08 décembre 2018

Fond d'écran des amérindiennes : mise à jour

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Je viens de mettre à jour le message précédent avec une seconde version du fond d'écran que je vous offrais hier soir (ou ce matin pour vous en Europe, et oui, de notre côté de l'océan, on a dormi depuis !).

Vous pouvez voir et enregistrer cette seconde version ici : IMG_1439_1920 ; personnellement, je la préfère à la première car l'angle de prise de vue est à mon avis meilleur.


Une très vieille photo + la nourriture des amérindiens en hiver - Very old photo + native winter food

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

J'ai rencontré Kaya et ses 3 amies de la tribu qui se déplaçaient avec difficulté dans la neige, accompagnées d'un groupe de chien de traineau.

Elles étaient emmitouflées dans des fourrures jetées par dessus leurs robes de peau de daim, pour tenter de lutter contre le froid.

La vie n'était pas facile durant l'hiver pour les amérindiens de la moitié nord des USA et du Canada.

Ici, une photo "d'époque" :

IMG_1431-1-old

 et ici, une version plus colorée :-)

IMG_1431-1-2

Si cela vous intéresse, voici une autre version avec un cadrage beaucoup plus large du décor et des arbres, en fond d'écran 1920 x 1080 pixels : cliquez ici  IMG_1431_1920  ou avec un angle légèrement différent, cliquez ici IMG_1439_1920

 

Savez-vous que dans la culture des amérindiens du nord, il y avait 6 saisons, et non pas 4 comme c'est la règle dans notre calendrier ? Les voici, avec les appellations de chacun des mois (pas les mois du calendrier, mais en fonction des cycles de la lune) :

La saison du grand sommeil, celle de la haute neige et des grands froids.

Janvier = Mois le plus long

Février = Mois où les pierres se fendent

La saison du réveil, avec la fonte des neige et "le temps des sucres" (récolte de l'eau d’érable).

Mars = Mois des grandes tempêtes de neige

Avril = Mois où la glace craque

La saison du renouveau, quand la neige ne recouvre plus le sol et que les oiseaux migrateurs reviennent.

Mai = Mois des feuilles

Juin = Mois des fraises

La saison de l'épanouissement, la saison de la pêche et de la cueillette.

Juillet = Mois des baies

Août = Mois des récoltes

La saison des provisions, la saison de la chasse.

Septembre = Mois du chevreuil (cerf de Virginie)

Octobre = Mois de l'orignal (élan)

La saison du l'endormissement, saison de la trappe pour la fourrure

Novembre = Mois où le silence se fait

Décembre = Mois des temps long

Et je vous confirme que cela correspond vraiment à ce que nous vivons ici, je suis entièrement d'accord avec leur découpage en 6 saisons.

Comment survivaient-ils à ces hivers ?

Durant la belle saison, ils tentaient de faire des réserves de vivres et fourrures suffisantes pour passer à travers de 5 à 6 longs mois d’hivers rigoureux, tant pour la nourriture que pour les couvertures pour se protéger du froid.

Ils faisaient des provisions de poissons et viande que les hommes chassaient et pêchaient, et que les femmes dépeçaient, puis fumaient ou séchaient. La viande séchée était aussi souvent conservée dans la graisse. Elles conservaient les peaux qu'elles tannaient, ainsi que les tendons qu'elles effilaient et les os qu'elles nettoyaient afin que les hommes les travaillent pour en faire couteaux et objets divers.

Les femmes et les enfants ceuillaient les fruits et les baies, ainsi que des plantes racines, puis les séchaient. Ils ramassaient aussi les noix de pin (pignons) qu'ils conservaient en creusant des trous où ils les enfouissaient pour éviter qu’elles ne gèlent trop (la terre peut geler jusqu'à 80 cm de profondeur dans ma région, et pourtant je suis tout au sud du Canada !).

Quand ils la mangeaient fraiche, durant la belle saison, la viande comme l’ours, le lièvre,la perdrix, l'écureuil, le porc-épic, la marmotte, etc, était rôtie ou préparée dehors, en un ragoût collectif qui était "rallongé" à chaque fois qu'un chasseur du clan rapportait une nouvelle viande quelconque à rajouter dans la marmite, on rajoutait alors de l'eau et des racines sauvages (carottes, etc). 

Durant la mauvaise saison, ces provisions étaient consommées à nouveau sous forme de ragout confectionnés sur le feu dans le centre du tipi, avec le poisson et la viande séchés dans la graisse, ou fumée ; ragout qu'on rallongeait sans cesse en faisant fondre de la neige et en rajoutant du poisson, de la viande, des fruits et racines séchés.

Ils donnaient du gout à leur nourriture en ajoutant des herbes sauvages comme l'ail des bois et la menthe sauvage, mais aussi les baies de genévrier et les fruits séchés. Ils brûlaient également certaines feuilles afin d’obtenir une cendre au gout un peu salé.

Les fruits séchés et les noix servaient de coupe-faim car il fallait économiser la nourriture dans la mesure où on ne sait jamais si le printemps sera précoce où tardif, même parfois très tardif.

Bien sur l'espérance de vie n'était pas longue (environ 40 ans lors de l'arrivée de blancs), et les carences diverses dues à cette alimentation limitée et à l'hivernage provoquait de nombreux problèmes (dents, etc).... sans compter les tueries perpétuelles entre tribus.

La vie était donc vraiment rude pour les amérindiens... rien à voir avec l'idéalisation des films, romans et fausses histoires et légendes qui se propagent sur le net. 

Peut être l'ignoriez-vous, mais il y a de la neige un peu partout en amérique du nord durant l'hiver... bien sur, au Canada, mais voici une carte où vous verrez tous les endroits où il tombe de la neige aux USA, avec les mois des premières chutes :

ScreenShot01023

 

 

Curieusement, les états qui n'ont que très rarement de la neige (en brun) sont en partie ceux qui ont fait sécession lors de la guerre du même nom... bizarre !

Une dernière image pour clore ce message :

native-americans-winter

Bon samedi :-)

♥♥♥

11 septembre 2018

Pulls-gilets et leur tutoriel pour débutantes - Sweater-vests and their tutorial for beginners

Et de 4 gilets ! cette fois j'ai utilisé les 4 pelotes multicolores que j'avais trouvées chez Michaels (gamme Abby). Malheureusement, ils ne les ont pas continuées cet automne et il n'y en a plus depuis que la nouvelle collection de saison est arrivée.

And 4 vests! this time I used the 4 multicolored balls that I had found in Michaels (Abby range). Unfortunately, they have not continued this fall and there is none since the new season collection has arrived.

IMG_9006-1

et voici 2 pulls tricotés avec la même méthode que les gilets ci-dessus :

 and here are 2 sweaters knitted with the same method as the vests above :

IMG_8998-1

En effet, l'avantage de ce pull-gilet est qu'il est réversible, et peut être mis d'une manière ou d'une autre, selon l'envie du jour.

J'ai fait un tutoriel "pour débutante" sur ce pull-gilet pour poupées 18 pouces/46 cm de type American Girls et Journey girls.

Ma méthode n'est peut être pas très orthodoxe, mais elle est très efficace !

Vous pouvez le télécharger ici : TUTORIEL_PULL_GILET (un commentaire serait apprécié !)

Que mes amies anglophones soient patientes, je sais qu'on me l'a demandé plusieurs fois, mais il me faut le temps de raduire ce tutoriel avec les expressions et abbréviation du tricot en anglais car elles sont très très différentes des expressions en français.

Indeed, the advantage of this sweater-vest is that it is reversible, and can be put one way or another, according to the desire of the day.

I made a tutorial "for beginner" on this sweater-vest for 18 inches dolls as American Girls and Journey girls.

My method may not be very orthodox, but it is very effective!

You can download it here in french : TUTORIEL_PULL_GILET

That my English-speaking friends are patient, I know that I have been asked several times, but I need time to translate this tutorial with the expressions and abbreviation of knitting in English because they are very very different from the expressions in French.

♥♥♥

29 août 2018

Le tilleul ... The lime tree...

Quand ils ont planté ce tilleul, il était plus petit que moi...
When they planted this lime tree, he was smaller than me ...

IMG_7184-1

IMG_7180-1

 

Le temps passe vite, même pour les poupées.

Time flies, even for dolls.

♥♥♥

 

Posté par brico-guyloup à 23:28 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 août 2018

Chavonne l'intrépide - Chavonne the intrepid

Chavonne et sa bande d'amis intrépides ont encore attiré mon appareil photo !
Textes sur les photos en anglais + en français.

Chavonne and her band of intrepid friends have still attracted my camera !
Texts on photos in English + in French.

IMG_7150-4

IMG_7151-1

IMG_7151-2

IMG_7150-3

IMG_7150-5

 

Bon dimanche / Have a nice Sunday

♥♥♥


21 juillet 2018

Dimensions d'une table de pique-nique pour poupée 46 cm - Dimensions picnic table for 18" doll

Ici même et sur Facebook, j'ai reçu de nombreuses demandes de précisions sur les dimensions de la table de pique-nique présentée ICI  et ICI , réalisée par mon amour de petit mari. Voici donc les cotes précises pour celles qui voudront en faire une à leur tour.

Here and on Facebook, I received many requests for clarification on the dimensions of the picnic table presented HERE  and HERE, made by my love of husband. Here are the precise odds for those who want to make one in their turn.

IMG_5145-1-DIMENSIONS

 

IMG_5161-1

Bon bricolage / Happy crafting 

♥♥♥

15 juillet 2018

Allez les bleus !!!

Allez, on crie avec elles !!!!!!!!!!!!!!

IMG_6535-1-2

 

Bon dimanche :-)

♥♥♥

 

14 juillet 2018

Promenade dans le marais, vie des bernaches et œufs de tortues - Walk in the marsh, life of geese and turtle eggs

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda) 

Nos petites photographes, Lea, Peony et Gabriella, ont accompagné Callie dans le marais du lac Massawippi, aménagé avec des trottoirs de bois qui le traversent, pour le plus grand bonheur des photographes et amateurs de nature.

Callie voulait leur montrer des oies bernaches dans leur milieu naturel, et leur expliquer leur moeurs.

À peine arrivées, elles ont vu une bernache qui se reposait, et qui n'a pas semblé du tout inquiète de voir nos amies s'approcher d'elle ! (par contre, elle se méfiait de moi, l'humaine, comme le montre son regard... avec raison : ces pauvres oiseaux sont traqués par les chasseurs au printemps et à l'automne).

IMG_5773-1-2

 

Callie explique : 

Les bernaches du Canada ont des liens familiaux très forts. D'abord, elles sont monogames, les couples se forment pour la vie ; si un des compagnons meurt, l'autre restera veuf toute sa vie, et participera alors dans le groupe à l'éducation et surveillance des petits des autres.

Elles communiquent beaucoup : les chercheurs ont décrryptés environ 13 cris différents, variant des bruyants cris de salutation et d’alarme aux faibles gloussements et aux murmures des bernaches qui s’alimentent. Les oisons commencent à communiquer avec leurs parents alors même qu’ils sont encore dans leur oeuf. Leurs cris se limitent à des petites salutations, à des cris de détresse et à des trilles aigus indiquant leur contentement. Les oisons répondent de façons différentes à différents cris des adultes, ce qui indique que les adultes utilisent une variété de cris possédant une gamme de significations pour communiquer avec leurs petits. 

IMG_5848-1

Les oisons demeurent avec leurs parents une année entière et retournent avec eux dans les aires de reproduction après leur premier hiver. Ainsi les bandes migratrices à l’automne et au printemps comprennent un bon nombre de familles proches, voyageant ensemble. 

Bien que la plupart des bernaches du Canada agissent de façon territoriale pendant la période de nidification, chaque couple défendant son propre espace, elles se réunissent en bandes de plusieurs centaines d’oiseaux lorsqu’elles migrent ou qu’elles se trouvent dans les aires d’hivernage.

Les bernaches se reproduisent sur tout le territoire de l’Amérique du Nord, sauf dans le grand nord artique et dans l'extrême sud des USA. La migration de printemps vers les zones de reproduction du nord commence à la fin de l’hiver et peut durer plusieurs semaines car elles voyagent lentement en suivant la fonte des neiges. La migration d'automne vers le sud débute lorsque l’eau et le sol commencent à geler dans les aires de reproduction. Le voyage est plus rapide que le vol printanier vers le nord : de nombreuses bernaches parcourent plus de 1 000 km en moins d’une semaine, depuis le nord du Canada  jusqu’à leur aire d’hivernage "familial" aux USA. Les familles comportant des oisons, qui migrent vers le sud pour la première fois, effectuent le voyage moins rapidement que celles formées uniquement d’adultes, ces derniers étant prioritairement la cible des chasseurs impatients de les tuer sans limites de nombre à l'automne, laisse à penser que les groupes d'adultes seuls, ou veufs, se sacrifient pour protéger le futur passage des familles avec oisons.

Les bernaches se nourrissent sur la terre. Pendant l’hiver, elles s’alimentent souvent dans des champs où elles cherchent des restes de maïs, d’avoine, de soya et d’autres cultures et grains tombés sur le sol au moment de la moisson. Certaines bernaches s'habituent aux humains et s’alimentent sur le gazon des pelouses, des parcs et des terrains de golf.

Au printemps et en été, elles s’alimentent surtout de graminées, de feuilles, de fleurs, de tiges, de racines, de graines et de baies. Elles doivent consommer de grandes quantités de nourriture pour obtenir les nutriments dont elles ont besoin et passent souvent 12 heures par jour ou plus à s’alimenter car elles ont besoin de réserves suffisantes de graisse et de protéines pour terminer la migration, produire une couvée d’œufs et survivre pendant environ un mois de couvaison où elles ne prendront presque pas le temps de s'alimenter, devant surveiller le nid en permanence pour protéger les oeufs, puis les oisons des nombreux prédateurs qui les guettent :  mouettes, goélands, corneilles, corbeaux, ratons-laveurs, mouffettes, vison, renards, coyotes, loups, ours. 

Les oisons nouveaux nés ont un duvet de couleur jaune qui s’assombrit en gris terne au cours des premières semaines de leur vie (voir photo précédente) ; à mesure que les oiseaux grandissent, des plumes couvrent petit à petit le duvet, et lorsque les jeunes bernaches sont prêtes à voler à la fin de l’été, il est difficile de les différencier de leurs parents. À partir de ce moment, les mâles et les femelles se ressemblent quel que soit le temps de l’année. 

Image9

 

Callie ayant fini d'expliquer la vie des bernaches, les 4 amies ont continué leur promenade dans le marais :

IMG_5822-1

 

Je vous laisse découvrir les photos "qu'elles" ont prises (non, non, c'est pas moi, c'est elles !) :

IMG_5793-1

IMG_5791-1

Tout à coup, j'ai vu Peony s'éloigner des autres, elle admirait les superbes iris versicolores (fleurs emblème du Québec) : 

IMG_5800-1

IMG_5833-1-2

IMG_5840-1

IMG_5785-1

 

Puis après leur longue promenade, elles sont revenues vers le lac Massawippi :IMG_5786-1

où un couple profitait de la tranquilité pour faire du kayak avant l'arrivée des cohortes de vacanciers pollueurs, avec leurs bateaux à moteurs qui gachent tout par le bruit, l'odeur, et les remous qu'ils provoquent, s'amusant des difficultés qu'ils créent aux kayakeurs qui ont du mal à garder la stabilité de leur embarcation... 

IMG_5762-1

Sur le chemin longeant la berge du lac d'un côté et le marais de l'autre, les filles sont constaté que les tortues ont bien pondu cette année  (nos deux espèces principales locales : la chrysemis picta et la chelydre serpentine) ; combien de petites tortues auront réussi à éclore (les ratons laveurs grattent la terre pour attaper les oeufs), et dans ce cas, à rejoindre l'eau avant que les prédateurs oiseaux ne les attrapent, on ne le saura pas, mais on croise les doigts pour elles.

IMG_5844-1

IMG_5790-1

IMG_5789-1

Image11

Image12

Voilà, les 4 amies vous ont fait partager leur visite du marais, en espérant que cette sortie dans la nature vous aura plu autant qu'à elles :-)

 

IMG_5825-1

♥♥♥

 

10 juillet 2018

Customisations... photos du ciel, et tristes constatations - Customizations ... photos of the sky, and sad findings

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda) 

J'ai encore eu l'occasion d'acquérir un groupe de 4 poupées Journey girls d'occasion, dont j'avais déjà les modèles, mais qui venaient avec un lot de vêtements, chaussures et accessoires très intéressants, et en plus à prix tout doux (demandé par une toute jeune fille qui estime ne plus avoir l'âge de jouer à la poupée).

J'ai donc customisé 3 de ces poupées comme vous allez le voir ci-dessous ; la 4e est en attente d'inspiration !

Je vous confirme que même si vous avez un doute, oubliez-le : ce sont bel et bien les mêmes poupées 1051737111

 

 

Voici pour commencer la blonde Ilee, version originale à gauche, et ma customisation en brune à droite :

IMG_6396-1

 Voici ensuite Kelsey ancien modèle. L'originale au centre ; à gauche, une ancienne customisation ; à droite la nouvelle faite aujourd'hui. J'ai décidé de l'appeler Abby, je pense que son style un peu gothique avc des vêtements sombres, vernis à ongle noir, rouge à lèvres foncé, et cheveux noirs, vous explique pourquoi  ; je compte d'ailleurs lui ajouter un collier de chien ! (à moins que vous ne connaissiez pas la série NCIS et le personnage de Abby Sciutto, auquel cas vous ne comprendrez rien à ce que je raconte !!).

IMG_6393-1

 Pour finir, Dana la brune ; version originale au centre (coiffée ici avec une queue de cheval) ; à droite, une ancienne customisation avec des nattes, taches de rousseur et joues en pomme d'api coquine ; à gauche, la customisation du jour avec une perruque blonde bien sage :

IMG_6388-1

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui au niveau des poupées (enfin, non parce que j'ai plein d'autres photos à vous montrer, dont Léa qui vous fera bientôt un reportage sur un célèbre papillon américain et sur une plante sauvage très intéressante, pas aujourd'hui mais ça va venir dès que j'ai un moment).

En attendant, je vous présente notre ciel à 13 h 15 :

IMG_6354-1

 et notre ciel à 13 h 25 :

IMG_6382-1-2

 Une fois de plus, malgré tout ce cinéma de ciel noir, de vent, de tonnerre et d'éclairs, il n'est tombé que quelques gouttes ;

toutes les plantes, et même les rudbéckias sauvages se plaignent de la sécheresse du sol et sont en berne.

Et quand on lit ce genre d'article : "Un nouveau rapport prévoit que 75 % des habitants de la planète risquent de mourir de chaud d'ici à 2100" (à lire ici : http://www.lepoint.fr/environnement/allons-nous-tous-mourir-de-chaud-07-07-2018-2234088_1927.php  ; merci Mirguette) ça confirme l'ampleur des dégâts.

Du reste, si vous hésitez à vous acheter cette saloperie qu'est la climatisation (chose que je déteste depuis toujours, j'ai même lors d'une promotion professionnelle quand je travaillais à Paris, refusé mon nouveau bureau avec vue sur les Champs Élysées justement parce qu'il était climatisé ! mauvais pour la santé, mauvais pour la planète), je vous invite à lire cet autre article : "réchauffement climatique : le cercle vicieux de la climatisation" : http://www.lepoint.fr/environnement/rechauffement-de-la-planete-le-cercle-vicieux-de-la-climatisation-16-05-2018-2218837_1927.php . Les seuls endroits qui devraient être climatisés sont les endroits où il y a des malades, hopitaux, maisons de santé, etc, mais non, justement c'est là qu'il n'y en a pas la plupart du temps, pendant que des gens en parfaite santé polluent avec ça, alors qu'ils pourraient fort bien vivre sans climatisation dans leurs appartements et bureaux.

Je me demande si les gens pensent réellement à leurs enfants, petits-enfants et descendants, ou bien si ils s'en foutent totalement et se disent qu'ils se débrouilleront avec ce qu'on leur aura laissé comme ardoise climatique en guise d'héritage...

♥♥♥

 

27 juin 2018

On a tous besoin d'une personne qui... We all need a person who ...

Callie a retrouvé sa meilleure amie, Kaya. Comme vous le voyez à leur visage, elles ne sont pas de la même nation. Kaya est de la nation des Nez perce (si vous voulez connaitre l'histoire de cette fière nation amérindienne, lisez leur histoire ici : http://nationsindiennes.over-blog.com/2015/08/nez-perce.html ).

Bien sur je les ai prises en photo ensemble, et j'ai eu envie d'en faire un montage de digi-scrap sur Corel Paint Shop Pro.

Callie found her best friend, Kaya. As you see in their faces, they are not of the same nation. Kaya is from the nation of Nez perce (if you want to know the history of this proud Native American nation, read their story here: http://nationsindiennes.over-blog.com/2015/08/nez-perce.html).

Of course I took pictures together, and I wanted to do a digi-scrap editing on Corel Paint Shop Pro. The text on the page translates to: We all need a person who reminds us how beautiful life is "

page 270618

 

La photo originale :

IMG_6184-1

 

Les Nez perce sont des éleveurs de chevaux appaloosa, ces superbes chevaux aux robes tachetées, comme celui de Callie, que vous l'avez vu dans un précédent message.

Nez perc are appaloosa horse breeders, these beautiful horses with spotted dresses, like Callie's, that you saw in a previous message.

5c1585356692b353d9cf76f117ec1939

 

Après un été qui ne se décidait pas à s'installer (il faisait encore 8° la nuit dernière et les journées sont très fraiches avec un vent du nord-ouest permanent en provenance de la banquise), voilà qu'on nous annonce qu'on va atteindre les 30° à partir de ce week-end, pour une dizaine de jours consécutifs, mais avec de l'air extrêmement chargé d'humidité qui va nous donner un ressenti de 44 style "salle de bain après la douche"... juste quand les pow-wow amérindiens commencent. Je plains les danseurs qui vont devoir concourir dans les costumes de peaux par un tel temps, et je me demande si nous allons avoir le courage de faire la route pour aller jusqu'aux territoires Abénakis, Hurons et Mohawks pour les retrouver (chaque nation a son week-end). A suivre en photos si nous y allons, mais sans certitude.

 

♥♥♥