05 février 2020

Naomie et les droits bafoués des femmes amérindiennes

(To translate, use the Google button at the top right) 

Parmi ma petite cinquantaine de poupées American Girl, il y en a 3 qui sont mes favorites.

Tout d'abord, il y a Rose-Marie, que vous connaissez plus sous le nom de Rose.

Puis il y a Belle, ma "mini-moi"

Et pour finir, il y a Naomie-Nïbin Blackburn, une jeune fille de 18 ans, d'origine amérindienne, elle étudie le cursus du baccalauréat en droit à l'université de Sherbrooke (ICI). Très fière de ses origines, elle milite activement pour le droit des femmes autochtones (c'est ainsi qu'on appelle les amérindiens au Québec). Précision : Nïbin veut dire "c'est l'été", en algonquin.

IMG_1316-1

Alors, pour bien marque ses origines, je lui ai tricoté un pull aux motifs rappelant les dessins traditionnels amérindiens, et je lui ai fait un sac dans le même esprit.

Et je lui ai même mis mes plumes-bijoux préférées, celles en émail cloisonné !

IMG_1317-1IMG_1315-1

Vous connaissez déjà son frère, Louis-Waban Blackburn, le petit ami de Marianne la rousse, mes étudiants en environnement.

WABAN

 Mais vous connaissez aussi leurs ancêtres d'il y a 6 générations :

Parle avec le vent :

PARLE AVEC LE VENT

et sa fille, Lumière du matin :

Étoile du matin

 elle-même mère de Soleil d'automne et Pluie de printemps :

PLUIE DE PRINTEMPS

SOLEIL D'AUTOMNE

Ces 6 personnages sont tous des poupées American Girl du modèle Kaya, mais ils sont tous légèrement différents.

C'est vraiment ce que j'apprécie dans ces poupées, bien que considérées comme "fabriquées en grandes séries", elles ne se ressemblent pas de manière parfaitement identique. Et c'est pareil pour les autres modèles dont j'ai plusieurs versions, pas seulement pour mes Kaya.

Je lui ai fait faire une petite séance de photo en extérieur lors d'une sortie-courses à Sherbrooke :

IMG_1303-1

IMG_1298-1-3

IMG_1300-1

IMG_1304-1-2

Pour en revenir à la raison de son militantisme, c'est le mépris envers les femmes autochtones qui est en cause au Canada.

Pour deux raisons.

La première, c'est que si un homme indien se marie avec une femme non indienne, leurs enfants auront la reconnaissance du statut d'indien par le gouvernement.... mais si une femme indienne se marie avec un homme non indien, elle pert son statut et ses enfants n'y ont pas droit !!!

https://ciddhu.uqam.ca/fichier/document/femmes-autochtones-au-canada_fr.pdf

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1147517/femmes-autochtones-statut-transmission-droits-descendance-loi-indien

La seconde, c'est que plus de 1000 femmes autochtones ont été victimes de meurtres ou on disparu, et ceci dans l'indifférence quasi totale du gourvernement encore :

https://www.ababord.org/Le-Canada-abandonne-les-femmes

Entre 1980 et 2012, selon les chiffres de la Gendarmerie royale du Canada, 1181 cas de meurtres et de disparitions d'Amérindiennes canadiennes ont été déclarés à la police. Proportionnellement, c'est comme si 55.000 Françaises avaient été assassinées ou s'étaient volatilisées, dans l'indifférence quasi générale.

Aujourd'hui, les femmes autochtones –c'est-à-dire les Premières Nations, les Métis et les Inuits– représentent 24% des victimes d'homicides alors qu'elles ne constituent que 4% de la population féminine du Canada. En clair, elles sont 12 fois plus susceptibles d'être assassinées ou portées disparues que toute autre femme au Canada, et 16 fois plus que les femmes blanches.

Une commission d'enquête nationale a mis plusieurs mois pour rendre finalement, le 3 juin 2019, un rapport d'enquête nationale consacrée aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées au Canada. 

Dès sa publication, le rapport, intitulé Réclamer notre pouvoir et notre place, a suscité une vague de polémiques. En cause, l'utilisation par le document du terme «génocide», martelé 122 fois aux côtés des mots «colonisation», «meurtre» et «viol». 

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, s'est alors montré frileux à l'idée de reprendre ce terme à son compte, préférant plutôt parler de «génocide culturel» !!

Catherine Flynn, professeure associée à l'Université du Québec à Rimouski qui a travaillé sur les violences faites aux femmes autochtones, le confirme: «Il est impossible d'en parler sans aborder le contexte colonialiste dans lequel les femmes ont vécu et continuent de vivre, notamment avec les écoles résidentielles.»

Les écoles résidentielles, ce sont les pensionnats autochtones, des écoles religieuses financées par l'État, créées pour assimiler les enfants autochtones dans la culture eurocanadienne (canadienne d'ascendance européenne). L'objectif affiché était clair, il s'agissait de «tuer l'Indien dans l'enfant».

https://www.cliquezjustice.ca/dossiers-speciaux/pensionnats-autochtones-150-ans-d-injustice-a-reparer

À partir des années 1830, environ 150.000 enfants ont été arrachés à l'âge de 3 ans à leurs familles pour être éduqués selon les dogmes chrétiens. Il leur était interdit de parler leur langue, on les lavait même à l'eau de Javel pour blanchir leur peau. Les sévices et agressions sexuelles étaient courantes et plus de 4.000 enfants y sont morts.

Ces pensionnats ne sont pas de l'histoire ancienne: le dernier a fermé ses portes en 1996. Si les gouvernements successifs ont présenté leurs excuses, les conséquences dévastatrices de ces écoles se font toujours sentir chez les survivants et leurs descendants.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/723529/pensionnats-autochtones-genocide-culturel-selon-commission-verite-reconciliation

«Dépassés par cet héritage, nombre d'entre eux ont succombé au désespoir et à la dépression. De nombreuses vies ont été perdues dans l'abus d'alcool et de drogues», lit-on dans le rapport de la Commission de vérité et réconciliation de 2015.  Ces traumatismes peuvent expliquer que des autochtones en arrivent à reproduire les violences qu'ils ont subies.

Certains Canadiens sont d'ailleurs tentés de rejeter la responsabilité des violences infligées aux femmes autochtones sur les hommes de leur communauté et leurs comportements à risque. Or, selon l'Institut national de la santé publique, ces comportements «sont plutôt le reflet de bouleversements identitaires engendrés notamment par les pensionnats ».

Ils sont aussi la conséquence «de la détresse occasionnée par les conditions de vie défavorables: pauvreté, surpeuplement des logements, faible accès à l'emploi et à l'éducation, etc dans les réserves ».

Pour échapper à cette violence, les jeunes femmes quittent leur communauté et se retrouvent dans les villes où certaines sont exploitées sexuellement ou deviennent sans-abri. C'est alors un autre type de violence, extérieure à leur communauté cette fois, qui s'abat sur elles.

Les femmes autochtones se situent donc à la croisée de plusieurs discriminations : elles sont violentées car :

1) elles sont des femmes,

2) elles ne sont pas blanches

3) elles sont pauvres.

Et personne ne fait rien, ou presque. c'est comme si l'État accordait moins de valeur à la vie de ces femmes.

Je pense que vous me sentez un peu énervée là ! non seulement en temps qu'épouse d'un métis, mais aussi parce que j'ai participé à faire circuler des pétitions et réclamations pour le droit des femmes autochtones pendant des années, et la révolte que je sentais en moi à l'époque se regonfle à chaque fois que je pense à ça.

Voilà pourquoi la jolie Naomie milite.... 

IMG_1302-1

Bon mercredi :-)

♥♥♥


02 février 2020

Pourquoi y a-t-il une tête de cerf sur la cheminée de Rose ?

On m'a régulièrement demandé pourquoi il y avait une tête de cerf sur la cheminée de la cuisine de Rose, alors que tout le monde sait que je suis farouchement anti-chasse. Voici l'explication.

Pendant que Rose épluche des carottes pour préparer le souper, Lily, sa jeune soeur, jette un oeil au journal local que leur frère Narcisse a rapporté ce matin.

IMG_1286-1

- Oh, s'exclame-t-elle, as-tu vu qu'on parle de Papa dans le journal ?

Rappel : le père de Rose, Lily et Narcisse est mort l'hiver dernier, en compagnie du jeune époux de Rose ; ils se sont perdus dans le blizzard alors qu'ils s'en revenaient à la maison. 

IMG_1287-1

- Oui, répond laconiquement Rose, j'ai vu ça.

Elle a encore beaucoup de mal à parler des deux disparus. Malgré l'année entière qui vient de s'écouler, elle ne perd pas espoir de les voir un jour apparaitre car ils n'ont pas été retrouvés à la fin de l'hiver.

- S'il te plait, raconte moi encore l'histoire du cerf et du lynx, et de la raison pour laquelle on ne mange jamais de cerf dans notre famille, demande Lily.

- Oh oui, raconte la encore, ajoute Narcisse qui vient d'entrer dans la cuisine.

IMG_1291-1-2

- Mais vous avez déjà entendu cette histoire 20 fois au moins, répond Rose en souriant.

- Ce n'est pas grave, dit Lily, ça fera 21 fois, et l'histoire est tellement belle que je ne m'en lasse pas, et puis j'aime quand on parle de Papa.

IMG_1291-1

Alors Rose commence à raconter :

"C'était il y a bien longtemps, vous n'étiez pas encore nés, et moi non plus. À l'époque, il n'y avait qu'une petite ferme et quelques maisons autour de la scierie ; le magasin général de grand-oncle Nils était le seul commerce du village qui venait de se créer ici. Papa était jeune marié, et il était parti chasser. Il a repéré les traces d'un cerf, il les a suivies, loin dans la forêt. Et tout à coup, il l'a vu, c'était un grand mâle. Il a essayé de s'en approcher sans faire de bruit, mais  juste quand il allait tirer, un énorme lynx est sorti d'on ne sait où, et lui a sauté dessus. Heureusement, c'était l'hiver et Papa portait un vêtement très épais, ce qui l'a un peu protégé des griffes. Toutefois, il n'arrivait pas a se débarrasser du lynx qui était vraiment gros et fort, et il pensait qu'il risquait d'être gravement blessé, sinon pire. Il commençait à désespérer, quand le cerf leur a foncé dessus. Papa a cru qu'il allait mourir, jusqu'au moment où il a réalisé que le cerf n'attaquait que le lynx, et pas lui du tout. Le lynx a délaissé Papa pour se défendre des attaques du cerf, mais il n'a finalement pas résisté aux coups de cornes et de sabots que celui-ci lui assénait. Quand le lynx s'est finalement sauvé, Papa a regardé le cerf qui reprenait son souffle, il lui a dit merci, et il est parti, incapable de tuer l'animal qui venait de lui sauver la vie. Quelle ne fut pas sa suprise quand il a vu que le cerf le suivait ! À partir de ce jour, le cerf est régulièrement revenu dans notre parcelle de forêt, et Papa a toujours refusé qu'on coupe le boisé derrière la maison afin qu'il ait un endroit pour se réfugier. Leur bizarre "amitié" a duré des années, jusqu'à la mort du grand cerf,  qui, devenu vieux, s'était battu avec jeune mâle qui l'avait mortellement blessé, et qui était venu mourir dans le boisé, tout près de nous. J'étais petite à l'époque, je devais avoir 6 ou 7 ans, mais je me souviens de l'émotion de Papa qui disait qu'il avait perdu le meilleur ami qu'il n'ait jamais eu : celui qui lui avait sauvé la vie. C'est pour ça qu'il a fait empailler la tête de son ami, et qu'elle est là sur la cheminée, pour nous rappeler de respecter tout le monde car on peut avoir besoin de l'aide de n'importe qui au moment où on s'y attendra le moins".

Pendant que Rose recommence à peler ses carottes, les deux jeunes regardent la tête de cerf et restent silencieux quelques instants, méditant sur cette histoire qu'ils connaissent depuis leur enfance mais qui les impressionne toujours autant.

Puis Lily dit :

- Merci le cerf, si tu n'avais pas été là, on ne serait même pas nés !

- C'est vrai ça, répond Narcisse, ça aurait ete dommage !! Moi je jure que, comme Papa, je ne chasserai et je ne mangerai jamais les cerfs de toute ma vie non plus.

IMG_1293-1

 Vous allez  surement vous demander comment je connais cette histoire. C'est que Rose l'avait racontée dans son journal intîme, et que je l'ai vue dedans quand Marianne l'a découvert dans une vieille malle du grenier, et qu'elle l'a fait lire à Belle.

Parmi toute une pile de vieux journaux jaunis, elle a d'ailleurs aussi retrouvé l'exemplaire que montrait Lily à Rose, celui qui mentionne Charles Bonnefoy, leur père ; il a un peu jauni depuis 1870, mais il est encore très lisible :

ScreenShot03408

N'oubliez pas la leçon de Charles Bonnefoy : respectez tout le monde car on peut parfois avoir besoin de l'aide de personnes dont on n'aurait jamais cru qu'elles pourraient devenir des amis.

Bon lundi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 21:28 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 janvier 2020

Petite neige sème la panique

Lueur lointaine est une jeune fille de 17 ou 18 ans, avec une déficience mentale.

Elle avait environ un an quand elle a été rapportée lors d'une attaque de représailles menée contre une tribu voisine qui en avait fait autant quelques semaines plus tôt.

À cette époque, Lumière du matin pensait qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant, alors elle l'a adoptée.

Quand la jeune femme s'est rendue compte du problème de l'enfant, elle lui a donné ce nom, Lueur lointaine, car cela évoquait le regard de la petite, qui semble toujours errer, même quand elle écoute ce qu'on lui dit. 

Malgré tout, Lumière du matin a eu trois enfants ensuite : Soleil d'automne, 16 ans, puis Pluie de printemps, 15 ans, et enfin Petite neige, 8 ans.

Lueur lointaine et Petite neige s'entendent bien. C'est même surprenant de voir qu'elles semblent se comprendre, comme si le petite savait atteindre l'esprit de la jeune fille mieux qu'aucun des autres membres de la tribu. Alors quand on cherche l'une, on trouve généralement l'autre avec elle.

Et aujourd'hui.... les deux avaient disparu.

Il faisait un froid mordant, et le jour commençait à décliner. Alors Lumière du matin est allée voir sa mère, Parle avec le vent, persuadée qu'elles étaient avec elle au chaud sous le tipi de l'aïeule, car elle sait que les deux filles aiment aller l'écouter raconter des légendes, même si il est probable que Lueur lointaine ne comprend pas grand chose aux histoires qu'elle écoute pourtant sagement.

Mais non, elles n'y étaient pas.

Lumière du matin a commencé à vraiment s'inquiéter car le froid allait bientôt s'intensifier avec la tombée du soir.

Elle est allée chercher Soleil d'automne et Pluie de printemps, et accompagnés de Parle avec le vent, ils se sont mis à les chercher en formant des cercles de plus en plus grand autour du camp, en les appelant à tue-tête.

Au bout d'un moment, ils se sont vraiment inquiétés : car bien que les attaques inter-tribales aient cessé depuis l'installation du village des blancs à proximité, cela pourrait malgré tout arriver à nouveau. Auraient-elles été enlevées ?

Ils continuent à chercher, et à appeler. Lumière du matin est de plus en plus anxieuse, elle court, ses longs cheveux flottant derrière elle au rythme auquel bat son coeur de mère inquiète.

Tout à coup, Pluie de printemps s'écrie : "les voilà" !

En effet, Lueur lointaine et Petite neige arrivent tranquillement, sans avoir la moindre idée que grand-mère, mère, frère et soeur aient pu s'inquiéter pour elles ! 

- Mais où étiez-vous passées ? demande Lumière du matin.

- Réalisez-vous que vous nous avez tous inquiétés ? ajoute Parle avec le vent.

Petite neige les regarde d'un air étonné et dit :

- Mais nous étions juste allées dans la forêt pour essayer d'apercevoir le gros hibou qu'on entend hululer la nuit !

Parle avec le vent a l'air très sérieuse et lui dit :

- Ne pas avertir et dire où vous alliez n'est pas respectueux. Tu as fait passer votre plaisir avant notre inquiétude, ce n'est pas bien.

La fillette se rappellera de cette leçon, car dans les communautés amérindiennes, le respect des aînés et des autres membres de la tribu passe avant tout.

IMG_1087-1

Petite neige, la jeune soeur de Soleil d'automne et Pluie de printemps, est le dernier ajout à mon groupe amérindien.

Elle est également de la marque American Girl, mais c'est Ashlyn de la série Wellie Wishers (voir ICI),  des poupées de 36,8 cm (14,5 ") qui sont prévues pour être les petites soeurs des grandes 46 cm (18 "). Elles ont le gabarit des Chérie de Corolle.

Je lui ai retiré sa perruque originale pour lui mettre un perruque à deux nattes (après une légère adaptation à la taille de sa tête). Il me reste à reprendre sa robe que je trouve trop longue pour elle.

IMG_1087-1-2

Après cette escapade dans la neige, je pense que la fillette sera plus raisonnable la prochaine fois..... mais.......... à suivre !

Bon jeudi :-)

♥♥♥

 

25 janvier 2020

Petit pull pour jolie cavalière

J'ai tricoté un pull pour McKenna (qui porte ici une perruque Julie Allbright, très blonde, qui, à mon avis, met ses beaux yeux bleus plus en valeur que sa perruque blond foncé originale).

J'en ai profité pour insérer sur la photo une petite phrase qui devrait plaire aux jeunes passionnées d'équitation.

IMG_1026-1

IMG_1024-1

Je vous remercie de toutes vos visites et de tous vos gentils commentaires tampon-merci-coeur-dentellepour lesquels, une fois de plus j'ai pris un retard fou pour vous répondre... 

Bon dimanche :-)

♥♥♥

24 janvier 2020

Punition pour les bavards !

Vous vous souvenez sans doute que ma douce Rose est l'institutrice de la petite ville.

Et que dans sa classe, il y sa soeur Liliane (Lily) et son frère Narcisse, ce qui n'est pas toujours facile à gérer, tant à l'école qu'à la maison.

Or, ce matin, Rose avait bien du mal à faire taire les garçons dans la classe.

Elle les a déjà rappelé à l'ordre deux fois.

IMG_1020-1 sepia

- Narcisse, Eric, si je vous gêne dans vos bavardages, il ne faut pas hésiter à nous le dire ! s'est-elle exclamé à la troisième fois. Pour vous calmer, vous resterez dans la classe pendant la récréation.

IMG_1023-1 sepia

Les filles ont presque souri, mais elles se sont vite arrêtées parce qu'elles savent combien ça sera dur pour leurs frères de rester enfermer au lieu d'aller courir dehors.

IMG_1021-1 sepia

Le décor est un des panneaux du Scenes and Settings de la poupée Samantha Parkington, de American Girl ; une espèce de très grand livre en carton épais, contenant 6 décors double-page pour de jolies mises en scènes.

retired-american-girl-scenes-settings_1_c90a7991933d1e79cf2102f8a6c3eba8téléchargement

Les pupitres sont également de la série d'accessoires de la poupée Samantha, en vrai fer et bois.

Ces accessoires datent des années 80, et l'un comme l'autre ne se vendent plus depuis très longtemps ; de nos jours, ce genre de qualité ne se fait plus malheureusement, avec le regne du plastique.

Pour qui préfère voir les couleurs, voici les mêmes photos dans leurs teintes originales :

IMG_1020-1

IMG_1021-1

IMG_1023-1

Bon samedi !

♥♥♥


23 janvier 2020

Un barbu

Je ne suis pas fan des hommes barbus, mais je voulais avoir un garçon barbu, pour deux utilisations :

1) pour mes histoires de 1870, parce qu'au 19e siècle beaucoup d'hommes portaient la barbe,

2) pour mes histoires modernes, mais pour ce dernier cas, je vous en parlerai une autre fois.

Donc, je voulais faire un barbu !

Afin de ne pas endommager le visage de mon petit gars (une AG Julie Allbright à qui j'avais mis une perruque de Logan Everett), j'ai fixé une pellicule alimentaire avec de l'adhésif double-face de scrapbooking (ne contient pas d'acide , donc ne doit pas laisser de trace sur le vinyle),

IMG_0966-1

Puis j'ai collé des cheveux (prélevés sur une perruque irrécupérable enlevée sur une autre poupée) sur la pelicule alimentaire. 

Bastien

Et je lui ai finalement mis une perruque aux cheveux plus longs, et épaissi les sourcils.

Je vais reprendre la partie sous le nez, pour un mettre des poils raides et verticaux, ça sera plus naturel je pense. Et peut être aussi dégager un peu plus le bas de la bouche.

Comment le trouvez-vous ?

Ce que j'ai trouvé très drôle, c'est que Tigrette faisait aussi un barbu de son côté, et que nous avons présenté chacune le notre le même jour sur le forum sans nous être concertées ! nous dirons donc avec modestie que "les grands esprits se rencontrent"... mdr !

Bon jeudi :-)

♥♥♥

19 janvier 2020

L'encyclopédie de cuisine et économie domestique de Rose (1870 vs 2020)

En ce dimanche après-midi, ses jeunes frère et soeur étant allés patiner sur le lac gelé avec leurs amis, Rose pensait profiter de la sieste du bébé pour lire la suite d'un roman passionnant dans la lecture duquel elle est actuellement plongée.

Mais elle a eu une visite imprévue : sa grand-tante Erika est venue la voir.

En arrivant, celle-ci lui annonce :

- J'ai quelque chose à te montrer ; assieds-toi, le temps que je te donne des explications.

Et elle sort alors un gros livre de sous son châle.

IMG_0927-1-2

Une fois assise, Erika continue :

- C'est ma belle-mère qui m'avait offert ce livre pour nos 20 ans de mariage en 1857.  Cette "vieille chouette" semblait croire que parce que je suis née en Suède, je ne savais pas cuisiner correctement et que je ne savais pas tenir une maison. Elle n'a jamais apprécié notre mariage, tu sais, elle espérait mieux pour son fils qu'une immigrée sans le sou. Paix à son âme malgré tout !  

Rose a envie de rire, mais elle se retient ; elle est habituée au franc parler et à l'humour de Erika. 

IMG_0928-1

Erika ajoute :

- Mais je reconnais que son cadeau a été utile car il y avait dedans des recettes et des conseils qui m'ont parfois bien aidée. 

IMG_0929-1

Elle reste silencieuse un moment en regardant le livre, se remémorant sans doute des moments du passé.

Puis elle continue :

- Je n'en ai plus besoin, parce que je connais tout ce qui est dedans, tout au moins ce qui peut me concerner et concerner ma maison. Alors voilà, comme, à ton âge, les circonstances de la vie t'ont malheureusement mis sur les bras toute une maisonnée à nourrir et gérer, ce livre est à toi maintenant, et j'espère qu'il pourra t'aider à ton tour si tu en avais besoin.

IMG_0932-1

Rose prend le gros livre et le feuillette ; elle est très émue.

Erika est bien contente de la voir si touchée par son cadeau. 

IMG_0935-1

 

Laissons passer le temps..... 

Quelques 150 ans plus tard, un soir de janvier, Marianne (la rousse) arrive chez sa cousine Belle et la trouve en train de papoter dans la cuisine avec son amie Émilie (la brune).

Elle s'exclame : 

- Les filles ! devinez ce que j'ai trouvé en continuant à fouiller dans le grenier de l'ancienne maison familiale ? 

Comme les deux amies donnent leur langue au chat car elle ne devinent pas, elle explique :

- Et bien, j'ai trouvé la grosse encyclopédie de cuisine et de conseils dont Rose parle dans le journal intime qu'on a trouvé ! vous savez, celle que sa grand-tante Erika lui avait offert. 

Les trois filles regardent et palpent ce vieux livre aux pages jaunies par le temps. Elles ont été tellement émues par la lecture du journal intime de Rose que voir ce livre les impressionne beaucoup.

Marianne continue :

- Belle, comme tu adores faire la cuisine et t'occuper d'une maison, et que moi je déteste ça, j'ai pensé qu'il était normal qu'il te revienne. Alors voilà, après notre aïeule Rose, maintenant, il est à toi.

Belle est émue de feuilleter les pages que Rose a du lire tant d'années plus tôt, et elle ne peut retenir deux larmes qui descendent doucement sur ses joues.

Émilie lui dit gentiment :

- ne sois pas triste, je suis sure que Rose, autant que Erika, seraient heureuse que tu l'ais à ton tour. 

IMG_0938-1

Ce livre est "Webster's american family encyclopedia", il date de 1856, et contient 7223 recettes, et des milliers de conseils sur la vie domestique quotidienne.... de l'époque !

Pour les curieuses, vous pouvez le voir en entier, et même le télécharger, ici : https://books.google.com/books/about/The_American_Family_Encyclopedia_of_Usef.html?id=sVtHAAAAYAAJ 

IMG_0946-1

 J'ai fabriqué ce livre à partir d'une photo de la couverture trouvée sur le net. J'ai du bidouiller un peu sur Corel Paint Shop Pro pour remettre les bord d'équerre, mais ça a bien été (avez-vous remarqué que les livres sont toujours photographiés de travers ?!). J'ai fait la maquette de manière à avoir aussi l'intérieur de la couverture reliée, pour un effet plus réaliste.

Antique-Cookbook-Old-House-Home-Decor-1856-WineJ'ai imprimé cette couverture du du papier "épaisseur carte de visite", et je l'ai pliée. J'ai ensuite découpé une multitude de petites feuilles pour faire les pages, et je les ai reliées en bloc avec de la colle à reliure, puis j'ai inséré le bloc dans la couverture.

IMG_0947-1

J'ai eu dans les mains un livre "d'économie domestique" semblable, datant de 1840 et des poussières, mais bien sur en français. Il avait appartenu à mon arrière-grand-mère, née en 1875, puis à ma grand-mère qui me l'avais donné. J'avais adoré le lire : on y apprenait plein de choses très intéressantes, comme par exemple que "l'eau de la rivière était bien meilleure que l'eau du puits pour faire une soupe car l'eau du puits pouvait certains jours avoir mauvais goût" !!! les cours d'eau et nappes phréatiques étaient sans nul moins pollués que de nos jours !  Malheureusement, ce livre familial est resté en France, et je ne sais pas ce qu'il est devenu.

IMG_0935-1-2IMG_0938-2

En espérant que les larmes de Belle ne vous auront pas fait pleurer, je vous souhaite un Bon Lundi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 19:37 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 janvier 2020

Étoile-du-matin est inquiète

Comme je vous l'avais expliqué ici l'an dernier, selon le calendrier des cycles de la lune des anciens Amérindiens du nord-est, nous sommes dans "la Saison du Grand Sommeil", celle de la haute neige et des grands froids.

La lune de janvier était appelée "le mois le plus long", et celle de février était appelée "le mois où les pierres se fendent".

Nous sommes le 18 janvier 1870 ; ce soir, il va faire très très très froid. 

Voici 3 générations réunies : Parle-avec-le-vent, la grand-mère (64 ans), Étoile-du-matin, la mère (30 ans), et ses deux aînés : Pluie-de-printemps (15 ans), et Soleil-d'automne (16 ans).

Parle-avec-le-vent, la medev (femme médecine, c'est à dire à la fois guérisseuse et guide spirituel) du village, vit seule sous son propre tipi, car elle a souvent besoin de solitude et de recueillement, et aussi d'y conserver les choses sacrées qu'elle utilise dans les rituels.

Mais Étoile-du-matin, sa fille, est inquiète de la savoir seule ce soir, car il va geler et venter très fort.

Alors, accompagnée de ses deux enfants, Pluie-de-printemps et Soleil-d'automne, elle est allée voir Parle-avec-le-vent, pour tenter de la convaincre de venir passer la nuit sous le grand tipi familial.

Pensez-vous que Parle-avec-le-vent va aller avec eux ?
Que va-t-elle répondre ?

IMG__0920

 

Bon dimanche :-)

♥♥♥

17 janvier 2020

Météo + sauvetage de 3 American Girl

Ça y est ! il est là.... mais juste pour 5 jours apparemment. 

Qui ? le soleil ! et bien sur le froid qui va avec !

Hier, nous étions encore, comme toujours durant ce bizarre et anormal hiver, aux alentours de zéro, mais cette nuit ça a plongé. Voici la météo qu'on avait à midi. 

ScreenShot01366Donc le soleil est là, revoir de la lumière fait tant de bien au moral ! 4187714953 

Bien sur, il n'est là que pour quelques jours, mais c'est toujours bon à prendre !

Et puis, honnêtement, pour aller faire les prochaines courses, je préfère quand même que son copain le froid s'en retourne d'où il vient. icon_biggrin (2) 

Morale de l'histoire : je ne suis jamais contente : quand il fait doux, je râle parce qu'il n'y a pas de soleil... mais quand il est là, je râle parce qu'il fait froid 1221920404

 

Passons à autre chose que vous tanner avec ma météo canadienne !

Sur eBay-canada, il y a rarement des poupées American Girl, ou quand il y en a, elles sont hors de prix (beaucoup plus chères que sur eBay-usa).

Mais je regarde quand même régulièrement, par curiosité, style "au cas où'. Et quand j'ai vu passer cette annonce là, à 18,70 dollars canadiens (soit 12,87 euros) pour 1 poupée + 2 corps + 2 têtes, j'ai enchéri, et j'ai été la seule enchérisseuse.

(malgré des frais de port "à la canadienne".... en sachant que la vendeuse est à Toronto, en Ontario, province canadienne voisine du Québec, c'est à dire à seulement 650 km d'ici...  notre poste ne risque pas de faire faillite !)

ScreenShot03298

ScreenShot03306

s-l1600 (4)

s-l1600 (1)

s-l1600 (2)

s-l1600 (3)

Apparemment, c'est quelqu'un qui a voulu s'essayer à la customisation sur ses poupées, et a abandonné.

Alors, un peu d'amour, 

du solvant, 

un rattrapage du maquillage raté, (il avait été fait au feutre noir, donc quasi indélébile, sauf à patienter avec du Cutacnyl), 

trois perruques issues de mon stock,

un corps qui me servait de mannequin de couture,

et voici le résultat :

IMG_0907-1

 Dans un premier temps, je les ai appelées respectivement de gauche à droite : Rubis, Topaze et Saphir pour la dernière, avec ses incroyables yeux pairs,  gris ni bleus ni verts, tirant dans la réalité sur le turquoise (la photo ne leur rend pas hommage).

IMG_0908-1

IMG_0909-1

IMG_0910-1

Je ne voulais plus de poupées supplémentaires, mais je n'ai pas eu le coeur à les abandonner à un sort qui aurait sans doute été bien triste (poubelle ?), au vu du minuscule montant demandé par la vendeuse.

Il est vrai que pour moi, qui ne me maquille pas, elles sont très maquillées ! 
Mais cela ne me gêne pas dans la mesure où je ne veux pas avoir de poupées "enfants", puisque même dans mon groupe des plus jeunes (les "affreux gamins"), les personnages ont 12 ans, et dans tous les autres groupes, ils ont de 16 à 22 ans, donc le maquillage est de mise, et comme la mode actuelle est plutôt aux yeux façon "œil au beurre noir", elles ne devraient pas trop choquer.

Je pense que je vais juste en faire un trio uniquement destinée à la couture, pour des variations de modèles en 3 couleurs différentes en relations chacune avec leur couleurs de cheveux.
Mais sans les intégrer du tout dans mes groupes qui sont bien équilibrés comme ils sont (les groupes sont :  les amérindiens - les 1870 - les descendants des 1870 - les citadins - les sportifs - les affreux gamins - et bien sur, Anaïs, ma jolie rêveuse).

Je vous souhaite un beau samedi :-)

♥♥♥

 PS : rectificatif de dernière minute ! Saphir ne sera pas brune, mais blonde, comme la McKenna qu'elle était à l'origine. Je la trouve plus douce ainsi :

IMG_0912-1

14 janvier 2020

Parle avec le vent raconte la légende de la queue du Lapin

Cette fin d'après-midi, Pluie de printemps et sa grand-mère Parle avec le vent revenaient de soigner un malade dans un tipi du village.

Pluie de printemps a beau avoir 15 ans, elle aime toujours autant quand sa grand-mère lui raconte les légendes traditionnelles qu'elle lui contait dans son enfance (c'est ainsi que les aînés éduquaient les enfants amérindiens : au travers des légendes des animaux).

Et pour oublier leur longue marche dans le froid, elle demande à Parle avec le vent de lui raconter encore une fois pourquoi les lapins ont la queue si courte.

Glissons-nous derrière elles, et écoutons les discrètement...

IMG_0622-1

Parle avec le vent sourit, et commence à raconter :

À l'époque où le monde était jeune, Lapin avait une très longue queue touffue. En fait, sa queue était plus longue et plus touffue que la queue de Renard. 

Lapin était très fier de sa queue et il racontait constamment à tous les autres animaux à quel point sa queue était belle.

Un jour, Renard est devenu si fatigué d'entendre Lapin se vanter de sa queue qu'il a décidé de mettre un terme à la vantardise de Lapin une fois pour toutes.

Il attendit que le temps devienne si froid que les eaux du lac et des rivières gèlent. 

Alors, Renard descendit au lac avec quatre superbes gros poissons. Arrivé au lac, il fit un trou dans la glace, attacha les quatre poissons à sa queue, puis s'assit et attendit que Lapin vienne.

Lorsque Renard le vit arriver, il a laissa rapidement tomber sa queue dans l'eau froide.

Lapin sauta en quelques bonds légers jusqu'à Renard et lui demanda : "Qu'est-ce que tu fais ?"

"Je pêche, Lapin", répondit Renard.

"Avec ta queue ?" s’exclaffa Lapin !

"Oh oui, c'est la meilleure façon d'attraper le plus de poisson", dit Renard d’un air de confidence.

Perplexe, Lapin dit: "Depuis combien de temps pêches-tu ?"

Renard mentit et dit: "Oh, seulement une quinzaine de minutes."

"Ah ! et as-tu déjà attrapé du poisson ?" demanda Lapin d’un ton de doute.

Renard releva sa queue et montra les quatre gros poissons accrochés dessus.

"Wow ! et que comptes-tu faire avec ce poisson ?" s’enquit Lapin.

Renard expliqua : "Eh bien, je pense que je vais venir pêcher de temps en temps pendant environ une semaine. Ensuite, je vais emmener tous ces poissons au village voisin et les échanger contre un beau peigne à queue. Il n’en reste plus qu’un seul chez celui qui sait les faire, et je le veux vraiment pour peigner ma superbe queue".

Lapin pensa : "Si je pêchais toute la nuit entière, je parie que j'aurais assez de poisson demain matin pour faire du commerce au village avant Renard. Ensuite, je pourrais avoir moi-même ce peigne de queue. J’en ai plus besoin que lui parce que ma queue est bien plus belle et touffue que la sienne !"

Renard se leva : "Il se fait tard et j'ai froid. Je pense que je reviendrai peut-être pêcher un peu plus demain matin. A bientôt, Lapin." 

Et Renard partit.

Dès qu’il fut hors de vue, Lapin laissa tomber sa queue dans l'eau glacée du lac. 

Brrrrr, c’était froid ! 

Mais Lapin se ressaisit et se dit : "Oh, non. Je veux ce peigne de queue plus que tout au monde, je dois supporter le froid pour pêcher plein de poissons." 

Il s’assit donc sur le trou, avec la queue plongée dans la glace et essaya de "pêcher" toute la nuit.

Le lendemain, juste après que le soleil se soit levé, Renard revint. 

Il dit: "Qu'est-ce que tu fais là, Lapin?" 

Lapin répondit en claquant des dents : "Je pppppêêêchhhhe, Rennnnaarrd."

 "As-tu attrapé du poisson?" s'enquit Renard. 

"Nnnnonn ! les ppppoissoooons ne vvvviennent ppppeut-être pppppas la nnnnnuit.’ répondit Lapin.

Il voulu se lever, mais il ne pouvait pas bouger. 

"Reeennnaaaard, tu pppeux m’aaaaider ?" demanda-t-il.

Renard, avec un grand sourire sur son visage, se mit derrière Lapin, et le poussa tellement énergiquement que Lapin sortit du trou et atterrit de l'autre côté du lac (c'était un tout petit lac).

Mais sa belle queue avait gelé, et elle avait cassé en restant coincée dans l'eau gelée.

Et c'est pourquoi à partir de ce jour, Lapin a eu désormais une queue très courte et que les hommes ne le chassent plus pour sa fourrure mais pour sa viande.

Ce fut sa punition pour avoir été orgueilleux et envieux.

Mais comme le Grand-Esprit est équitable, et que Renard avait malgré tout joué un très mauvais tour à Lapin, à partir de ce jour, les hommes remarquèrent la belle queue de Renard et se mirent à le chasser pour sa fourrure.

 

Bon mardi :-)

♥♥♥

 

Posté par Guyloup à 02:29 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,