01 mars 2020

Le mystère de la carte de Saint Valentin (1870)

Liliane (14 ans) et Narcisse (15 ans) discutent en prenant leur gouter dans la cuisine, en compagnie de leur soeur aînée, Rose, la maitresse d'école de la petite ville.

Elle les écoute distraitement, lorsque tout à coup ce dont ils parlent attire son attention. Ils viennent de mentionner son amie Joséphine, la jeune couturière qui loue une chambre, et la pièce du Rez-de-Chaussée où elle a installé son atelier de couture.

- Pouvez-vous répéter ce que vous avez dit ? leur demande-t-elle.

- Joséphine a un amoureux secret, il lui a envoyé une carte pour la Saint Valentin. répond Narcisse avec un grand sourire.

Comme c'est elle qui les élève, et qu'en plus elle est leur maitresse d'école, elle se doit de reprendre son frère :

- Ce sont des choses qui ne te regardent pas, , ce n'est pas bien d'en parler, le réprimande-t-elle gentiment.

IMG_1564-1

Liliane garde le silence ; elle n'a pas envie de se faire disputer aussi. 

- Si, ça nous regarde un peu, parce que je trouve que Joséphine a l'air toute bizarre depuis ça, insiste Narcisse.

- Ça c'est vrai, elle a l'air bizarre depuis quelques jours, confirme Liliane.

- Allons, allons, les enfants, on parle d'autre chose s'il vous plait, leur ordonne Rose, gentiment, mais fermement.

Toutefois, dès qu'ils sont partis faire leurs devoirs , Rose va voir son amie.

IMG_1735-1-3

Elle la trouve en plein travail car Joséphine coud si bien qu'elle a de plus en plus de commandes et envisage même de prendre une apprentie quelques heures par semaine.

- Je te rapporte la dernière revue de "La mode illustrée" que je t'avais empruntée, dit Rose en entrant dans l'atelier.

IMG_1739-1

- Ce n'était pas urgent, répond Joséphine. Je l'ai déjà lue en entier et j'ai pris tous les patrons qui étaient dedans.

- Et bien, je voulais aussi te parler d'autre chose, avoue Rose d'une air un peu gêné . Voilà, depuis quelques jours, tu as l'air préoccupée ; mêmes les enfants l'ont remarqué. J'espère que tu n'as pas d'ennuis.

IMG_1740-1

- Pas d'ennuis, non, mais un mystère ! répond Joséphine en souriant et en rougissant.

Elle se tourne vers l'armoire, et l'ouvre en ajoutant :

- Je vais te montrer de quoi il s'agit.

IMG_1742-1

Elle tire un tiroir et ajoute encore :

- Ne parle à personne de ce que je vais te montrer surtout.

IMG_1743-1

Elle sort une superbe carte de Saint Valentin et un pendentif en forme de coeur, au bout d'une jolie chaine en or.

- Voilà, j'ai reçu ceci pour la Saint Valentin, mais je ne sais pas qui l'a envoyé. Le pendentif était dans la carte, avec des petits coeurs tout mignons.

IMG_1744-1-2

Rose déplie la carte.

IMG_1745-1

- Elle est magnifique, s'exclame-t-elle. L'homme qui a fait ça pour toi doit vraiment être très amoureux.

IMG_1745-1-3

- Peut-être bien, mais je voudrais bien savoir qui c'est, s'exclame Joséphine. À ton avis, a-t-il oublié de signer, ou bien est-il timide ?

IMG_1746-1

- Je pense qu'il n'a pas osé signer, dit Rose, il a peut être peur que tu le repousses, et va doucement se manifester encore jusqu'à ce que tu comprennes de qui il s'agit. C'est si romantique !

- J'espère vite découvrir qui c'est, dit Joséphine en remettant la carte et le pendentif dans le tiroir de l'armoire. Parce qu'un homme qui a de si délicates attentions doit avoir un grand coeur.

IMG_1747-1

- Je te le souhaite mon amie, dit Rose.  Si il convient à ton coeur, je vous souhaite autant de bonheur que j'en ai eu durant nos fiançailles et notre année de mariage avec Laurenzo, ajoute-elle en refoulant les larmes qui lui montent aux yeux, comme à chaque fois qu'elle évoque son tendre mari disparu l'hiver dernier durant un terrible blizzard. 

IMG_1748-1

Elle serre tendrement son amie dans ses bras, et la quitte pour retourner dans la cuisine.

IMG_0755-1

Et là, tout en préparant la pâte pour la quiche de ce soir, elle commence à passer en revue tous les hommes célibataires de la ville et des alentours !  Qui peut bien avoir envoyé cette carte à son amie Joséphine ?!!!!

Dans la réalité, cette superbe carte à l'ancienne manière m'a été envoyée lors de l'échange de Saint Valentin qui a eu lieu sur le groupe American Girl Dolls Historical Crafts, et c'est la talentueuse Donna Oerlheim qui me l'a envoyée.

Ces cartes, très courantes au 18e et 19e siècle, et réalisées aussi bien par les hommes que par les femmes lors de la Saint Valentin, s'appelaient des "puzzle purse cards", c'est à dire une "carte bourse en puzzle". Le nom est justifié par la forme de la carte, qui se replie deux fois sur elle même, et contient à l'intérieur une ou des petites choses en guise de cadeau. À chaque étape de repliage, une phrase et dessin en 4 parties se complètent.

11bbc7ea35d4de541a33d8521ccb4bbd puzzlepurse1-copy

Alors, à votre avis, qui peut bien avoir envoyé cette carte à Joséphine ???? aurons-nous droit à un mariage un jour ?!

Bon dimanche :-)

♥♥♥

PS : quelques images de la revue "La mode illustrée" de 1870, année où "vivent" mes personnages :

ScreenShot03622

ScreenShot03624

ScreenShot03625

ScreenShot03626

mode-illustree-1870-36-p283

ScreenShot03630

ScreenShot03627

ScreenShot03637

ScreenShot03629

et bien sur, des patrons de tous les modèles présentés dans chaque revue.

ScreenShot03636

 


29 février 2020

La conception du "zéro déchets" vue par les québécois !

En vente dans des supermarchés (ici un supermarché de la chaîne IGA, à Trois-Pistoles au nord de Québec), des sacs "zéro déchets" pour prendre les légumes au lieu de les mettre dans les sacs en plastiques (toujours offerts) ....

MAIS ...... 

des sacs en nylon vendus emballés dans des barquettes de polystyrène et du plastique alimentaire !

84256845_10217431552842213_1713743984632791040_n

 

Doit-on en rire ? 676979274

ou en pleurer ? 4006102916 (1)

 

 

 

Bon samedi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 00:51 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : ,
28 février 2020

Spécial country music pour Chantal et Paul

Peut-être vous souvenez-vous des 3 poupées AG en triste état que j'avais trouvées pour 18,70 $ sur eBay, dont je vous parlais ICI il y a quelques semaines, sur lesquelles quelqu'un s'était visiblement essayé à faire un maquillage avec du feutre.

Après un minimum de restauration, j'en avais obtenu ceci :

AméthysteTopaze

Pour la troisième, ça allait, les dégats étaient minimes,  mais pour les deux autres, aussi mignonnes soient-elles, leur maquillage trop forcé me chicotait vraiment.

Comme je ne pouvais pas obtenir de  peroxyde de  Benzoyle (Cutacnyl) sans prescription, j'avais abandonné l'idée de les nettoyer. 

Mais je me suis souvenue de cette vidéo : Fixing an old AG Doll!

Alors j'ai tenté la peinture acrylique. J'ai bien aimé le résultat. J'ai ensuite mis une perruque blonde de Julie Allbright sur la tête de Tenney Grant, afin de lui rendre sa blondeur originale en attendant de trouver sa vraie perruque, et une perruque de Léa Clark sur la tête de.... (pas encore trouvé qui elle était), puis je leur ai un peu épaissi les sourcils parce que je n'aime pas quand ils sont trop fins, et  voilà le résultat :

IMG_1725-1 

IMG_1722-1

 

Mais oui, ce sont bien celles des 2 médaillons du haut de message ! et celles que vous voyez sans corps sur le message dont je donnais le lien en début de texte.

Depuis, elles ont trouvé leur place : elles sont devenues deux musiciennes de country, nommées Melody et Harmony.IMG_1721-1

 Avec leur copain Johnny,  ils ont monté un groupe qu'ils ont nommé "The three gray hats" (Les trois chapeaux gris).... original, non ? 

Ils préfèrent le country "Bluegrass", le vrai, le traditionnel, mais aiment aussi le country blues, ainsi que le country western et le country rock à l'occasion.

IMG_1734-1

Je sais que, en plus de Chantal et Paul à qui je dédie ce message,  il y a pas mal d'amateurs de musique country parmi les internautes de ma connaissance, alors voici une vidéo qui vous fera entendre ces trois instruments joués avec virtuosité par.des jeunes de 10, 14 et 15 ans assez sympas : Bluegrass virtuosity from ... New Jersey? | Sleepy Man Banjo Boys

Bon vendredi :-)

♥♥♥

26 février 2020

Kristine et Karen vont patiner + historique

Durant notre promenade d'hier, nous avons rencontré Kristine et Karen qui partaient patiner sur un étang gelé voisin. IMG_1648-1-2

Pour aller de chez elles à l'étang, elles ont emprunté le vieux pont Narrows, un pont couvert situé à Fitch Bay.

Il a été construit en 1880 pour la somme de 775 $ !!!! (que cela ne vous étonne pas : à l'époque, le salaire moyen d'un ouvrier à Montréal était de 10 cents de l'heure !).

IMG_1648-1-3

Ce joli pont l'a échappé belle car dans les années 70, il était prévu de le détruire ; finalement il a été conservé, mais fermé à la circulation. Au début des années 2000, il a été victime de vandalisme avec tentative d'incendie, et remis en état. Heureusement, il a été classé en janvier 2019 comme immeuble patrimonial par le ministère de la culture et de la communication. IMG_1646-1

Petit détail : mes photos ne sont pas exactement identiques à la réalité car j'ai supprimé toutes les pancartes, avis, informations, fils électriques, et bâtiment qu'on voyait dans le décor, afin de lui restituer l'allure qu'il devait avoir à l'époque de sa jeunesse, qui est également celle à laquelle je fais vivre Kristine et Karen.

Vous noterez les patins à glaces qu'elles transportent. C'était les patins de l'époque : il se fixaient sous la chaussure ou la botte au moyen de lanières de cuir.IMG_1644-1-2

Savez-vous de quand datent les premiers patins à glace ? et à quoi ils ressemblaient ?

C'était il y a au moins 5000 ans... pour aider les déplacements sur les lacs gelés, les scandinaves et les russes utilisaient un os percé à l'avant et à l'arrière pour y faire passer des lanières de peau afin de le fixer sous les pieds. 

c1e98185631b477e98faa5b9d00436b6 Medieval-bone-ice-skates Les archéologues ont recréé des anciens patins à os, et ont découvert que la surface des os les rendait très bien adaptés pour glisser sur la glace ! néanmoins ils pensent qu'ils étaient utilisés avec un ou deux bâtons pour aider à la propulsion et à l'arrêt.

Par la suite, l'os a été abandonné, et ce sont des patins en bois taillé qui ont été utilisés jusqu'au 13e siècle.

early-skatesToutefois, si pour les russes et les scandinaves, c'était un simple moyen de locomotion pratique durant l'hiver, à la même époque, il est prouvé que les familles dirigeantes de Chine patinaient déjà pour le plaisir durant la dynastie des Song de 960 à 1279.  

Les premiers patins en métal sont inventés en Hollande, vers 1250. C'était tout d'abord un bloc de bois plat et un fer à double tranchant (plus tard en acier), ce qui donnaient des patins beaucoup plus stables et apportant plus de liberté de mouvement.

Wood-and-metal-ice-skates La base du patin à glace moderne commençait à se préciser, et le patinage sur glace récréatif commença à prendre racine.

Voici un tableau datant de 1498, racontant la chute de la sainte patronne de patineurs, Ste Lydwine de Schiedam (jolie jeune fille qui, à 15 ans, fut victime d'une chute alors qu'elle patinait avec ses amies, elle ne s'en remettra pas, et vivra étendue sur un grabat durant 38 ans, vivant d'atroces souffrances physiques et ne se nourissant que d'eucharistie). 

762px-Liduina_ijs 

Le patinage prend son essort dans toute l'Europe, et en 1742, le premier club de patinage au monde est créé à Édimbourg (Écosse).

La forme des patins change petit à petit, ils permettent de plus en plus de figures libres et de vitesse.

d80ad460622037ab702df474508716be fee246bec08738656a2e0f966d4fc74d--male-portraits-bertrand 

Les patins devinrent entièrement en métal et changèrent de forme pour permettre encore plus de figures, mais ils étaient toujours fixés sous la chaussure :

7b66f8a4e40d6b8dGettyImages-90019880-56b008a43df78cf772cb3ba8

Edgar_and_Madge_Syers

La première épreuve officielle de patinage de vitesse se tient en 1863 à Oslo, en Norvège, et la première épreuve  de patinage artistique en 1879 en Angleterre.

Les lames amovibles à mettre sous les chaussures existent encore jusqu'aux années 50, mais dans la première moitié du 20e siècle apparaissent de plus en plus les botillons en cuir avec les lames vissées sous la semelle :

5ab8caa45429e4012a35434d50037e20images

 

imgallery-415690d7270b2dad908707b9856282d41bd0ec

 

De nos jours, avec le règne du plastique, les patins ressemblent à ceci :

bauer-goalie-skates-vapor-s19-x2-7-jrProducts10754-832x832--662201730

Thunder-Bay_recreation_interior_0053_Arenas-and-outdoor-skating

On est loin des patins de Kristine et Karen !

IMG_1648-1-3

Mais ça ne les a pas empêchées de bien s'amuser !

Bon mercredi :-)

♥♥♥

25 février 2020

Petite balade du jour

Nous avons eu une journée incroyable aujourd'hui, avec 11° en plein après-midi ; du jamais vu ici un 24 février ; d'après la météo, c'est une température de mois d'avril !

Bien sur, nous ne sommes pas restés enfermés et nous avons vite été en profiter, avec une petite virée jusqu'à la ville frontière de Stanstead dont je vous avais mentionné les amusantes particularités ICI

Voici quelques  images de cette petite virée.

IMG_1606-1

IMG_1608-1

IMG_1610-1

Ce qui est moins drôle, par contre, ce sont les routes qui dégèlent en surface (pas en profondeur, ça ne sera pas avant la mi-mai), et qui forment une gadoue sur la glace, sur laquelle on dérape régulièrement parmi les ornières.

IMG_1629-1

Et je ne vous parle pas de l'état de la voiture !

IMG_1633-1

IMG_1651-1

Je me suis tant habituée à ces vastes paysages "de bout du monde" que j'ai du mal à imaginer de retourner vivre une ville un jour.

IMG_1653-1

IMG_1658-1

IMG_1660-1

IMG_1662-1

IMG_1664-1

IMG_1665-1

IMG_1671-1

IMG_1674-1

IMG_1689-1

IMG_1693-1

IMG_1702-1

IMG_1711-1

On a bien fait d'en profiter car la météo redevient maussade pour quelques jours :

ScreenShot03574 

mais toujours avec des températures malgré tout fort agréables par rapport aux normes habituelles des années passées où nous avions entre -10 et -20° en journée à ces dates.

D'après ce que racontent les copines du forum ou ma famille en France, c'est pareil chez vous et la végétation se croit déjà au printemps bien avancé puisque certaines ont mêmes déjà montré des arbres fruitiers qui commençaient à fleurir.

Je croise les doigts pour qu'il n'y ait pas un retour de bâton avec le froid, car j'ai remarqué que les pieds des arbres, en forêt et en bords de route, ne sont pas du tout dégagés, or, habituellement, lorsque les températures sont définitivement en train de s'adoucir au printemps, les arbres "libèrent leurs pieds" de la neige, formant un cercle "aéré" autour d'eux, qui s'élargit petit à petit, comme si leur réveil dégageait une énergie qui fait fondre la neige. Et ce c'est pas le cas actuellement, leurs pieds sont encore enneigés assez haut.

Mais bon, on verra bien, et on prendra ce qui vient.

Nous étions accompagnés de Marianne et Waban, qui sont allés observer la nature et ont rapporté une petite surprise que vous verrez prochainement en images, ainsi que de Kirstine et Karen, qui elles aussi feront l'objet d'un autre message-reportage.... à suivre !

Bon mardi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 01:50 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : ,

23 février 2020

La médecine traditionnelle amérindienne - 1 : le sac medecine ou medicine bag

- To translate, use the Google button at the top right - 

Au 17e siècle, Jacques Cartier et Samuel de Champlain mentionnaient dans leurs écrits "la bonne santé apparente et l'absence de difformités congénitales chez les sauvages de la Nouvelle France".

Et il est vrai que maux typiques de l’époque en Europe étaient inexistants ici.  Ça n’a pas duré …

Les amérindiens n’étant pas immunisés contre les nouvelles maladies importées d’Europe, ils se mirent à tomber comme des mouches ; par exemple, un simple rhume de cerveau les affectait tellement que certains en mouraient.

Puis au 17e siècle, la syphilis et la petite vérole se répandit parmi eux ; ce furent les maladies les plus mortelles chez les indiens.

Finalement, la tuberculose vint s’ajouter et fit encore de terribles ravages dans les réserves… jusqu’au 20e siècle inclus. Du reste, actuellement, alors que cette maladie est à peu près inexistante chez les non-autochtones, les Inuit et les amérindiens en souffrent encore :-(

Comme je vous l’avais expliqué ICI  en vous présentant Parle avec le vent, les midew- wi-ninis (ou midew) associaient souvent les rites cérémoniels du Mide, c'est-à-dire les pratiques de guérison spirituelle, avec l'emploi des herbes médicinales du Mashkiki, c'est-à-dire les pratiques de guérison physique (bien que dans certaines autres nations amérindiennes ou même certaines tribus à l’intérieur des nations, les midew-wi-ninis ne pratiquaient que la guérison spirituelle par les rites, totalement à part des mashkiki-wi-ninis qui ne pratiquaient de leur côté que la guérison physique par les plantes).

Pendant ce temps, les médecins européens, ici ou en France, pratiquaient la saignée à tout va sur des malades, que les prêtres les arrosaient d’eau bénite en chantant psaumes et prières… les deux traitant de sorcières les guérisseuses de villages qui utilisaient des herbes médicinales !

Quant aux missionnaires, qui étaient chargé d’éduquer les "sauvages", ils écrivaient :

- les médecins sauvages sont des sorciers, jongleurs, menteurs, tricheurs, et toutes leurs scènes consistent en la connaissance de quelques simples laxatifs ou astringents en application chaude ou froide, le reste n'est que chance, fumisteries et impostures (père jésuite Pierre Biard).

- les sauvages font des incantations païennes en clamant que les herbes médicales sont bonnes et les missionnaires des ignorants (père jésuite Julien Binneteau).

- quelquefois leur chaman ordonne au malade de quitter le village et de camper en forêt où il peut aller pratiquer ses diableries sur lui sans que personne ne le voie (frère jésuite Gabriel Sagard Théodat).

En lisant ce dernier, je souris, parce que j’en déduis que les Indiens avaient découvert la quarantaine bien avant que les blancs ne comprennent son importance pour empêcher une épidémie !

La médecine traditionnelle des amérindiens était pourtant adaptée aux différents environnements physiques et climatiques dans lesquels ils vivaient, et suffisamment efficace pour en faire des gens en bonne santé, comme le mentionnaient Cartier et Champlain.  

Mais soyons réalistes : les autochtones ne vénéraient pas le bon dieu des chrétiens, c’était donc des sauvages incapables d'avoir assez d'intelligence pour avoir efficacement recours aux remèdes bénéfiques pour des malades !

On se rappellera d’ailleurs que, au 17e siècle, l'Église catholique se demandait encore si les dits "sauvages" avaient une âme et pouvaient être considérés comme des véritables humains...

Bref…. passons !

Donc, notre midew, Parle avec le vent, accompagnée de sa fille Lumière du matin, et de sa petite-fille Pluie de printemps, se rend chez quelqu’un qui l’a fait appeler.

IMG_1442-1-2

Et pas pour n’importe quoi : pour une naissance :-)

Lorsqu'elles arrivent à destination et descendent de cheval, on voit que Parle avec le vent porte un gros sac à sa ceinture. Il s’agit d’un medicine bag, c'est-à-dire en français : un sac médecine.

IMG_1593-1

Là encore, je vais ouvrir une parenthèse. Encore ! va-t-elle donc en finir un jour, allez-vous dire !

C'est que le mot medicine est un concept, il représente quelque chose de mystérieux, qui dépasse le pouvoir humain ; par exemple, le whisky était appelé eau de médecine pour l'effet qu'il produit et qui fait faire aux hommes des choses mystérieuses qu'ils ne feraient jamais s'ils n'en consommaient pas.

En anglais, ça va, puisqu’on dit un Medicine Man, un Homme Médecine… mais en français le concept se perd, puisqu’on aurait tendance à penser à un médecin (genre médecin des plantes, médecin de l'esprit)… Mais non, ça n’est pas ça du tout ; par exemple, tous les grands amérindiens ont été considérés comme des medicine men (Sitting Bull, Joseph, Pontiac, Tecumseh, Geronimo, Cochise, etc) mais aucun de ceux-ci ne fut jamais médecin ! c’est juste que leurs pouvoirs étaient "mystérieusement" grands et leurs caractères "mystérieusement" exceptionnels.

Donc, Parle avec le Vent a son medicine bag qu’elle emporte toujours avec elle lorsqu’elle est appelée pour quelque chose.

Qu’y a-t-il dedans ?

Il y avait bien sur bien sur des herbes, ainsi que des instruments pour faire les décoctions ou préparer des onguents, des vessies animales séchées pour faire des lavements, et finalement un couteau d'obsidienne pour les incisions... mais aussi des morceaux de carapace de tortues, de corne de bison ou d'écorce d'arbre, un sifflet ou une flute, un masque, des plumes, ailes, queues et pattes d’oiseaux, des griffes d'animaux, crocs de serpents, etc, chaque midew ayant ses propres reliques chargées pour lui, ou elle, d’une force spirituelle pour diverses raisons qui lui sont propres.

Il ne faut pas se moquer de tout ce qui pouvait remplir ces sacs medecine : les reliques ont toujours fait partie des rituels de guérison, même chez les chrétiens : les ossements de saints, la couronne d’épine, le saint suaire, ne sont-ils pas des reliques auxquelles on demande de l’aide ? Hippocrate lui-même y avait recours dans la Grèce antique, et pourtant on connaît son sens aigu de la science avant tout.

Il faut donc conclure qu'on ne doit jamais rire du fétichisme des autres cultures, puisqu'il est facile de le retrouver un peu partout dans notre propre histoire.

La prochaine fois, je vous parlerai des rites et soins qui entouraient le grand mystère de la naissance, que Parle avec le vent va pratiquer, avec l'aide de sa fille et de sa petite fille…

Bon lundi :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 23:52 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 février 2020

Ça c'est les signaux de fumée des blancs !!!! (balade au soleil)

Quelques photos prises lors d'une balade hier... le vent du nord accompagné de l'humidité pinçaient fort (seulement -6°, mais ressenti -15°), mais le soleil sort si rarement qu'il ne faut surtout pas le rater quand on l'aperçoit !!

Naomie nous accompagnait.IMG_1505-1

IMG_1516-1

IMG_1520-1

IMG_1525-1

IMG_1527-1

IMG_1529-1

IMG_1532-1

IMG_1538-1

IMG_1540-1

Sur cette photo, vous voyez au loin la fumée d'une de nos deux principales usines de pâte à papier :

IMG_1549-1-2

les usines Domtar et les usines Kruger que voici de plus près, avec leurs arrivages de montagnes de pauvres arbres coupés...

domtar-un-projet-pour-moderniser-la-cour-a-bois-001-620x348

image

..... usines qui rasent à blanc les dernières forêts primaires du nord ... et oui, ils rasent les magnifiques forêts boréales pour ça ! pour que tout le monde puisse imprimer des niaiseries sans importance vitale à longueur de temps...

... et qui laissent en contrepartie des contaminants dans le sous-sol.

Du reste, ils ont parfois quelques démêlés avec les amérindiens locaux, comme vous pouvez le lire ici :  

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1037070/domtar-et-lontario-a-couteaux-tires-sur-la-contamination-au-mercure-a-grassy-narrows

http://www.autochtones.ca/portal/fr/ArticleView.php?article_id=133

Et oui, une fois de plus, on pioche dans les ressources naturelles de amérindiens, sur les territoires qu'on leur avait pourtant accordés par traités !!!!  1221920404

Ça vous explique pourquoi je n'imprime presque jamais rien; quand je travaille d'après un tuto, je mémorise (excellent exercice de mémoire !) ou je prends des notes au crayon sur un bout de papier (de récupération de préférence, facile avec les innombrables courriers publicitaires qu'on reçoit, dont le dos vierge fait un parfait papier de brouillon), et je retourne jeter un oeil sur l'écran si j'ai un trou de mémoire. À nous deux, mon mari et moi, nous utilisons moins d'une cartouche 63XL (noir +couleur) par 18 mois sur notre petite imprimante Canon, en général, elle sèchent avant qu'on arrive au bout  ! Et j'encourage tout le monde à en faire autant car nos forêts diminuent dangereusement... (de plus, l'encre et son boitier sont aussi des sources de pollution).

Pour l'anecdote, un jour, j'ai râlé sur la pollution engendrée par ces cheminée qui fument en continu, et on m'a répondu ironiquement : "ce n'est pas de la fumée que vous voyez, c'est de la vapeur d'eau"..... 

Sans commentaire !

Mais Naomie a voulu faire un peu d'humour malgré tout ; et vous la voyez même avec un petit sourire ironique (magie de mon logiciel de graphisme !), ce que vous verrez rarement sur une poupée American Girl modèle Kaya !

IMG_1548-1-3

J'avais beau lui dire de se taire pendant que je prenais la photo, elle continuait à pouffer de rire  !

IMG_2661-1

 

D'ailleurs, de nos jours, les amérindiens modernes reçoivent leurs signaux de fumée sur ordinateur, c'est connu !

signaux-de-fumc3a9e

On a continué la promenade jusqu'à notre retour, voici le bout de ma rue où les couleurs du soir commençaient à s'étirer sur la neige :

IMG_1556-1

 

Bon dimanche :-)

♥♥♥

Posté par Guyloup à 23:13 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
21 février 2020

Un peu d'anthropomorphisme !

Anthropomorphisme, nom masculin. Définition : tendance à attribuer aux animaux et aux choses des réactions humaines.

Alors ça, de l'anthropomorphisme, j'en fais, et sans réserve, puisque je fais parler les poupées et les animaux !

Du reste, quand j'étais photographe naturaliste, sur les forums qui étaient consacrés à cette activité, on m'a souvent reproché de mettre des légendes anthropomorphiques sur certaines de mes photos.

Exemple :

78310545

78540575

78540599

Les photographes se la pètent souvent, et avec eux, il faut être "sérieux", voire coincé, ne parler que technique et matos... c'est si triste ! 

En attendant la préparation d'une nouvelle mise en scène et de son histoire de découverte d'un mystérieux amoureux de la St Valentin pour Joséphine la couturière (sans doute demain si j'ai le temps de terminer les mises en scène !), j'ai décidé de vous montrer quelques photos de nos locataires poilus de la maison.

Voici donc quelques photos de nos chats "anciens sauvages" ! 

Comme vous pouvez le voir, pour des anciens chats sauvages, ils semblent bien s'être acclimatés à l'intérieur de la maison !

On commence par Misstigris la petite timide ; petit gabarit, recherche les caresses, mais point trop n'en faut quand même :

IMG_1343-1

puis sa soeur, Lapuce ; coquine et espiègle, toujours prête à fouiner et pousser quelque chose avec sa patte, elle a des mimiques très parlantes et assez irrésitibles :

IMG_1360-1

IMG_1358-1

IMG_1356-1

Puis "le gros", c'est à dire Tigrou ; un gros mâle qui fait presque deux fois le volume et la longueur de Misstigris, et dont le ronronnement rappelle assez un semi-remorque en plein effort !

IMG_1352-1

IMG_1349-1

Ici, Misstigris fait un bisou à son copain :

IMG_1353-1

Ici, elle lui dit : ", tends l'oreille, j'ai un secret à te confier" ; "vas-y, je t'écoute" répond Tigrou :

IMG_1354-1

Mais Lapuce l'espiègle arrive aussitôt : "je veux savoir aussi" s'exclame-t-elle :

IMG_1345-1

Et pendant ce temps, la quatrième, la douce et calme Arlequine, indifférente aux bavardages des trois autres, dort à pattes fermées sur le vieux "fauteuil à chats" :

IMG_1364-1

Tous ces chats étaient des pauvres abandonnés, devenus sauvages ; nous les avons fait opérer, et... voilà !

Bon vendredi :-)

♥♥♥

 

Posté par Guyloup à 01:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : ,
20 février 2020

Oubliez vos espoirs : il faut employer la force !

Suite au message d'hier (ICI), sur la cérémonie de purification amérindienne, et à mon commentaire sur les chefs héréditaires qui s'opposent (justement) au passage de cette cochonnerie d'oléoduc pour le pétrole sale du Canada, j'ai vu que plusieurs d'entre vous espéraient qu'ils seraient entendus.

Oubliez ça ! ce soir, notre premier sinistre ministre de la province de Québec, un facho déguisé en brave homme (que je ne peux pas blairer), estime lui aussi qu'il va falloir "rentrer dans le tas" et EMPLOYER LA FORCE !

ScreenShot03548

 

Il a parlé des québécois et des canadiens qui "souffrent" actuellement !!!!!!! pourquoi ? parce qu'ils vont manquer quelques approvisionnements, parce que des trains sont bloqués ?

ScreenShot03552

Et qu'en est-il alors des nations amérindiennes qui souffrent VRAIMENT, elles depuis 417 ANS, depuis les premières colonisations des rives du St Laurent en 1603 ? les enfermements dans les réserves ?  les pensionnats autochtones (ICI) "pour tuer l'indien dans l'enfant" ? 

Ce qui me fait sourire, c'est que les québécois ne supportent pas que les amérindiens revendiquent leurs droits ancestraux, sous prétexte qu'ils ont été colonisés et doivent désormais se la fermer..... mais ils sont les premiers à gueuler quand des étrangers arrivent et veulent vivre à leur manière sans se plier au comportement des québécois !! les québécois jouent sur les deux tableaux : ils veulent être les conquérants des amérindiens, mais en même temps ils veulent être les autochtones des temps modernes qui refusent "l'étranger différent d'eux" parce qu'ils étaient là avant son arrivée au pays !! mais les amérindiens aussi étaient là avant l'arrivée des québécois !

Enfin bref, comme toujours pour les autochtones (indigènes natifs) de tous les pays du monde, on s'enrichit sur leur dos, en ponctionnant leurs ressources naturelles, leurs terres, leurs forêts, leurs sous-sol, et on ne leur laisse que le mépris en retour.... c'est une habitude de longue date, on a pratiqué de même en amérique du sud, en afrique, en asie... nous les pays "riches" qui nous sommes toujours enrichis en appauvrissant les indigènes.

Pour conclure, le grand chef de la réserve des Mohawks a répondu :

ScreenShot03553

 

Et j'espère bien qu'ils le feront si la force est employée contre eux.

Bon jeudi :-)

♥♥♥

PS : les notifications refonctionnent, je vais pouvoir répondre à vos derniers commentaires.

Posté par Guyloup à 01:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags :
18 février 2020

La cérémonie de purification

Soleil d'automne est allé voir sa grand-mère, Parle avec le vent, afin qu'elle pratique sur lui une cérémonie de purification avant qu'il ne parte pour un long périple de chasse sur le peu de terres ancestrales qui reste à la tribu, celles qui leur ont été accordée suite à un traité qui les a enfermés dans un territoire appelé "réserve".

IMG_1475-1

IMG_1475-1-2

IMG_1477-1

La cérémonie de purification par la fumée est une cérémonie pratiquée par différentes tribu amérindiennes au Canada, aux USA, mais aussi dans d’autres régions du monde.

Malgré la répression de telles traditions à l’époque de la colonisation, la cérémonie de fumigation a surévcu jusqu’à nos jours.

Cette cérémonie se dit smudging en anglais ; elle se dit également atisamânihk en langue crie  et nookwez en langue ojibwe (langue algonquienne), c'est à dire dans les principales langues amérindiennes de l'est canadien.

Bien que les différentes nations autochtones aient leur propre version culturellement spécifique des traditions de purification, on retrouve un processus commun d’une nation à l’autre : les cérémonies de purification sont habituellement dirigées par un aîné ou un chef spirituel, mais pas toujours ; toute personne jugée "plus bénie" que soi peut pratiquer cette cérémonie sur celui qui la lui demande.

Elle consiste en une incantation (prière) accompagnée du brûlage de 1, 2 ou 3 des 4 plantes sacrées : la sauge blanche, le foin d’odeur, le cèdre (la quatrième étant le tabac, mais celui-ci est réservé aux offrandes pour des cas spéciaux) dans  une coquille d'ormeau (abalone) et une plume (autrefois des plumes d'aigle avant qu'il ne devienne interdit de les chasser).

herbe et coquille

L'officiant place une petite quantité d'un ou des herbes au centre de la coquille, et les allume (idéalement avec un tison, sinon avec une allumette de bois, jamais avec un briquet). Idéalement, de sauge, de foin d'odeur et de cèdre, fin d'équilibrer les polarités féminines et masculines (voir l'explication plus bas). Plus rarement, dans certains cas particuliers, on ajoutera la quatrième herbe sacrée : le tabac (pur, pas celui du buraliste du coin !).

Une fois bien enflammées (ce qui n'est pas toujours facile, je vous le confirme), les herbes contenues dans la coquille forment vite des braises qui produisent une fumée que l'officiant dirige, au moyen d'une plume, successivement sur le haut du visage (représentant les pensées), puis la bouche (représentant les paroles), puis les quatre côtés du corps (représentations les actes) de la personne purifiée (en commençant par le devant, face au coeur, et en tournant vers sa gauche, puis derrière, puis sa droite), puis à nouveau sur le visage. La personne purifiée doit ensuite orienter elle-même la fumée, avec ses mains,  vers son visage puis son coeur.
Les cendres qui restent au fond de la coquille ne doivent pas être jetées comme des déchets, mais enterrées en terre, à l’extérieur, symbolisant l’élimination de toute l'énergie négative .

- La sauge blanche (salvia apiana) est le plus masculin des encens amérindiens. Il représente l'état physique sur la roue de médecine. (Il est à noter que la sauge blanche  a de réelles propriétés anti-bactériennes très puissantes ; on connait les propriétés de la sauge médicinale traditionnelle, mais avec la sauge blanche, c’est puissance 10 ! (voir l'article ici : https://www.altheaprovence.com/sauge-blanche-salvia-apiana/ )
- Le foin d’odeur, ou herbe aux bisons (hierechloe odorata)  est la plus féminine des herbes sacrées ; elle est souvent appelé les cheveux de la Terre-Mère. Il représente l'état émotionnel.
- Le cèdre canadien, ou arbre de la paix (thuya occidentalis), comporte un parfait équilibre des polarité masculines et féminines. Il représente l'état mental.
Dans certains cas, on ajoutera du tabac pur. Il représente l'état spirituel sur la roue de médecine.
(NB : je vous parlerai un peu plus de la roue de médecine dans un futur message).

Je vous rappelle que mon mari est métis algonquin, je ne récupère pas ces informations sur un site de vente pour amateurs de traditions amérindiennes.

Si vous préférez voir ces photos "à l'ancienne" (après tout, la scène est sensée se dérouler en 1870), je vous les montre également en version sépia.

IMG_1475-1-2sepia

IMG_1475-1sepia

IMG_1477-1sepia

Actuellement se déroule ici, au Canada, un nouveau bras de fer entre le gouvernement et des tribus amérindiennes.

Les chefs de bande élus de ces tribus ont accepté (moyennant finances) le passage sur les terres ancestrales de l'immonde oleoduc TransCanada qui doit apporter dans l'est du Canada l'encore plus immonde pétrôle de l'Alberta (le pétrole le plus polluant au monde pour son extraction, voir ici : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1059956/petrole-sables-bitumineux-albertains-polluants-monde-classement  ; il produit 24 % de gaz à effet de serre de plus que la moyenne du pétrole raffiné aux États-Unis).

Mais les chefs traditionnels, appelés chefs héréditaires s'y opposent, et bloquent les voies ferrées depuis  2 semaines.

La différence entre les deux, c'est que les chefs de bande sont élus au suffrage universel ( https://laws-lois.justice.gc.ca/fra/reglements/DORS-90-46/page-1.html ), alors que les chefs traditionnels affirment depuis toujours qu’ils sont les détenteurs des titres et des droits ancestraux, et que c’est à eux que revient le droit de négocier des ententes qui touchent les terres ancestrales.

Inutile de dire que je suis d'accord avec ces derniers.... n'en déplaise aux conservateurs  (heureusement pas au pouvoir actuellement) qui demandent au gouvernement d'employer la force pour les déloger, et aux québécois qui hurlent car les trains n'arrivent pas...  peut être voudraient-il qu'on leur envoie des couvertures contaminées à la variole, ça a déjà été fait après tout...

Bon mercredi :-)

♥♥♥