25 décembre 2018

C'est le plus beau Noël qu'on ait jamais eu... It's the best Christmas we've ever had

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Après le repas de Noël, quatre amis supplémentaires sont venus pour partager la bûche avec nos amis (voir message précédent ICI ).

Bien sur, il y avait des échanges de cadeaux, et l'ambiance était très chaleureuse.

IMG_1887-1

Grand format à voir ici : IMG_1887_1

Ensemble, Belle, Émilie, Ethan, Ludovic, Grace, Jules, Marianne, Logan, Nanea et Bastien ont levé leurs verres de cocktails de jus de fruits et ont eu une pensée pour leurs autres amis poupées qui ne passaient pas Noël avec eux (voir ICI ), et une autre pensée pour toutes les poupées du monde qui n'étaient pas choyées en ce jour là.

IMG_1889-1

IMG_1893-1

IMG_1892-1

Pour finir, Ludovic le gourmand a demandé :

- alors, on l'attaque quand cette bûche ?!!!

Ce fut le signal.... depuis, il n'en reste plus une miette :-)

Tout le monde a chaudement félicité Belle et Émilie pour leurs talents de cuisinières et de pâtissières.

IMG_1890-1

 J'ai vu Belle tout à l'heure.

"C'est le plus beau Noël qu'on ait jamais eu" m'a-t-elle confié avec son joli sourire d'American girl.Isabelle 2

J'espère que pour vous également cela a été une belle jounée de Noël.

♥♥♥


Joyeuse journée de Noël à toutes :-) Happy Christmas day to all :-)

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Belle est ses invités se joignent à moi pour vous souhaiter une belle journée de Noël :-)

IMG_1874noel

Voir ici en plus grand : IMG_1874noel

Bises de Noël à toutes :-)

♥♥♥

 

23 décembre 2018

J -1 : la dinde (+recette) - D-day -1 : the turkey (+ recipe)

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Belle et Émilie ont envoyé leurs frères acheter la dinde de Noël.

"Vous prenez une grosse dinde", ont-elles précisé.

Voici les garçons de retour.

Voyons voir ce que vous avez trouvé, s'exclame Belle.

IMG_1774-1

Elle débale immédiatement "la chose".

C'est clair, répond Ethan, tu nous as demandé une grosse dinde, alors on a pris la plus grosse qui restait.

IMG_1776-1

Mais justement, lui dit Belle, elle n'est pas si grosse que ça ; j'espère qu'il y en aura pour tout le monde. 

IMG_1776-1-2

Regarde, ajoute Émilie, elle ne déborde même pas du plat de cuisson.

IMG_1777-1

Nous allons faire des entrées, des accompagnements, il y a aussi la salade, le fromage, et le dessert, alors je suis sure qu'il y en aura assez pour tout le monde, conclue Belle d'un air décidé.

IMG_1782-1

Miam, vivement demain soir avec les amis, dit Ludovic.

Oui, répond Ethan, surtout que, comme nous sommes végétariens, c'est un des rares jours de l'année où on mange de la viande, alors je crois que les filles vont encore nous épater avec leurs talents culinaires !

IMG_1786-1

J'ai fait cette dinde en pâte DAS, qui sèche à l'air, et non pas en pâte Fimo, en raison du volume nécessaire à sa fabrication (j'ai payé un paquet de presque un kilo de pâte DAS pour le prix d'un petit paquet de pâte polymère).

Bla-bla et recette : 

Au Canada, et en Amérique du nord en général, traditionnellement, la dinde ne se mange pas à Noël mais à l'Action de Grâce, fête connue sous le nom de Thanksgiving en anglais (2e lundi d'octobre au Canada, et 3e jeudi de novembre aux USA).

De ce fait, ma petite Belle a beau être une "American girl" de naissance, tout comme moi, je suis française de naissance, nous sommes devenues Canadiennes. Je vous offre donc une recette traditionnelle de dinde canadienne, au cas où vous manqueriez d'inspiration :

Ingrédients
1 Dinde fraîche de 8 à 9 kg
Farce :
* 30 ml (2 c. à soupe) Huile d'olive extra vierge
* 1 Oignon, haché grossièrement
* 2 Carottes, hachées grossièrement
* 2 Branches de céleri, hachées grossièrement
* 2 Pommes, coupées en dés
* 250 ml (1 tasse) Noix de Grenoble hâchées
* 250 ml (1 tasse) Canneberges séchées non sucrées
* 5 ml (1 c. à thé) Épices à volaille
Cuisson
* 750 ml (3 tasses) Eau
* 60 ml (1/4 tasse) Beurre
Sauce :
* 125 ml (1/2 tasse) Bouillon de poulet
* 125 ml (1/2 tasse) Canneberges séchées non sucrées
* 45 ml (3 c. à soupe) Moutarde de Dijon
* 60 ml (1/4 tasse) Farine
* 125 ml Eau

Préparation :
Dans une grande poêle, faire chauffer l'huile à feu moyen et faire revenir les légumes puis ajouter les pommes, les noix, les canneberges. Bien mélanger. Ajouter les épices à volaille. Mélanger et laisser tiédir.
Préchauffer le four à 170 °C (325 °F).
Farcir la dinde et bien la refermer à l'aide de ficelle de cuisine.
Dans une rôtissoire, déposer, s'il y a lieu, l'excédent de farce et y déposer le dindon.
Couvrir l'extrémité des cuisses et des ailes de papier d'aluminium.
Verser l'eau dans la rôtissoire et faire cuire à couvert environ 4 h 45 en badigeonnant la dinde de beurre fondu à toutes les heures. À la dernière heure de cuisson, retirer le couvert et poursuivre la cuisson.
Retirer la dinde du four et laisser reposer 15 minutes.

Dans une grande casserole, verser le jus de cuisson ; si il n'y a pas 1 l (4 tasses), ajouter le bouillon de poulet et porter à ébullition. Faire réduire.
Ajouter les canneberges séchées et la moutarde et laisser réduire jusqu'à consistance désirée.
Mélanger la farine avec l'eau et l'incorporer au bouillon. Laisser mijoter 10 minutes.
Rectifier l'assaisonnement et l'onctuosité.
Servir la dinde avec la sauce et la farce.

 

Mais si vous étiez ici, au Québec, voici le type de repas traditionnel de Noël que vous vous verriez offrir : http://www.nightlife.ca/2013/12/13/10-recettes-pour-un-repas-de-noel-traditionnel-et-quebecois 

Punch de Noël aux canneberges 

Betteraves marinées

Tourtière

Légumes racine glaçés

Ragoût de pattes de cochon et boulettes

Patates pilées aux carottes

Sucre à la crème de Soeur Angèle

Bon lundi 24 décembre à toutes :-)

♥♥♥

Bûche de Noël, lèche-frite, couteaux, croquettes... et recette. Christmas log, baking dish, knives, croquettes ... and recipe.

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Aujourd'hui, Belle et Émilie ont préparé la bûche qu'elles dégusteront lundi soir avec les amis invités.

Elles ont choisi une recette "chocolat mascarpone" (miam !), vous trouverez la recette ci-dessous.

Une fois la bûche terminée, elles ont coupé les deux extrémités pour que ça fasse bien net, et se sont autorisé une petite pause gourmande pour déguster ces chutes.

Je les ai surprises à ce moment là !

- J'espère qu'elle est bonne et qu'on ne s'est pas trompée dans la recette, dit Belle, inquiète.

IMG_1735-1

- Je suis sure que non, répond Émilie. Et puis, si on s'était trompées, on n'aurait qu'à en recommencer une autre !!

IMG_1737-1

IMG_1738-1

IMG_1739-1-2

J'ai fait la bûche en pâte polymère.

La grande lèche-frite a été faite en aluminium de bricolage, ainsi que les couteaux, l'alu étant monté sur une découpe de mousse compacte noire provenant d'un emballage récupéré il y a des lustres (il ne faut rien jeter, tout sert un jour ou l'autre !).

La planche à découper sur le plan de travail derrière elles est faite en bois de balsa.

IMG_1743-1

IMG_1744-1

 Avouez que Cachou et Caramel exagèrent : leur gamelle est pleine de délicieuses croquettes... faites en découpes de feutrine.

IMG_1747-1

La recette maintenant :

Génoise
180 ml (3/4 tasse) de farine
2,5 ml (1/2 c. à thé) de poudre à pâte/levure
28 g (1 oz) de chocolat à cuire mi-sucré, haché
60 ml (1/4 tasse) de beurre non salé
60 ml (1/4 tasse) de cacao
4 œufs
180 ml (3/4 tasse) de sucre
60 ml (1/4 tasse) de café fort

Garniture au  mascarpone
250 ml (1 tasse) de  mascarpone
125 ml (1/2 tasse) de sucre glace
5 ml (1 c. à thé) d'extrait de vanille
125 ml (1/2 tasse) de crème liquide 35 %

Placer la grille au centre du four et le préchauffer à 200 °C (400 °F).
Tapisser une plaque de cuisson de 43 X 30 cm (17 X 12 ") de papier parchemin en le laissant dépasser légèrement sur deux côtés.
Beurrer et fariner les côtés.

Génoise
Dans une petite casserole, fondre doucement le chocolat, le beurre et le cacao. Fouetter jusqu'à ce que le mélange soit homogène. Réserver.
Dans le robot mélangeur, fouetter les œufs et le sucre  jusqu'à ce que le mélange blanchisse et triple de volume, soit environ 5 minutes.
Baisser la vitesse et incorporer la farine additionnée de la poudre à pâte/levure.
À l'aide d'une spatule, incorporer délicatement le mélange de chocolat.
Étaler la pâte sur la plaque.
Cuire au four de 6 à 7 minutes ou jusqu'à ce qu'une la pointe de couteau insérée au centre du gâteau en ressorte propre.
À la sortie du four, renverser le gâteau sur un torchon (je ne précise pas "propre" comme dans la plupart des recettes, parce que ça tombe sous le sens qu'on ne va pas prendre un torchon sale !).
Retirer le papier et badigeonner le gâteau de café.
Rouler le gâteau encore tiède avec le torchon à partir du côté le plus court.
Laisser refroidir complètement.

Garniture au mascarpone
Durant la cuisson, fouetter le fromage, le sucre et la vanille 1 minute au batteur électrique.
Incorporer la crème en filet en fouettant jusqu'à la formation de pics fermes.
Dérouler délicatement la génoise et y étaler la garniture.
Re-rouler le tout.
Couper les extrémités pour un aspect bien net.
Placer au réfrigérateur (à sortir 15 mn avant de servir).

...... ensuite, nettoyer les ustensiles, se servir un café et s'asseoir pour déguster les découpes comme récompense !!!

 

Prochaine étape : les filles préparent la dinde :-)

Bon dimanche !

♥♥♥

21 décembre 2018

Cuisine terminée !! Kitchen finished !!

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Et voilà, j'ai terminé la cuisine de Belle, qui n'a pas tardé à s'y installer.

Elle a mis un tablier, sorti quelques ingrédients, et la voici toute heureuse qui s'apprête à faire.... à faire quoi, d'ailleurs, à votre avis ?

IMG_1715-1-2

Zut, il manque un ingrédient ; regardons dans le réfrigérateur.

Mais oui ! il s'ouvre réellement : j'ai utilisé de minuscule charnières pour faire une porte permettrant de montrer le contenu.

IMG_1721-1

Détails du plan de travail, plaque de cuisson et évier.

IMG_1722-1

IMG_1723-1

Le combiné micro-ondes/hotte permet de gagner beaucoup de place. Ce qui est nécessaire, car je pense que mes cocottes vont vite envahir l'espace 

IMG_1724-1

Je ne suis pas certaine de conserver l'ilot central, je vais peut être le remplacer par une jolie table blanche avec une nappe.

Prochaine étape : Belle m'a réclamé des torchons... assortis aux couleurs de la cuisine !!!

Si vous voulez voir la première image en plus grand, cliquez ici : IMG_1715_1_2

 

Bon vendredi, journée spéciale puisque beaucoup d'entre vous seront en congé pour Noël.

Profitez-en : reposez-vous, mais n'oubliez pas de vous amuser :-)

♥♥♥


20 décembre 2018

Cuisine en construction, et pull bien chaud - Kitchen under construction, and warm sweater

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Si je suis silencieuse, généralement, c'est que je suis trop occupée pour trouver le temps de venir bavarder avec vous, ici, sur FB ou sur les forums.

Et ces derniers temps, j'étais très occupée au niveau du travail (je transforme des dessins et logos en fichiers pour machines à broder, et c'est une période de l'année très chargée), mais aussi en tricot car j'ai eu plusieurs commandes de correspondantes américaines qui ne savent pas tricoter et qui voulaient des petits pulls pour poupées.

Mais j'ai tout de même trouvé le temps de mettre en route la future cuisine de Belle et ses amis :

IMG_1626-1

(le papier peint ne sera pas celui-ci).

La poupée mesurant 46 cm (18"), cela vous donne une idée de la taille de la cuisine :-)

J'ai pas mal avancé depuis cette photo, et j'espère qu'elle sera terminée à temps pour que les copines puissent préparer ensemble leur repas de Noël !

Et puis, j'ai tricoté un pull pour Nanea, ma petite hawaïenne, qui, bien qu'elle s'habitue au climat canadien, me réclamait un pull bien chaud à corps et à cris !

IMG_1653-1

IMG_1653-1-2

 Voilà, c'était juste pour vous dire que je ne vous oubliais pas :-)

Bon jeudi

♥♥♥

14 décembre 2018

Chien et décorations de Noël ! Dog and Christmas decorations !

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Belle sent qu'elle va être obligée de se fâcher : son chien n'arrive pas à comprendre que les choses qui bringuebalent au bout des branches du sapin ne sont pas des jouets mis spécialement là à son intention !!

- Arrête, Cachou, ça en fait encore deux que tu fais tomber ! s'exclame-t-elle en raccrochant à nouveaux deux décorations !

IMG_1613-1

 Détails du sapin et de la mini-crèche :

IMG_1613-1-2

 Que pensez-vous du nom que Belle a choisi pour son chien ? aimez-vous ces petites pastilles toulousaines dans leur célèbre petite boite jaune ? je ne me souviens pas en avoir revu depuis que je suis ici, sans doute que la composition n'est pas assez chimique pour l'Amérique du nord ! ha ha ha !!

280px-CACHOU_Lajaunie_Toulouse

 Pour qui ne connait pas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cachou_Lajaunie

Cachou_Lajaunie_c1890

 

Bon samedi :-)

♥♥♥

12 décembre 2018

Le meilleur ami de la femme ????? ou presque...

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Avant l'arrivée des blancs, le seul animal domestiqué de l’Amérique du Nord était le chien. Cet animal avait accompagné les premiers asiatiques qui ont traversé depuis la Sibérie par le détroit de Bering à la fin de la dernière glaciation, il y a 16 500 à 13 000 ans, pour s'installer ensuite dans les deux Amériques, devenant le peuple Amérindien. 

ScreenShot01046

Pour comprendre ce qui suit, on se rappellera que les chevaux n'étaient présents que dans les tribus de l'extrème sud des USA. En effet, le cheval n'étant pas originaire d'Amérique, mais introduit par les conquistadors lors de leur conquête en Amérique du sud, les chevaux ne sont arrivés en Amérique du nord que très tard, et sont restés cantonnés aux endroits occupés par les Espagnols. Quelques uns de ces chevaux s'échappaient, c'est ce qui a donné les fameux Mustangs sauvages dans les montagnes Rocheuses. 

Selon les premiers colons, les chiens qui se trouvaient dans les campements indiens, bien que différents en taille et couleurs, avaient les caractéristiques communes suivantes : ils hurlaient plus qu’ils ne jappaient, leurs oreilles étaient courtes et droites, et ceux du nord étaient pourvus d’une très épaisse fourrure. 

Ces chiens étaient indispensables à la vie des Amérindiens : comme traqueur pour débusquer les animaux pour la chasse, pour repérer les ours, les loups, carcajous et autres animaux dangereux, mais aussi pour servir de nourriture en temps de pénurie de viande et utiliser leur fourrure. 

Mais ils ne les utilisaient pas comme chiens de traits.

Apparemment, il n'y avaient tout simplement pas pensé.

Porter et tirer les objets lourds, c'était....... le travail des femmes

6db6606e8526ebe2aa1ac1fadd2eabf5

Curieusement, et contrairement à ce qu'on imaginerait, cette pratique du chien de trait (tirant un travois ou un traîneau) a été introduite par les Européens avec leurs propres chiens (principalement des dogues, selon le naturaliste Louis Nicolas, 1634-1664 ; voir ICI) !

Ce sont en effet les premiers colons, autant anglais sur le territoire américain, que français au Canada, qui, en l’absence prolongée de chevaux et de carrioles, toujours promis par les officiels du roi, mais n'arrivant pas souvent, charriaient leur bois, leur eau et leurs provisions sur des traîneaux et des travois qu'ils faisaient tirer par leurs chiens. 

Pour qui ne sait pas ce qu'est un travois, voici de quoi il s'agit :

 ScreenShot01047

Les Amérindiens, admiratifs de cette pratique, se mirent à dresser leurs chiens et à se fabriquer travois et traineaux.

En conséquence, cela libéra les femmes amérindiennes du port des fardeaux ! 

Ou tout au moins partiellement........

..... car en 1724, le commandant Bourgmont décrit dans un rapport à ses supérieurs la migration de printemps de 600 indiens adultes et leurs enfants près de la rivière Missouri, accompagnés de près de 300 chiens attelés à des travois, traînant chacun pour environ trois cents livres de peaux pour leurs tipis et tous autres ustensiles nécessaires à l'installation du nouveau campement d'été. Mais dans le même rapport, rédigé avec toute la rigueur et le sérieux militaire nécessaires, le Cdt Bourgmont, sans doute galant, s’étonnait également des charges que portaient les femmes sur leur dos.

Je crois que les mauvaises habitudes machistes ont la vie dure, quelque soit le peuple ou l'époque.

 ---------------------------

Mais à la maison, pas de machisme autorisé.... et on voit ci-dessous le frère de Kaya la transporter en traineau à chiens, chaudement couverte par des fourrures.

Bien sur, on a plusieurs époques, le sépia pour les annés 1920, le noir et blanc pour les années 60, et la couleurs pour plus récent !

IMG_1454_2

IMG_1454_1

IMG_1469_2

IMG_1469_1

Bonne journée

♥♥♥

08 décembre 2018

Fond d'écran des amérindiennes : mise à jour

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

Je viens de mettre à jour le message précédent avec une seconde version du fond d'écran que je vous offrais hier soir (ou ce matin pour vous en Europe, et oui, de notre côté de l'océan, on a dormi depuis !).

Vous pouvez voir et enregistrer cette seconde version ici : IMG_1439_1920 ; personnellement, je la préfère à la première car l'angle de prise de vue est à mon avis meilleur.

Une très vieille photo + la nourriture des amérindiens en hiver - Very old photo + native winter food

(for translation, use the button at the top left / para traducción, use el botón en la parte superior izquierda)

J'ai rencontré Kaya et ses 3 amies de la tribu qui se déplaçaient avec difficulté dans la neige, accompagnées d'un groupe de chien de traineau.

Elles étaient emmitouflées dans des fourrures jetées par dessus leurs robes de peau de daim, pour tenter de lutter contre le froid.

La vie n'était pas facile durant l'hiver pour les amérindiens de la moitié nord des USA et du Canada.

Ici, une photo "d'époque" :

IMG_1431-1-old

 et ici, une version plus colorée :-)

IMG_1431-1-2

Si cela vous intéresse, voici une autre version avec un cadrage beaucoup plus large du décor et des arbres, en fond d'écran 1920 x 1080 pixels : cliquez ici  IMG_1431_1920  ou avec un angle légèrement différent, cliquez ici IMG_1439_1920

 

Savez-vous que dans la culture des amérindiens du nord, il y avait 6 saisons, et non pas 4 comme c'est la règle dans notre calendrier ? Les voici, avec les appellations de chacun des mois (pas les mois du calendrier, mais en fonction des cycles de la lune) :

La saison du grand sommeil, celle de la haute neige et des grands froids.

Janvier = Mois le plus long

Février = Mois où les pierres se fendent

La saison du réveil, avec la fonte des neige et "le temps des sucres" (récolte de l'eau d’érable).

Mars = Mois des grandes tempêtes de neige

Avril = Mois où la glace craque

La saison du renouveau, quand la neige ne recouvre plus le sol et que les oiseaux migrateurs reviennent.

Mai = Mois des feuilles

Juin = Mois des fraises

La saison de l'épanouissement, la saison de la pêche et de la cueillette.

Juillet = Mois des baies

Août = Mois des récoltes

La saison des provisions, la saison de la chasse.

Septembre = Mois du chevreuil (cerf de Virginie)

Octobre = Mois de l'orignal (élan)

La saison du l'endormissement, saison de la trappe pour la fourrure

Novembre = Mois où le silence se fait

Décembre = Mois des temps long

Et je vous confirme que cela correspond vraiment à ce que nous vivons ici, je suis entièrement d'accord avec leur découpage en 6 saisons.

Comment survivaient-ils à ces hivers ?

Durant la belle saison, ils tentaient de faire des réserves de vivres et fourrures suffisantes pour passer à travers de 5 à 6 longs mois d’hivers rigoureux, tant pour la nourriture que pour les couvertures pour se protéger du froid.

Ils faisaient des provisions de poissons et viande que les hommes chassaient et pêchaient, et que les femmes dépeçaient, puis fumaient ou séchaient. La viande séchée était aussi souvent conservée dans la graisse. Elles conservaient les peaux qu'elles tannaient, ainsi que les tendons qu'elles effilaient et les os qu'elles nettoyaient afin que les hommes les travaillent pour en faire couteaux et objets divers.

Les femmes et les enfants ceuillaient les fruits et les baies, ainsi que des plantes racines, puis les séchaient. Ils ramassaient aussi les noix de pin (pignons) qu'ils conservaient en creusant des trous où ils les enfouissaient pour éviter qu’elles ne gèlent trop (la terre peut geler jusqu'à 80 cm de profondeur dans ma région, et pourtant je suis tout au sud du Canada !).

Quand ils la mangeaient fraiche, durant la belle saison, la viande comme l’ours, le lièvre,la perdrix, l'écureuil, le porc-épic, la marmotte, etc, était rôtie ou préparée dehors, en un ragoût collectif qui était "rallongé" à chaque fois qu'un chasseur du clan rapportait une nouvelle viande quelconque à rajouter dans la marmite, on rajoutait alors de l'eau et des racines sauvages (carottes, etc). 

Durant la mauvaise saison, ces provisions étaient consommées à nouveau sous forme de ragout confectionnés sur le feu dans le centre du tipi, avec le poisson et la viande séchés dans la graisse, ou fumée ; ragout qu'on rallongeait sans cesse en faisant fondre de la neige et en rajoutant du poisson, de la viande, des fruits et racines séchés.

Ils donnaient du gout à leur nourriture en ajoutant des herbes sauvages comme l'ail des bois et la menthe sauvage, mais aussi les baies de genévrier et les fruits séchés. Ils brûlaient également certaines feuilles afin d’obtenir une cendre au gout un peu salé.

Les fruits séchés et les noix servaient de coupe-faim car il fallait économiser la nourriture dans la mesure où on ne sait jamais si le printemps sera précoce où tardif, même parfois très tardif.

Bien sur l'espérance de vie n'était pas longue (environ 40 ans lors de l'arrivée de blancs), et les carences diverses dues à cette alimentation limitée et à l'hivernage provoquait de nombreux problèmes (dents, etc).... sans compter les tueries perpétuelles entre tribus.

La vie était donc vraiment rude pour les amérindiens... rien à voir avec l'idéalisation des films, romans et fausses histoires et légendes qui se propagent sur le net. 

Peut être l'ignoriez-vous, mais il y a de la neige un peu partout en amérique du nord durant l'hiver... bien sur, au Canada, mais voici une carte où vous verrez tous les endroits où il tombe de la neige aux USA, avec les mois des premières chutes :

ScreenShot01023

 

 

Curieusement, les états qui n'ont que très rarement de la neige (en brun) sont en partie ceux qui ont fait sécession lors de la guerre du même nom... bizarre !

Une dernière image pour clore ce message :

native-americans-winter

Bon samedi :-)

♥♥♥