25 juillet 2019

Cueillette et conservation des fruits chez les amérindiens + régime alimentaire de l'ours

To translate, use the top right button (select your language)

Les plantes sauvages comestibles constituaient une part importante de la nourriture traditionnelle des amérindiens. Plus de 250 plantes étaient cueillies à des fins alimentaires (et environ 400 espèces pour la médecine traditionnelle).

Les fruits sont la partie de la plante la plus consommée bien sur, mais les noix, les jeunes pousses et les parties souterraines de certains fruitiers étaient aussi utilisés (rappelons qu’en période de disette hivernale, le lichen, l'écorce et les racines de certaines plantes étaient également prélevés et consommés).  

La cueillette des petits fruits a toujours fait partie du mode de vie traditionnel des amérindiens. La cueillette était faite par les femmes et les enfants, parfois sous la surveillance d’un jeune guerrier ; c’était l’occasion l'occasion de visiter le territoire, de renforcer ou créer des liens, et de transmettre le savoir-faire alimentaire et médicinal.

Ici, nous voyons, de gauche à droite : Soleil d'automne, le jeune guerrier de 16 ans, qui accompagne sa soeur Pluie de printemps, ainsi que Feuille dans le vent (leur jeune soeur), et Sourire tranquille (sa fiancée). Il a pris son arc et son fusil car il y a des ours dans ce secteur ; les ours ne sont pas dangereux, car ils se sauvent quand un humain s'approche, mais on ne sait jamais ce qui pourrait se passer, et il vaut mieux être prudent si ils rencontraient un vieux mâle solitaire perclus de rhumatismes (comme ils le sont souvent en vieillissant, ce qui les rend agressifs à cause de la douleur). 

Pluie de printemps et Sourire tranquille ont 15 ans ; elles connaissent parfaitement les baies comestibles, et enseignent à la jeune Feuille dans le vent (13 ans) à les reconnaitre et les cueillir correctement sans abîmer la plante mère afin qu'elle continuer à donner ses fruits.

IMG_4306-1-3

La cueillette des baies s'étendait de juillet jusqu'aux gelées.  

Elle débutait avec les fraises, suivies des framboises, de la camarine (Empetrum nigrum) ; suivie en août des bleuets, des petites poires (Amelanchier alnifolia) et de la chicouté (Rubus chamaemorus), puis en septembre et octobre, de la canneberge, le raisin d'ours (Arctostaphylos alpina), la viorne trilobée et l'airelle vigne d'Ida (Vaccinium vitis-idaea), les «graines rouges» (airelles vigne d'Ida.

Diverses méthodes de conservation étaient pratiquées :

-          les baies entières étaient laissées au soleil ou déposées sur des treillis au dessus d'un feu ; une fois déshydratées, elles étaient remisées dans des sacs de peau, ou réduites en poudre puis mélangées avec de la graisse animale.

-          les bleuets, canneberges et airelles étaient bouillis pendant deux ou trois heures pour obtenir une pâte qui était ensuite compressée en blocs qu’on faisait sécher au soleil sur des morceaux d'écorce ; les blocs étaient régulièrement retournés jusqu’à séchage complet ; une fois secs, ils étaient disposés dans un contenant d'écorce qu'on enterrait. Cette sorte de « pâte de fruits » se conservait pendant plusieurs mois ; pour la consommer, le bloc était laissé à tremper jusqu’à réhydratation.

Ces fruits séchés étaient

-          ajoutés au repas de base des amérindiens : la Sagamité (une soupe qui bouillonnait en permanence, dans laquelle étaient rajouté ce que les chasseurs et les cueilleurs rapportaient au fil des journées comme viandes, poissons, racines, graines et fruits, enrichie avec de la graisse animale, aromatisée avec des herbes, et adoucie avec de l’eau d’érable, ou du sirop d’érable).,

-          incorporés aux galettes de maïs pour leur donner du gout,

-          utilisés dans des recettes médicinales

Lors de son premier voyage en 1534, Jacques Cartier avait noté la présence de petits fruits connus en France: groseilliers blancs et rouges, fraises et framboises. Samuel de Champlain précisa également que les Amérindiens les font sécher comme «nous le faisons des pruneaux en France » et décrivit  l'utilisation des fruits séchés dans certains plats, « telle la galette de maïs et pour donner goût à leur Sagamité ». Le récollet Gabriel Sagard raconta que « les fruits séchés donnent du goût aux galettes qu'ils font cuire sous les cendres, car elles sont fort fades». 

Au bout d'un moment, Soleil d'automne se fatigue d'entendre les filles parler de sujets qui lui semblent sans intérêt... et le voilà qui ronchonne :

- non mais franchement, des ours ! comme si il y avait des ours qui supporteraient d'entendre jacasser comme ça ; si il y en a un dans ls parages, il doit avoir fui depuis longtemps !!!

Attention Soleil d'automne : il y en a pourtant un qui vous observe ! Le voyez-vous ?

IMG_4311-1

L'ours est un animal timide, mais curieux ; ils les a donc observés tranquillement.

Puis lorsqu'ils sont repartis, il est sorti pour manger des fruits à son tour. Car les ours sont friands de fruits eux aussi !

Le régime alimentaire des ours est principalement d’origine végétale : en premier lieu des feuilles tendres et de l'herbe au printemps, mais dès qu'ils sont murs,la gourmandise leur fait vite préférer les bleuets, les fraises, les baies de shépherdie, de sureau et d’amélanchier, les cerises noires et les pommes ! Ils affectionnent également les glands, les noisettes et les faînes.Ajoutons aussi certains insectes ,comme les fourmis dont ils raffolent (ils retournent des vieilles souches et des pierres pour en trouver !). Et finalement, mais en très petite quantité, leur menu comporte du poisson, des petits mammifères et des oiseaux, mais ceci représente moins de 10 %  du total de leur alimentation.

 

Retour en 2019 :j'espère que cette petite leçon de vie des amérindiens du Canada vous aura plu !

Passez un bon jeudi :-)

♥♥♥


07 octobre 2018

Des gros "nounours" pour le sourire !

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda) 

Pour commencer la semaine avec le sourire, je vous invite à regarder ce court article sur la compétition du "plus gros ours" !!

Aux États-Unis, la compétition annuelle du Parc national de Katmai appelée Fat bear week (la semaine des gros ours), invite le public à voter pour l’ours qui aura pris le plus de poids avant la saison d’hibernation. 

https://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/competition-de-lours-qui-a-le-plus-grossi-a-vous-de-decider/114642/

Une bonne façon de créer plus de défenseurs des "gros nounours" face aux humains prédateurs.

♥♥♥

Posté par Guyloup à 21:29 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
23 juillet 2018

Réseau de braconniers d'ours qui les torturent pour en tirer plus de profits

Une honte de plus pour le non respect des animaux au Québec.... faire souffrir le plus possible des ours piégés pour que soient plus grosses les vésicules biliaires vendues aux asiatiques qui veulent bander ????? À quand les cervelles de braconniers mises en vente pour faire jouir les amoureux des animaux ????? (avec cet avantage qu'il n'y aura pas besoin de les faire sécher car leur cerveaux sont déjà secs et vides).

ScreenShot00415

ScreenShot00416

 

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1113959/ours-noirs-torture-vesicule-biliaire-braconniers-stress

https://quebec.huffingtonpost.ca/2018/07/18/un-vaste-reseau-de-braconnage-dours-noirs-demantele-dans-le-nord-est-du-quebec_a_23485032/

Vous ne manquerez pas de remarquer qu'il est écrit que :

Aucune arrestation n'a été effectuée jusqu'à présent, a-t-il ajouté. Les autorités de juridiction fédérale reprendront l'enquête sur l'exportation de cette partie très recherchée de l'animal. Si les personnes visées sont reconnues coupables des 121 chefs d'accusation comptabilisés à ce jour, elles pourraient écoper d'amendes de plus de 325 000 $.

Comme d'habitude, il y aura quelques interventions et quelques dessous de table, et ils repartiront libres de recommencer................ grrrrr.

39279427-femme-en-colère

 

24 octobre 2017

Un pull de plus, quand on aime, on ne compte pas ! A sweater of more, when you love, you don't count the cost !

Quand on aime, on ne compte pas.... et voilà donc un pull de plus !

Cette fois, c'est la douce Mikaella qui a été gâtée avec ce nouveau pull et une petite paire de bottes chaudes pour l'hiver :-)

When you love, you don't count the cost ...and here is a sweater more!

This time, it's the sweet Mikaella who was spoiled with this new sweater and a little pair of warm boots for the winter :-)

IMG_0527-1

Son ours provient de ma collection de "Ganz Bears Cottage Collectables", j'espère qu'elle en prendra soin !

Her bear comes from my collection of "Ganz Bears Cottage Collectables", I hope she will take care of it !

À bientôt, See you soon,

♥♥♥