14 janvier 2020

Parle avec le vent raconte la légende de la queue du Lapin

Cette fin d'après-midi, Pluie de printemps et sa grand-mère Parle avec le vent revenaient de soigner un malade dans un tipi du village.

Pluie de printemps a beau avoir 15 ans, elle aime toujours autant quand sa grand-mère lui raconte les légendes traditionnelles qu'elle lui contait dans son enfance (c'est ainsi que les aînés éduquaient les enfants amérindiens : au travers des légendes des animaux).

Et pour oublier leur longue marche dans le froid, elle demande à Parle avec le vent de lui raconter encore une fois pourquoi les lapins ont la queue si courte.

Glissons-nous derrière elles, et écoutons les discrètement...

IMG_0622-1

Parle avec le vent sourit, et commence à raconter :

À l'époque où le monde était jeune, Lapin avait une très longue queue touffue. En fait, sa queue était plus longue et plus touffue que la queue de Renard. 

Lapin était très fier de sa queue et il racontait constamment à tous les autres animaux à quel point sa queue était belle.

Un jour, Renard est devenu si fatigué d'entendre Lapin se vanter de sa queue qu'il a décidé de mettre un terme à la vantardise de Lapin une fois pour toutes.

Il attendit que le temps devienne si froid que les eaux du lac et des rivières gèlent. 

Alors, Renard descendit au lac avec quatre superbes gros poissons. Arrivé au lac, il fit un trou dans la glace, attacha les quatre poissons à sa queue, puis s'assit et attendit que Lapin vienne.

Lorsque Renard le vit arriver, il a laissa rapidement tomber sa queue dans l'eau froide.

Lapin sauta en quelques bonds légers jusqu'à Renard et lui demanda : "Qu'est-ce que tu fais ?"

"Je pêche, Lapin", répondit Renard.

"Avec ta queue ?" s’exclaffa Lapin !

"Oh oui, c'est la meilleure façon d'attraper le plus de poisson", dit Renard d’un air de confidence.

Perplexe, Lapin dit: "Depuis combien de temps pêches-tu ?"

Renard mentit et dit: "Oh, seulement une quinzaine de minutes."

"Ah ! et as-tu déjà attrapé du poisson ?" demanda Lapin d’un ton de doute.

Renard releva sa queue et montra les quatre gros poissons accrochés dessus.

"Wow ! et que comptes-tu faire avec ce poisson ?" s’enquit Lapin.

Renard expliqua : "Eh bien, je pense que je vais venir pêcher de temps en temps pendant environ une semaine. Ensuite, je vais emmener tous ces poissons au village voisin et les échanger contre un beau peigne à queue. Il n’en reste plus qu’un seul chez celui qui sait les faire, et je le veux vraiment pour peigner ma superbe queue".

Lapin pensa : "Si je pêchais toute la nuit entière, je parie que j'aurais assez de poisson demain matin pour faire du commerce au village avant Renard. Ensuite, je pourrais avoir moi-même ce peigne de queue. J’en ai plus besoin que lui parce que ma queue est bien plus belle et touffue que la sienne !"

Renard se leva : "Il se fait tard et j'ai froid. Je pense que je reviendrai peut-être pêcher un peu plus demain matin. A bientôt, Lapin." 

Et Renard partit.

Dès qu’il fut hors de vue, Lapin laissa tomber sa queue dans l'eau glacée du lac. 

Brrrrr, c’était froid ! 

Mais Lapin se ressaisit et se dit : "Oh, non. Je veux ce peigne de queue plus que tout au monde, je dois supporter le froid pour pêcher plein de poissons." 

Il s’assit donc sur le trou, avec la queue plongée dans la glace et essaya de "pêcher" toute la nuit.

Le lendemain, juste après que le soleil se soit levé, Renard revint. 

Il dit: "Qu'est-ce que tu fais là, Lapin?" 

Lapin répondit en claquant des dents : "Je pppppêêêchhhhe, Rennnnaarrd."

 "As-tu attrapé du poisson?" s'enquit Renard. 

"Nnnnonn ! les ppppoissoooons ne vvvviennent ppppeut-être pppppas la nnnnnuit.’ répondit Lapin.

Il voulu se lever, mais il ne pouvait pas bouger. 

"Reeennnaaaard, tu pppeux m’aaaaider ?" demanda-t-il.

Renard, avec un grand sourire sur son visage, se mit derrière Lapin, et le poussa tellement énergiquement que Lapin sortit du trou et atterrit de l'autre côté du lac (c'était un tout petit lac).

Mais sa belle queue avait gelé, et elle avait cassé en restant coincée dans l'eau gelée.

Et c'est pourquoi à partir de ce jour, Lapin a eu désormais une queue très courte et que les hommes ne le chassent plus pour sa fourrure mais pour sa viande.

Ce fut sa punition pour avoir été orgueilleux et envieux.

Mais comme le Grand-Esprit est équitable, et que Renard avait malgré tout joué un très mauvais tour à Lapin, à partir de ce jour, les hommes remarquèrent la belle queue de Renard et se mirent à le chasser pour sa fourrure.

 

Bon mardi :-)

♥♥♥

 

Posté par Guyloup à 02:29 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 octobre 2019

La légende amérindienne de l'étang de l'ours

Voici comment naissent les légendes.

En tant qu'écolos convaincus de l'urgence de la situation environnementale, Marianne et Waban appuient l'action de Greta Thunberg et participent à la grêve scolaire du vendredi (Youth for Climate : France.  Canada).

Mais aujourd'hui, après avoir quitté leurs camarades manifestants, ils ne sont pas rentrés directement car Waban voulait montrer quelque chose à Marianne.

Il lui avait dit : n'oublie pas ton appareil photo surtout.

Comme si on avait déjà vu Marianne se déplacer sans son appareil !

Le soleil était encore fort, mais il descendait rapidement ; reflétés par les feuillages jaunes et orange, ses rayons nimbaient tout d'une couleur chaude et créait des contrastes d'ombres très fortes.

Waban dit : Je vais te montrer un endroit magnifique en automne : l'étang de l'ours. Sans doute l'endroit le plus coloré de la région, a-t-il ajouté.

Marianne sourit : Y a-t-il vraiment un ours ?! 

Waban répond en riant : Il y en a au moins eu un car c'était là où était le campement d'été des mes ancêtres il y a 6 générations de cela, et le nom de l'étang provient de cette époque.  Attends que nous y arrivions, et je te raconterai l'histoire.

Les voici partis.

IMG_8231-1

Ils s'enfoncent dans l'épais sous-bois et suivent le sentier que le passage des tribus amérindiennes a tracé il y a des décennies et des décennies de cela, devenu depuis une large allée empruntée par les promeneurs, les cyclistes, les randonneurs et les touristes au fil du temps.

IMG_8234-1

IMG_8236-1

IMG_8238-1

IMG_8240-1

Tous deux avancent en silence, communiant avec cette nature qui offre une dernière fois sa beauté avant de s'endormir pour les longs mois d'hiver à venir.

Tout à coup Waban dit doucement : La lumière revient, le sous-bois s'éclaircit, nous approchons de la clairière de l'étang.

IMG_8233-1

Finalement, il s'exclame d'un ton joyeux : Nous y voici. Alors, qu'en penses-tu ?

Marianne ouvre grand ses yeux et admire l'éclatant décor dans lequel tous les tons d'ors et de carmins explosent littéralement.

[Group IMG_880_4-2

Pour le voir tel que Marianne l'a vu, cliquez ICI : _Group_IMG_880_4  et cliquez encore une fois sur l'image quand elle s'affichera, puis faites défiler !!!!

Waban sourit : Voilà, c'est ici que mes ancêtres passaient leur été. L'étang était bien plus haut à l'époque, car les amérindiens laissaient travailler les castors pour eux, dans la mesure où les castors leur faisaient des étangs grands comme des lacs, dans lesquels il suffisait d'attraper les poissons pour faire les repas.

IMG_8251-1

Il ajoute : assieds-toi sur cette souche, je vais maintenant te raconter l'histoire du nom de l'étang.

Écoutons-le nous aussi :

Mon aïeul s'appelait Soleil d'automne, il venait d'avoir 17 ans et il était parti chasser dans la montagne, quand il est tombé sur un ours blessé qui était épuisé et ne se débattait même pas. Personne ne sait ce qui lui a pris : au lieu de l'achever, et ainsi de terminer rapidement sa chasse, il a décidé de le soigner. Il a appliqué sur les blessures de l'ours le baume (antiseptique et cicatrisant que sa mère préparait avec des herbes), qu'il transportait toujours dans son sac-medecine. Puis il lui a donné à manger sa ration de viande séchée. Ensuite, il est reparti continuer à chasser et a laissé la nature suivre son cours pour l'ours.

Quelques jours plus tard, il accompagna les  jeunes filles qui ramassaient des baies. Il était fiancé à une jeune demoiselle nommée Sourire tranquille, et comme il était très amoureux, il s'arrangeait toujours pour la voir dès qu'il pouvait, donc il se portait volontaire pour les accompagner afin d'être avec elle. Voici alors qu'un ours s'approche du groupe. Soleil d'automne regretta de ne pas avoir emporté son fusil, mais seulement son arc, et il commençait a prendre une flèche dans son carquois quand il a remarqué le comportement de l'ours : celui-ci n'était absolument pas nerveux ni agressif. Même les filles ont arrêté d'avoir peur et l'ont regardé tout étonnées : l'ours leur "parlait" ! Il grognait doucement, et piétinait des pattes avant, puis tournait sur lui-même et s'asseyait, puis tout à coup, il a battu l'air de la patte en direction de Soleil d'automne, en penchant la tête de côté et il s'est couché sur le dos. 

Est-ce que tu penses que c'est l'ours que tu as soigné la semaine dernière ? a demandé Pluie de printemps, la soeur de Soleil d'automne. Si c'est le cas, il semble vouloir te remercier !

Les filles avaient toujours un peu peur, mais elles ont recommencé à ramasser leurs baies sous la surveillance de Soleil d'automne qui ne quittait pas l'ours des yeux, et peu à peu, elles se sont senties moins inquiètes.  Quand il a été temps de rentrer, l'ours s'est levé et les a suivis. Arrivés au camp, ils ont calmé les gens qui paniquaient, et ont empêché qu'on tue l'ours ; le chef est sorti de son tipi et a appelé le chamane. Ce dernier a dit que l'esprit de Soleil tranquille était entré dans l'ours quand il lui avait sauvé la vie, et qu'ils semblait qu'ils étaient devenus frères. Alors tout le monde a fini par accepter cet ours qui restait près du tipi où vivaient Soleil d'automne et Pluie de printemps avec leur famille.

Quand ils ont levé le camp pour rejoindre l"emplacement du camp d'hiver, plus à l'abri dans les bois, l'ours ne les a pas suivi. Mais quand ils sont revenus au printemps suivant, l'ours était là. Quand Soleil d'automne a épousé Sourire tranquille, et qu'ils ont eu leur propre tipi, l'ours est venu dormir près de son tipi, et on dit qu'il a éloigné les coyotes des enfants un été où le nombre des coyotes avait été très important et qu'ils étaient devenus agressifs même avec les humains.

Voici pourquoi depuis, on appelle cet étant "l"étang de l'ours" (https://hikster.com/hikes/2812/), et qu'on appelle "le pic de l'ours" ( https://www.cantonsdelest.com/blogue/250/paddle-et-pic-de-l-ours-a-orford ) la montagne où Soleil d'automne a rencontré l'ours blessé quand il avait été chasser.

Ferme les yeux, ajoute Waban. Je suis sure que tu vas les voir dans ta tête.

Marianne ferme les yeux, et effectivement elle se croit retournée en 1860, au même endroit :

IMG_8269-2

Marianne est rêveuse, elle a du mal à se lever de sa souche pour repartir. Mais il faut rentrer, le soleil descendra bientôt derrière la montagne et la lumière baissera trop pour bien voir les embuches du chemin sous les feuilles.

IMG_8302-1

IMG_8308-1

IMG_8312-1

Si vous avez aimé cette randonnée en compagnie de Marianne et Waban, je vous offre un fond d'écran (wallpaper HD 1920 px) à voir pour le plaisir en grand format, ou à télécharger pour votre ordinateur, ici : IMG_8231_1920 pour que vous puissiez les accompagner "presque pour de vrai" !

Et si vous vous demandez comment j'emporte des poupées pour mes randonnées, voici la réponse : j'ai un sac à dos dans lequel il en rentre quatre debout ; dans le cas présent, Marianne et Waban + Pluie de printemps et Soleil d'autome. Photo prise par Petit mari bien sur.  J'ajoute que je suis en t-shirt, car pas frileuse du tout, mais Petit mari, comme la plupart des gens croisés, avaient enfilé pulls ou sweats !

IMG_2152-1-2

Pour finir, je précise que j'ai inventé la légende de l'ours de Soleil d'automne (sans doute l'imagination d'Anaïs au pays des merveilles déborde-t-elle sur moi !). En effet, personne ne connait l'origine du nom de l'étang ni de la montagne, tous deux situés dans le parc national du Mont Orford, et j'ai pensé que cette petite histoire en valait bien un autre pour expliquer leur origine :-)

Passez un bon samedi.

♥♥♥