qui me semblait indipensable et inséparable d'une approche amoureuse de cette même nature. Beaucoup de ces gens seraient bien plus à leur place au coeur de Montréal dans un parc citadin que dans un parc national.

3) le parc privilégie désormais clairement ces campeurs "au week-end" ou "à la semaine", et les touristes "à la journée", car ils leur rapportent plus d'argent que des abonnés à l'année comme nous le sommes. De ce fait, il est désormais même interdit de s'arrêter pour faire des photos car cela dérange le flot de voitures, camping cars et caravanes ; ce qui n'est finalement pas plus mal car ils sont sensés rouler entre 30 et 50 km/h dans le parc, et je vous assure que pour ainsi dire personne ne respecte ces vitesses, et personne ne les contrôle. Et on n'a plus le droit non plus de sortir des sentiers balisés lorsqu'on randonne à pied, ce qui interdit donc maintenant toute possibilité de photo d'animal sauvage ou oiseau dans son décor naturel.

 

Maintenant, j'arrête de bavarder, et je vous invite à suivre Marianne et Logan dans leur randonnée.

IMG_6904-1

IMG_6890-1

IMG_6892-1

IMG_6894-1

IMG_6895-1

IMG_6901-1-4

IMG_6896-1

IMG_6897-1

IMG_6898-1

IMG_6899-1

IMG_6900-1

IMG_6916-1

IMG_6939-1

IMG_6940-1

IMG_6945-1

IMG_6956-1

 Curieusement, certaines espèces ne veulent rien savoir du calendrier et restent fermement vertes comme en plein été !

IMG_6949-1

 Là, les deux amis sont partis escalader une grande colline boisée :

IMG_6931-1-2

 et se sont arrêtés un moment pour se reposer lors de la descente.

IMG_6920-1

 Les ombres s'allongent, il est l'heure de rentrer. 

IMG_6958-1

IMG_6999-1

 Voilà, c'était tout pour cette sortie. J'espère que vous aurez aimé de voir ces premières couleurs automnales en compagne de Marianne et Logan.

Bon dimanche :-)

♥♥♥

20 septembre 2019

Anaïs au Pays des Merveilles - 3 - Rêve et imagination / Anaïs in Wonderland - 3 - Dream and imagination

Anaïs et Caniche discutent en cheminant. Tout au moins, aujourd'hui, Anaïs discute (beaucoup), et Caniche écoute, répondant parfois, quand c'est nécessaire.

- Tu sais, Caniche, je crois que si on ne sait pas ce qu'il y au loin devant soi, on est libre d'imaginer qu'il y a ce qu'on veut. C'est surement moins décevant que la réalité, parce que je trouve que la réalité n'a pas beaucoup d'imagination. Qu'en penses-tu, Caniche ?

- Je crois que tu as raison, Anaïs, répond Caniche. La réalité est un monde bien ordinaire, alors il faut rêver et imaginer, c'est indispensable pour être heureux. Mais il faut aussi savoir se rappeler qu'on rêve ou qu'on imagine quelque chose, et bien faire la différence avec la réalité.

- Bien sur Caniche, tu as raison, il faut savoir quand on imagine et quand c'est vrai. Ainsi, ajoute-t-elle d'un air malicieux, si j'imaginais que je dors et que je rêve que je dors, il faudrait que je me rappelle que je n'aurai pas besoin de me réveiller deux fois avant de me lever !

- Ah c'est malin, répond Caniche en riant.

Je suis sure que vous pensez n'avoir jamais vu un caniche rire. Pourtant, ils le font. J'en ai eu deux moi-même, et je vous assure que je les ai souvent vu rire. Évidemment, ils ne rient pas comme nous, non, c'est sur ; mais ils ont une façon bien à eux de rire, la bouche ouverte et la langue pendante... regardez leurs yeux à ce moment là. vous les verrez pleins de rire.

Tout en parlant, Anaïs et Caniche suivent le chemin qui mènera "quelque part" si ils marchent assez longtemps (voir explication ICI), et les voici qui arrivent devant un chemin dont on ne voit pas la fin.

Anaïs and Poodle argue while walking. At least, Anaïs talks (a lot), and Poodle listens, answering sometimes, when it's necessary.
- You know, Poodle, I think that if we do not know what's far ahead of us, we are free to imagine that there is what we want. It's certainly less disappointing than reality, because I find that reality does not have much imagination. What do you think, Poodle?
- I think you're right, Anais, said Poodle. Reality is a very ordinary world, so you have to dream and imagine, it's essential to be happy. But we must also know how to remember that we dream or imagine something, and make the difference with reality.
- Of course Poodle, you're right, you have to know when you imagine and when it's true. So, she adds smiling, if I thought I was sleeping and dreaming that I was sleeping, I would have to remember that I would not need to wake up twice before getting up. !
- Oh, that's clever, laughs Poodle.
I'm sure you think you've never seen a poodle laugh. Yet they do it. I had two myself, and I assure you that I often saw them laughing. Of course, they do not laugh like us, no ; but they have a way of laughing with their mouths open and their tongues hanging ... look at their eyes at that moment. you will see them full of laughter.
While talking, Anaïs and Poodle follow the path that will lead "somewhere" if they walk long enough (see explanation HERE), and here they come in front of a path that we do not see the end.

IMG_6328-1

 - Regarde, s'exclame Anaïs, ici, c'est un peu sombre, alors j'aime rêver qu'il y a là-bas un château immense, plein de tours et de créneaux. Il est habité par une méchante reine qui a emprisonné une belle et douce princesse pour l'obliger à épouser son fils, laid et méchant, avec des verrues horribles sur le nez. Et je crois même que la princesse attend que son amoureux charmant aille la délivrer. 

- Look, exclaims Anais, here, it is a bit dark, so I like to dream that at the end of this path, there is a huge castle there, full of towers and battlements. He is inhabited by a wicked queen who has imprisoned a beautiful and sweet princess to force her to marry her son, ugly and mean, with horrible warts on his nose. And I even think that the princess is waiting for her charming lover to go and deliver her.

IMG_6329-1

 - Ou, reprend-elle après quelques minutes de réflexion,  peut être que je préfère imaginer que le chemin s'arrête là, et qu'au bout, il n'y a rien d'autre qu'une forêt merveilleuse où les animaux vivent en toute quiétude et en sécurité. Une forêt où les loups et les lapins cohabiteraient paisiblement avec les cerfs et écureuils, et s'entraideraient pour faire disparaitre dans les nuages les chasseurs qui s'approcheraient trop de l'orée de la forêt ; ils seraient emportés par une sorte de tornade, et paf, ils se retrouveraient assis chez eux, en ayant perdu leur fusil et leur fierté !

- Or, she continues after a few minutes of reflection, maybe I prefer to imagine that the path ends there, and that at the end, there is nothing but a wonderful forest where animals live in peace and security. A forest where wolves and rabbits would cohabit peacefully with deer and squirrels, and help one another to make disappear in the clouds the hunters who approach too much of the edge of the forest ; they would be swept away by a kind of tornado, and suddenly, then they would be sitting at home, having lost their rifles and their pride !

IMG_6340-1

 Un peu plus tard, nos deux amis arrivent devant un magnifique panorama.

- Et ici, derrière ces montagnes, continue Anaïs, n'est-ce pas agréable d'imaginer qu'il y a la mer immense, avec des dauphins qui sautent et caracolent dans les vagues, autour de magnifiques goélettes chargées d'or et de bijoux destinés à des souverains de pays lointains et inconnus. Avec des tempêtes énormes dans lesquelles les bateaux des pirates se perdent et s'abîment. Au bout de quelques instants, elle ajoute : bien sur les pirates survivraient, car je n'aime pas que les gens meurent ; et en reconnaissance de leur chance, ils deviendraient honnêtes !

A little later, our two friends arrive in front of a magnificent panorama.
- And here, behind these mountains, continues Anaïs, is not it nice to imagine that there is the immense sea, with dolphins jumping and prancing in the waves, around beautiful schooners loaded with gold and jewels destined for sovereigns of distant and unknown countries. With huge storms in which the pirate ships are lost and damaged. After a few moments, she adds: of course the pirates would survive, because I do not like people to die; and in recognition of their luck, they would become honest ! 

IMG_6251-1

Après cette longue promenade qui les a menés dans ces beaux décors, ils sont un peu fatigués et décident de rentrer se reposer.

Anaïs récupère vite. Comme il fait beau, elle décide de prendre son matériel de peinture et d'aller peindre au soleil. C'est qu'elle a un joli talent pour le dessin et le peinture.

Mais pour le moment, elle poursuit toujours son idée sur les rêves et l'imagination.

- Tu vois Caniche, c'est comme peindre un tableau du paysage qu'on a devant soi..............

After this long walk that led them in these beautiful scenery, they are a little tired and decide to return to rest.
Anaïs is recovering quickly. As the weather is fine, she decides to take her painting equipment and go paint in the sun. She has a pretty talent for drawing and painting.
But for now, she is still pursuing her idea about dreams and imagination.
- You see Poodle, it's like painting a picture of the landscape that we have before us ..............

IMG_6860-1-3

 ............ nous avons beau être en septembre, pourquoi le peindre avec l'allure d'une fin d'été, alors qu'on peut le peindre avec l'allure du printemps ? les oiseaux chantent en faisant leurs nids, les abeilles butinent dans les premières fleurs, et le vent chante une jolie mélodie en passant dans les arbres fleuris.

............ we may be in September, but, why paint it with the look of a late summer, while it can be painted with the look of spring ? the birds sing while making their nests, the bees forage in the first flowers, and the wind sings a pretty melody passing through the flowering trees.

IMG_6881-1

 - Il est joli ton tableau, lui dit Caniche. J'aime l'idée d'un éternel printemps, c'est plus agréable de l'imaginer que de se rappeler que bientôt je marcherai avec les 4 pattes dans la boue et la neige glacée !

- Et moi avec une cape qui ne m'empêchera pas d'avoir froid. Je me demande si imaginer qu'on est au printemps ou en été nous donnerait plus chaud. Après tout, tu avais bien dit qu'il suffisait de penser à quelque chose très fort pour que ça se réalise ! 

Anaïs range ses pinceaux et ses couleurs, puis tout à coup elle dit à Caniche en souriant : 

- J'ai hâte qu'on retourne tous les deux à "l'École du Vrai Savoir", et qu'on y retrouve Maitresse Oie ; elle nous apprend tant de choses, et surtout à les voir comme on devrait tous les voir : avec le coeur et l'imagination. 

Après cela, Anaïs et Caniche sont repartis se promener.

À suivre....

- It is pretty your painting, says Poodle. I like the idea of an eternal spring, it is more pleasant to imagine it than to remember that soon I will walk with all 4 paws in the mud and icy snow!
- And me with a cape that will not prevent me from being cold. I wonder if imagining that we are in the spring or in the summer would make us hotter. After all, you had said that it was enough to think of something very strong to make it happen !
Anaïs puts away her brushes and her colors, then suddenly she said to Poodle, smiling :
- I can not wait for both of us to return to the "School of True Knowledge", and we find Mrs Goose ; she teaches us so much things, and especially to see them as we should all see them : with the heart and the imagination.
After that, Anaïs and Poodle went out for a walk again.
To be continued....

Copyright ©Guyloup de Savigny-Lacoste 2019 - tous droits réservés
Copyright © Guyloup of Savigny-Lacoste 2019 - all rights reserved