16 décembre 2019

Les jeunes décorent le sapin

Erika et Nils sont passés chez Rose pour lui apporter la commande qu'elle a faite dans leur magasin général.

Rose leur offre le thé avant qu'ils repartent dans le vent glacé. 

Nils demande à voir Lily, et lui dit : "j'ai appris que toi et ton frère, et vos amis, aviez tous très bien travaillé à l'école, alors je vous ai apporté un beau ruban rouge pour décorer le sapin que vous êtes allés chercher".

Lily est très contente, et remercie chaleureusement Nils et Erika.

IMG_0295-1

Le lendemain, Kirsten, Erik et Karen viennent pour décorer le sapin qui a été installé dans le salon.

Salon qui, comme vous vous en souvenez peut-être, est aussi l'atelier de couture de Joséphine.

Joséphine a ronchonné qu'elle avait du travail de couture à finir pour une cliente, mais c'était juste pour la forme, car elle est bien contente de voir les enfants si heureux, et puis, le sapin sera bien joli auprès d'elle quand elle va coudre demain. Donc, elle est partie se promener avec Adrienne et Rose à la ferme des parents de Kirsten et Erik pendant que les jeunes décorent leur sapin.

C'est la plus jeune, Karen, qui n'a que 13 ans, à qui revient l'honneur de mettre le ruban dans l'arbre.

IMG_0299-1

Les autres accrochent ensuite des pommes rouges et des pommes de pin sur les branches, puis l'étoile en papier doré que Lily a fabriquée.

IMG_0309-1-1

Quand ils ont terminé, ils s'exclament : "on n'a jamais vu un plus beau sapin de Noël de toute notre vie" !

IMG_0309-1

Connaissez-vous l'historique du sapin de Noël ? cela remonte très très loin, bien avant la naissance du Christ.

Au plus loin qu'on le sache, les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires, auxquels étaient associé un arbre à chacun. 

L’épicéa (appelé épinette ou pruche au Québec), était celui qui correspondant au 24 décembre. Notez bien que l’épicéa était appelé « arbre de l’enfantement » par les celtes… curieux, non ?! 

Pour le rite celte du solstice d’hiver, c'est-à-dire la renaissance du soleil (date où les jours cesseront de raccourcir) l’épicéa, arbre symbole d’enfantement, était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé. 

Vint ensuite la naissance de Jésus, et de la religion chrétienne. 

En 354 après JC, l’Église institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec la fête païenne du solstice d’hiver. 

À cette époque, la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité. 

Un peu plus tard,  un moine évangélisateur allemand, Saint Boniface, voulant convaincre les derniers druides germains que le chêne n’était pas un arbre sacré comme ils le pensaient, en fit abattre un gigantesque auprès duquel se déroulait toutes sortes de cérémonies druidiques depuis des siècles, justement  le jour du 24 décembre. Or, en tombant, l’énorme chêne arbre écrasa et tua absolument tout ce qui se trouvait sur son passage… à l’exception d’un jeune tout petit jeune sapin. 

A partir de là, la légende fait son œuvre :  ayant vu un signe dans cet évènement, qui devait pourtant être un pur hasard, et qui se déroulait un 24 décembre, Saint Boniface l’a qualifié de miracle, et déclaré : « désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus ». 

La légende se répandant, on a planté alors chaque année des jeunes sapins, en Allemagne, puis ailleurs dans les divers pays saxons, pour célébrer la naissance du Christ.

Ces jeunes sapins étaient mis en pots (avec les racines), rentrés dans les maisons et décorés, avant d’être replantés en extérieur après les fêtes. 

À cette époque, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux, et l’étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethleem commença à se répandre. 

On voyait plutôt ces arbres de Noël dans les pays saxons, jusqu'en Alsace-Lorraine. Ce sont les protestants, vers 1560, qui développèrent la tradition du sapin de Noël, essayant de l'instaurer dans la France entière, pour se démarquer des catholiques 

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d’huile à la surface desquelles des mèches flottaient, ainsi que des chandelles souples nouées autour des branches…. Avec tous les risques que cela comportait ! 

En 1738,  Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, fit  installer un sapin de Noël dans le château de Versailles. 

En 1837, la duchesse d’Orléans Hélène de Mecklembourg, d’origine Allemande, en fit décorer un aux Tuileries.

Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d’Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français des régions qui ne la connaissaient pas encore. 

C’est à partit de cette période que la France adopta cette tradition.

En ce qui concerne l'Amérique du nord, majoritairement protestante, ce sont les colons scandinaves et anglo-saxons qui ont introduit cette tradition.

Pour le Canada, c'est à Sorel au Québec, que l'arbre de Noël fait sa première apparition, la veille de Noël de 1781, chez la baronne Riedesel, de naissance allemande, qui reçoit un groupe d'officiers britanniques et allemands. Le pouding anglais est au menu, mais le clou de la soirée est le sapin aux branches décorées de fruits et de chandelles allumées, dressé dans un coin de la salle à manger. 

À la fin du XIXe siècle, la plupart des caractéristiques familières du Noël moderne, y compris la figure du père Noël, la bûche de Noël, le houx et le  gui, les chants de Noël et les sapins de Noël devinrent populaires., notamment en raison du mariage de la reine Victoria au Prince Albert, né en Allemagne,  qui amena les immigrants britanniques à introduire ces coutumes au Canada. 

Et vous, avez-vous déjà installé votre sapin de Noël ? le mien est installé depuis le début du mois, autant profiter longtemps de l'esprit des Fêtes:-)

Bon lundi !

♥♥♥


02 novembre 2018

La légende du mélèze - The legend of larch

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda) 

À cette époque de l'année, en dehors de quelques feuilles de bouleau qui tentent encore de s'accrocher, les décors seraient bien tristes sans la beauté majestueuse des mélèzes qui éclairent le paysage de leur jaune éclatant.

IMG_0411-1

Durant tout l'été, on ne les distingue pas des sapins, ils ont sensiblement la même forme et la même couleur... mais arrivé en octobre, le mélèze devient jaune et se distingue de ses autres frères résineux pour le plaisir de nos yeux.

IMG_0414-1

IMG_0451-1

IMG_0461-1

Toutefois, le mélèze a une particularité par rapport aux autres résineux : ses aiguilles sont souples et douces, et il les perd en fin d'automne lorsqu'elles atteignent l'apogée de leur chaude couleur.

Savez-vous pourquoi ?

Écoutons donc Charlotte qui, passant devant des mélèzes en rentrant de l'école, raconte justement à son ami Nicolas la légende contée par les indiens Algonquins sur ce sujet :

IMG_0420-1

L’automne était déjà bien avancé ; il commençait à faire froid. 

Un petit oiseau qui devait retourner dans des contrées plus chaudes se retrouva les ailes cassées.

Il ne pouvait plus voler et pour comble de malheur, la neige commençait à tomber.

En sautillant il entra dans une grande forêt pour demander refuge aux arbres, pour y passer l’hiver, se réchauffer et se soigner.

Chemin faisant, il rencontra un mélèze.

Il lui demanda : 

- S'il te plait, puise trouver refuge parmi tes branches afin de passer l’hiver, car j’ai les ailes cassées, je ne peux pas retourner chez moi et j’ai besoin de me soigner.

Le majestueux mélèze, très fier de son "ramage" automnal lui répondit en secouant ses branches délicatement étoilées de jaune :

- Je ne peux pas, tu risques de salir mes branches et mes jolies aiguilles, alors vas-t-en, je n’ai pas besoin de toi. 

Déçu, le petit oiseau s’en alla sautillant.

Il y avait de plus en plus de neige et il avait froid.

Il rencontra un bouleau, puis un tremble, et leur demanda si ils pouvaient l'héberger pour l'hiver, mais ceux-ci avaient entendu le mélèze, et fiers eux aussi de leur beau feuillage jaune d'automne répondirent non au petit blessé.

Le pauvre petit oiseau avait de plus en plus froid, et de plus en plus de mal à sautiller dans la neige qui s'épaississait, mais il continua son chemin.

Il rencontra alors un érable, puis un chêne, et leur demanda à leur tour si ils pouvaient l'héberger pour l'hiver, mais ceux-ci avaient entendu le mélèze, le bouleau et le tremble, et fiers eux aussi de leur beau feuillage orange d'automne flamboyant répondirent non au pauvre oiseau.

Le petit petit était désespéré.

S’il ne pouvait s’abriter et se réchauffer, il allait mourir de froid et de faim. Il avança péniblement encore un peu, et épuisé, se reposa au pied d’un grand arbre. C’était un sapin bien vert, dont les hautes branches se mêlaient au sommet avec les basses branches d'un grand pin, bien vert lui aussi.

Mais il ne leur demanda rien car les réponses des autres arbres de la forêt l’avaient découragé.

Il abandonnait la lutte, commençait à s’endormir en pensant qu’il n’allait pas se réveiller et qu’il allait rejoindre le Grand Manitou, quand il entendit deux voix qui l'interpelaient : 

- Que fais-tu là, petit oiseau, tu as l'air d'avoir besoin d'aide ?

- Qu'est-ce qui t'arrive, petit oiseau, es-tu blessé ?

C’était le sapin et le pin, inquiets de le voir si mal en point, qui s'adressaient à lui.

- Oh beau sapin, Oh grand pin, je voulais trouver refuge dans les branches d’un arbre de la forêt afin de passer l’hiver, car j’ai les ailes cassées, je ne peux pas retourner chez moi et j’ai besoin de me soigner, mais pas un arbre n’a voulu de moi, alors je crois que je vais mourir ici, si tu m'autorise à rester à ton pied, sapin. 

Le sapin lui répondit :

- Mais voyons, monte vite dans mes branches épaisses, abrite-toi et réchauffe-toi. Je vais te tenir protégé de la neige tout l'hiver, et soigner tes ailes avec ma sève, ainsi tu pourras attendre le printemps. 

Et le pin lui dit :

- Tu pourras aussi venir dans mes branches quand tu voudras profiter des rares rayons du soleil, ça fera du bien à tes ailes. Tu pourras profiter de notre aide durant toute la mauvaise saison.

Alors le petit oiseau grimpa du mieux qu’il put et se blottit au cœur du sapin, entouré de ses branches protectrices bien touffues.

Le sapin soigna ses ailes et l’hiver passa.

Il allait de mieux en mieux, ses ailes étaient guéries et il voletait du sapin au pin, et du pin au sapin, heureux de la protection de ses nouveaux amis.

Le printemps arriva et le petit oiseau entendit tout à coup le chant d'autres petits oiseaux de sa famille ; ils étaient revenus pour la migration d'été.

Alors il dit au sapin et au pin :

- Sapin, pin, je vous remercie de m’avoir abrité et soigné. Je vous aime beaucoup, mais l’heure est venue pour moi de partir retrouver ma famille. Je n'oublierai jamais votre générosité et j'espère que le Grand Manitou vous en récompensera.

Et il s’envola.

Le printemps, puis l'été passèrent. Et l’automne arriva.

Dans la forêt, comme toujours, le tremble et le bouleau perdirent leur belles feuilles jaunes, l'érable et le chêne perdirent leurs belles feuilles oranges.

Mais alors, il se passa une chose étrange qui n’était jamais arrivée : le mélèze se mit à perdre ses belles aiguilles jaunes ! une par une elles tombaient sur le sol... à son grand désespoir, il se dénudait petit à petit, comme un arbre ordinaire.

Mais le sapin et le pin, eux, restaient bien verts.

- Mais je suis un résineux, s'écria le mélèze en s'adressant au Grand Manitou. Qu'est-ce qui se passe ? je dois conserver mes belles aiguilles, pas les perdre comme un arbre ordinaire perd ses feuilles ! 

Alors, la voix du Grand Manitou se fit entendre :

- Mélèze, tu as été orgueilleux, égoïste, indifférent au malheur d'autrui, et tu as donné le mauvais exemple aux autres. Pour cela je te punis : désormais, tu seras le seul résineux à te dénuder durant tout l'hiver, et tu perdras chaque année à l'automne les belles aiguilles dont tu es si fier.

IMG_0438-1

Plus prosaïquement, Mélèze est un nom vernaculaire donné aux résineux (conifères) du genre Larix de la famille des pins (Pinacées). Douze espèces de Larix poussent dans l'hémisphère Nord, dont trois au Canada. 

Le mélèze peut devenir très grand, 20 à 45 mètres de hauteur selon la géographie de son emplacement de naissance.

Voici à quoi il ressemble en été, mêlé parmi ses frères sapins et aussi vert qu'eux :

IMG_2678-1

On dit du mélèze que c'est une espèce pionnière car il pousse là où la forêt n'existe pas encore : ses aiguilles, douces au toucher, poussent en faisceaux sur de très courtes ramilles, en tombant à terre à l'automne, elle se transforment en humus riche où graines et plantes vont pouvoir se développer. 

IMG_0427-1

- Alors, qu'as-tu tiré comme conclusion de la légende du mélèze ? demande Charlotte à Nicolas.

Après un instant de réflexion, Nicolas lui répond :

- Je pense que cela veut dire que nous devons partager avec les plus démunis quand ils ont besoin d'être aidés, même si d'autres disent qu'il ne faut pas les aider et les recevoir chez soi.

- C'est bien mon avis aussi, a conclu Charlotte.

IMG_0426-1

C'est bien le mien aussi, les enfants.

J'espère que cette légende du mélèze vous aura plu,

et que vous remarquerez désormais plus ce bel arbre, si majestueux, mais si sévèrement puni,

lorsque vous le verrez vert, identique à ses frères sapins durant l'été,

et si éclatant dans sa robe jaune à l'automne.

♥♥♥