01 avril 2013

Les tissus stabilisateurs pour la machine à broder

Ayant reçu une nouvelle fois une demande d'information sur les stabilisateurs que j'utilise et la manière dont je fixe le tissu dans le cadre, je préfère donner une bonne fois les indications suivantes qui pourront sans doute renseigner de futures visiteuses ; voici donc quelques informations et idées d'économies, notamment sur les stabilisateurs que j'utilise, après de nombreux essais divers :

1 - un stabilisateur non tissé moyen, qui va sur tous les types de tissus de moyen à épais ; il n'est pas cher (je dois payer quelque chose comme 2,99 $ le mètre en 1,60m de large) ; je l'achète au mètre au rayon des entoilage de tissu pour la couture à Club-Tissu ; attention si vous en achetez au mètre, il faut le rapporter roulé, ne pas le plier, car il forme des rigoles au niveau des pliures et les défauts se voient à la broderie. C'est aussi celui que j'utilise pour les écussons ; au travers des divers témoignages de déception que j'ai eu de brodeuses, je n'ai même pas essayé le "spécial écusson".

2 - un déchirable moyen-fin qui va sur tous les tissus de moyen à fins ; Économie : on déchire délicatement autour de la broderie pour récupérer les parties intactes, et on les coud ensemble pour refaire des grands morceaux de stabilisateurs (ce qui n'est pas faisable sur celui de la ligne précédente car il est un peu trop épais quand on le double)....

3 - un spécial FSL (free standing lace) hydro-fusible pour la dentelle ; attention, prendre de la qualité, ceux qui donnent l'aspect d'une sorte de gaze à pansement raide, les autres moins chers sont de la m.... vous allez le regretter quand vous allez tenter de le faire fondre sous l'eau. Économie : on peut récupérer les parties intactes, et les recoller ensemble en les humectant pour refaire des grands morceaux de stabilisateurs.

4 - un hydro-soluble que je mets par dessus pour broder sur du tissu éponge ou des tissus mous.... Économie : quand je le peux, je le remplace simplement par du film alimentaire! ça se déchire très bien, ça ne se voit pas sous la broderie et ça coûte beaucoup moins cher !

C'est tout ce que j'ai conservé après avoir essayé pas mal de stabilisateurs.

Par contre, j'utilise presque systématiquement la touche "fix" de ma Husqvarna Topaz, elle fait un bâti automatique très facile à retirer tout autour de la broderie ; auparavant, avec ma Brother qui n'avait pas cette fonction, j'épinglais le tissu très près du cadre avec des longues épingles à tête minuscules, puis je retendais un coup de plus le tissu (je tire et je visse très fort dans le cadre, le tissu ne bouge vraiment plus ! j'ai même cassé une vis d'un cadre Brother un jour !).

Pour les tissus mous, genre soie, jersey ou tee-shirts, je brode hors cadre, fixé sur du déchirable (qui lui est dans le cadre, bien sur) avec un coup de spray d'adhésif temporaire + stabilisateur du point 4 par dessus + fix (ou épinglage).

Pour le jersey, si il est très ferme, une aiguille de couture à jersey est intéressante (bout arrondi) pour ne pas le marquer.

Par ailleurs, je voudrais signaler à celles d'entre vous qui utilisent le terme "viseline" qu'il n'est pas approprié ; le vrai nom est VLIESELINE , voir ici : http://www.vlieseline.de/?load=Francais et ici : http://www.spimo.com/vlieseline/ , le vrai mot à utiliser étant simplement "stabilisateur" pour la broderie, et "entoilage" pour la couture.

Voilà, j'espère que les prochaines visiteuses de mon blog qui auront besoin de ces renseignements n'auront désormais plus à attendre que je leur réponde (ce qui selon les jours, et la bonne volonté de mes tendinites aux bras, peut demander un petit laps de temps).

Posté par brico-guyloup à 05:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Recette de chocolat aphrodisiaque (datant du 17e siècle !)

paques11

Joyeuses Pâques :-) et soyez sages avec le chocolat !....

Au fait, au sujet du chocolat, connaissez-vous son histoire et ses "petites" histoires ?!!

Les Aztèques consommaient le cacao pur dans une boisson chaude à base d’eau et d’épices qui était parait-il plus forte qu’un expresso à l’italienne de nos jours. Ils en faisaient une grande consommation et le cacao faisait partie de leur vie de manière très importante, et de fait, les fèves de cacao ont été une véritable unité comptable dans toute l’Amérique centrale pré-colombienne.

Il est prêté au cacao de grandes vertus aphrodisiaques, et du reste, il est connu que l’empereur aztèque Montezuma (15e siècle) en buvait une énorme quantité (une cinquantaine de tasses par jour selon le témoignage des jésuites qui accompagnaient les conquistadors !)... et honorait parait-il largement son vaste harem de 650 femmes en s'y rendant plusieurs fois par jour ! wow !!

Cette boisson fût ramenée par les conquistadors et appréciée par les nobles, elle se retrouva alors “boisson à la mode” dans toutes les cours d’Europe.

Il rôda alors une superstition autour du breuvage : en 1621, le théologien allemand Rausch publiait à Vienne une Disputatio dénonçant le chocolat "comme la cause d'un embrasement des passions", et la marquise de Sévigné lui attribuait même des propriétés ténébreuses (lettre à sa fille en octobre 1671) !

La recette de cacao aphrodisiaque qui aurait été à la mode à la cour du château de Versailles aurait été celle-ci (bon courage si vous la testez !) :

- Faire chauffer 2 gousses de vanille pendant 10 mn dans 1 litre d’eau.

- Retirer les gousses, les pressez pour en extraire tout le suc et les grattez pour conserver les petites graines que vous remettez dans l’eau.

- Incorporer 2 cuillérées à soupe de miel, 2 cuillérées à soupe de sucre roux.

- Ajouter 4 cuillérées à soupe de cacao pur et délayer.

- Ajouter une dose raisonnable de poivre de Cayenne, de la cannelle et de la noix de muscade rapée.

Mais de nos jours...

On sait que le chocolat est fabriqué à partir d’une fève extraite d’un arbre que l’on appelle le cacaoyer ou cacaotier (theobroma) qui est originaire d’Amérique du sud et que l’on trouve également en zones équatoriales ainsi qu’en Amérique centrale.

Et on y trouve bien d’autres intérêts que des boissons déchainant la passion “amoureuse”... à savoir :

Chocolat, dépression, santé et polyphénols :

Le chocolat procure incontestablement du plaisir à ceux qui le consomment. Au niveau nutritionnel, certains le parent de nombreuses vertus alors que d'autres l'incriminent de tous les maux. Dans ce débat souvent passionné, l'Unité INRA des Maladies Métaboliques et Micronutriments(1) cherche à préciser l'impact sur la santé des polyphénols qu'il contient.

La principale propriété des polyphénols est leur pouvoir antioxydant. Leur structure leur permet de capter et de stabiliser les radicaux libres produits par l ’organisme.

Antidépresseur et stimulant naturel :

Riche en polyphénols dont les flavonoïddes et les tanins, le chocolat présente des vertus anti-oxydantes intéressantes. Les antioxydants ont une action reconnue pour combattre les radicaux libres ce qui entraîne par conséquent une réduction de l’oxydation des cellules, phénomènes importants dans les processus de vieillissement.

Enfin, les flavonoïdes( voir plus bas ) présents dans le cacao augmentent la circulation sanguine cérébrale et peuvent être recommandés chez les personnes présentant des troubles dépressifs .

Parmi celles que l’on connait, en tout cas, ni la théobromine, une substance proche de la caféine, ni le tryptophane, le précurseur de la sérotonine, ni la sérotonine elle-même, un neurotransmetteur, ne peuvent être tenus pour responsables de cette prétendue dépendance.

Un déficit de sérotonine de certaines parties du cerveau est impliqué dans la dépression. Or, une étude a montré que l’envie irrépressible de consommer du chocolat n’était pas assouvie par une capsule contenant les mêmes substances psychoactives que le chocolat, sous forme de poudre de cacao.

Les propriétés anti-dépressives du chocolat sont également liées à la présence de neurotransmetteurs tels que la sérotonine, l'endorphine et l'anandamide.

Toutes ces substances influencent notre humeur et sont associées à une action anti-stress, apaisantes.

Les vertus antioxidantes du chocolat :

Selon de nombreuses études le chocolat pourrait jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Derrière ces bienfaits se cachent des substances au nom barbare : les polyphénols !

Le chocolat noir est riche en flavonoïdes, des antioxydants que l’on trouve en quantité dans le cacao. Or un nombre croissant d’études montrent que l’ingestion d’aliments riches en flavonoïdes a des effets bénéfiques sur la santé cardiovasculaire. Les chercheurs attribuent ce bienfait apparent au fait qu'une tablette de chocolat de quatre grammes contient approximativement autant de phénols, un antioxydant, qu'un verre de vin rouge. Les antioxydants protégeraient l'organisme contre le cancer, les maladies cardiovasculaires et même les ravages du vieillissement.

De plus, il a été montré que la consommation d’aliments riches en polyphénols augmentait la capacité antioxydante du plasma sanguin. Ils empêcheraient alors l’oxydation des lipoprotéines de faible densité (LDL). Or c’est ce processus qui est à l’origine de l’athérosclérose. Mais d’autres mécanismes pourraient expliquer leurs actions dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Ainsi, ils inhibent l’agrégation des plaquettes, diminuant ainsi le risque de thrombose. Ils réduisent également la tension artérielle. Les polyphénols interviennent également dans d’autres maladies dégénératives tels les cancers, l ’ostéoporose…

Riche en magnésium :

Le magnésium contribue au fonctionnement musculaire (contre les crampes), à la sensation de détente et de relaxation de l’organisme (idéal pour combattre le stress) et permet de lutter contre la fatigue. Dernière chose le magnésium peut avoir un effet laxatif (très important chez les nourrissons et les enfants mais moins flagrant chez les adultes).

Une carence en magnésium entraîne chez beaucoup : fatigue, stress, anxiété, palpitations, troubles du sommeil...alors surveillez votre alimentation !

Le chocolat : une drogue et sa dépendance :

La dépendance au chocolat semble essentiellement concerner certaines femmes, qui en mangent de grandes quantités, notamment avant leurs règles. Le portrait type du - ou de la - « chocolatomane », qui consomme quotidiennement entre 100 et 500 grammes, voire plus, de chocolat depuis plusieurs années est celui d'un individu dont le degré d'activité physique et psychique est élevé, sportif, joueur, travailleur, manifestant un professionnalisme intense, veillant tard, lisant beaucoup, consommant du tabac et dépourvu d'anxiété. On ne mentionne ni insomnies, ni agitation psychomotrice, ni même prise de poids. En revanche, l'arrêt brutal de la consommation de chocolat déclenche une réaction d'angoisse. Les résultats scientifiques semblent donc bien accréditer l'hypothèse selon laquelle la chocolatomanie constituerait une manière de toxicomanie douce.

Certes, une étude faite à l'institut des neurosciences de San Diego, en Californie, a montré que le chocolat contient une substance (l'anandamide) qui provoque des effets comparables à ceux que produit la marijuana. Mais seule une consommation gargantuesque (12 kg par jour!) est susceptible d'engendrer des effets durables et une réelle dépendance.............. donc, comme vous avez peu de risques d’arriver aux 12 kg fatidiques par jour, ne vous privez pas : mangez du chocolat pour votre santé !

Posté par brico-guyloup à 04:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

1er avril ? sans blague !!

Un poisson d’avril est une plaisanterie, voire un canular, que l’on fait le 1er avril à ses connaissances ou à ses amis. Il est aussi de coutume de faire des canulars dans les médias, aussi bien presse écrite, radio, télévision que sur Internet.

Cette tradition trouverait son origine en France, en 1564, quand le roi de France Charles IX décida, par l’Édit de Roussillon, que l’année débuterait désormais le 1er janvier, marque du rallongement des journées, au lieu de fin mars, arrivée du printemps ; il semble que beaucoup de personnes eurent des difficultés à s'adapter au nouveau calendrier, et d'autres n'étaient simplement pas au courant du changement et ils continuèrent à célébrer le 1er avril selon l'ancienne tradition.

Pour se moquer d'eux, certains profitèrent de l’occasion pour leur remettre de faux cadeaux et leur jouer des tours.

Or, du fait que le 1er avril était le jour où la pêche devenait interdite afin de respecter la période de reproduction, pour faire une farce aux pêcheurs qui se morfondaient de ne plus pouvoir aller pêcher, on leur offrait un faux poisson.

Ainsi naquit le fameux poisson d’avril, le jour des fous, le jour de ceux qui n’acceptent pas la réalité ou la voient autrement.

Par ailleurs, en France, au 19e et début du 20e siècle, on s’envoyait de jolies cartes postales “porte-bonheur” toutes ornées d’un poisson d’avril.

En voici quelques exemples :

16 547MiscApril1 367363098_c01c53b269 2086880702_c4ffbdfa74

2026576865.2 aprilfish4567

AprilFish1_boy april-fools-fish April-Fools-vintage-Image-Graphics-Fairy happy-april-fish-day--large-msg-117540742846 fish_0012 il_fullxfull.320082883 img269 JohL-MagicalVintage-PremierAvril5 scan0032

APRIL 05 April Fish 12_0001 copy

et.... dans un autre style :

vintage-big-fish-caught Rire

mais voyez-vous, mon souhait, pour ce premier avril 2013, je voudrais que ce soit une réalité et non plus une blague, ce serait, comme dans l'image ci-dessous, un monde où les gros arrêteraient de vivre des petits et se mettraient à les aimer au lieu de les exploiter  :

april_fish_by_yumi_peche

Bon premier avril !

Posté par brico-guyloup à 04:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2013

Les stabilisateurs et modes de fixation du tissu

Ayant reçu une nouvelle fois une demande d'information sur les stabilisateurs que j'utilise et la manière dont je fixe le tissu dans le cadre, je préfère donner une bonne fois les indications suivantes qui pourront sans doute renseigner de futures visiteuses ; voici donc quelques informations et idées d'économies, notamment sur les stabilisateurs que j'utilise, après de nombreux essais divers :

1 - un stabilisateur non tissé moyen, qui va sur tous les types de tissus de moyen à épais ; il n'est pas cher (je dois payer quelque chose comme 2,99 $ le mètre en 1,60m de large) ; je l'achète au mètre au rayon des entoilage de tissu pour la couture à Club-Tissu ; attention si vous en achetez au mètre, il faut le rapporter roulé, ne pas le plier, car il forme des rigoles au niveau des pliures et les défauts se voient à la broderie. C'est aussi celui que j'utilise pour les écussons ; au travers des divers témoignages de déception que j'ai eu de brodeuses, je n'ai même pas essayé le "spécial écusson".

2 - un déchirable moyen-fin qui va sur tous les tissus de moyen à fins ; Économie : on déchire délicatement autour de la broderie pour récupérer les parties intactes, et on les coud ensemble pour refaire des grands morceaux de stabilisateurs (ce qui n'est pas faisable sur celui de la ligne précédente car il est un peu trop épais quand on le double)....

3 - un spécial FSL (free standing lace) hydro-fusible pour la dentelle ; attention, prendre de la qualité, ceux qui donnent l'aspect d'une sorte de gaze à pansement raide, les autres moins chers sont de la m.... vous allez le regretter quand vous allez tenter de le faire fondre sous l'eau. Économie : on peut récupérer les parties intactes, et les recoller ensemble en les humectant pour refaire des grands morceaux de stabilisateurs.

4 - un hydro-soluble que je mets par dessus pour broder sur du tissu éponge ou des tissus mous.... Économie : quand je le peux, je le remplace simplement par du film alimentaire ! ça se déchire très bien, ça ne se voit pas sous la broderie et ça coûte beaucoup moins cher !

C'est tout ce que j'ai conservé après avoir essayé pas mal de stabilisateurs.

Par contre, j'utilise presque systématiquement la touche "fix" de ma Husqvarna Topaz, elle fait un bâti automatique très facile à retirer tout autour de la broderie ; auparavant, avec ma Brother qui n'avait pas cette fonction, j'épinglais le tissu très près du cadre avec des longues épingles à tête minuscules, puis je retendais un coup de plus le tissu (je tire et je visse très fort dans le cadre, le tissu ne bouge vraiment plus ! j'ai même cassé une vis d'un cadre Brother un jour !).

Pour les tissus mous, genre soie, jersey ou tee-shirts, je brode hors cadre, fixé sur du déchirable (qui lui est dans le cadre, bien sur) avec un coup de spray d'adhésif temporaire + stabilisateur du point 4 par dessus + fix (ou épinglage).

Pour le jersey, si il est très ferme, une aiguille de couture à jersey est intéressante (bout arrondi) pour ne pas le marquer.

Par ailleurs, je voudrais signaler à celles d'entre vous qui utilisent le terme "viseline" qu'il n'est pas approprié ; le vrai nom est VLIESELINE , voir ici : http://www.vlieseline.de/?load=Francais et ici : http://www.spimo.com/vlieseline/ , le vrai mot à utiliser étant simplement "stabilisateur" pour la broderie, et "entoilage" pour la couture.

 

Voilà, j'espère que les prochaines visiteuses de mon blog qui auront besoin de ces renseignements n'auront désormais plus à attendre que je leur réponde (ce qui selon les jours, et la bonne volonté de mes tendinites aux bras, peut demander un petit laps de temps).

Image52

Posté par brico-guyloup à 14:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 mars 2013

Tutoriel en images : numériser avec Embird Point de Croix

J'explique régulièrement à certaines d'entre vous comment numériser un motif au point de croix pour machine à broder avec Embird à partir d'un diagramme scanné en image JPG ; ayant à nouveau une demande, j'ai décidé d'en faire un tutoriel en images et de le mettre en téléchargement sur mon blog de broderie ; si vous avez Embird point de croix, amusez-vous !

Posté par brico-guyloup à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Tutoriel en images : numériser avec Embird Point de Croix

J'explique régulièrement à certaines d'entre vous comment numériser un motif avec Embird Point de Croix, à partir d'un diagramme scanné en image JPG ; ayant à nouveau une demande, j'ai décidé d'en faire un tutoriel en images et de le mettre en téléchargement ici : tuto_PDC Amusez-vous bien !

Posté par brico-guyloup à 14:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 mars 2013

Carte postale brodée + enveloppe cousue + timbres tamponnés

Une carte d'anniversaire pour ma tante. Il s'agit d'un motif pour machine à broder que je propose sur mon blog de broderie avec un patron pour l'enveloppe ; la carte est aux dimensions standard d'une vraie carte postale (15 x 10 cm).

Les timbres sont de vieux timbres un peu modifiés (pour la légalité) puis imprimés et tamponnés avec des étampes de scrap.

Voici la carte recto-verso, sur l'enveloppe :

IMG_6554[8] IMG_6555[6]

L'enveloppe, que j'ai doublée d'un tissu, sort bizarrement bleu vif sur les photos mais en réalité est presque identique à la couleur du ruban ! je pensais ajouter un bouton pression pour la fermer, mais je n'en vois finalement pas vraiment l'utilité puisqu'elle ne passera pas directement ainsi à la poste.

IMG_6553[7] IMG_6552[6]

Posté par brico-guyloup à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Petit poussin dans son oeuf à broder (gratuit)

Comme il n'y a pas qu'à Pâques que ce motif sera utilisable, je vous ai mis 3 textes différents pour l'accompagner (convient aux cadres 10x10).ScreenShot03135

Si il vous intéresse, demandez le moi en écrivant à : brodamaryllis@gmail.com en précisant le motif "paques2013" et le format de votre machine (sans ce détail, je vous enverrai le format PES).

Posté par brico-guyloup à 04:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2013

Étoiles pique-épingles patchée

J'ai vu cette étoile sur le blog de Cathy, elle me paraissait sympa, mais comme il n'y avait pas d'explications et que je l'ai proposée en défi sur mon forum  j'ai voulu en faire un tutoriel ; je le partage aussi avec vous toutes.

IMG_6542

D'abord, le patron pour découper, un losange de 4 pouces de côté, à angle 72° ; vous pouvez le télécharger ici : patron

Vous découpez 10 morceaux d'après le patron ; une seule couleur, ou 5 couleurs, ou 10 couleurs, ça sera à votre choix personnel (moi, j'ai fait l'étoile en 5 couleurs, mais identique de chaque côté).

Vous prenez 5 de ces morceaux et vous les assemblez ainsi : Image4 avec des coutures à ¼ pouce (6 mm) du bord ; je vous conseille de ne pas coudre les 3 derniers millimètres au milieu si vous n'avez pas l'habitude de croiser des tissus, cela vous simplifiera les choses.

Pour ma part, je repasse À CHAQUE COUTURE ; ça peut paraitre beaucoup, mais je vous assure que ça aide plus qu'on ne peut l'imaginer !IMG_6527

De face, cela doit donner ceci : IMG_6528

Puis vous faites la même chose pour les 5 autres morceaux, bien sur.

Vous placez alors vos 2 étoiles l'une sur l'autre, endroit sur endroit, et vous épinglez pour les maintenir ensemble : IMG_6529

N'oubliez pas de glisser dedans un bout de ruban replié en 2 si vous voulez pouvoir l'accrocher, et cousez tout le tour de l'ensemble,  SAUF UNE DES POINTES que vous allez laisser ouverte pour retourner l'étoile et la remplir de ouatinage, ou comme moi, de chutes de tissus (on appelle ça du recyclage !), toujours à ¼ de pouce (6 mm) du bord.

IMG_6534

avant de retourner, couper les pointes de cette manière pour que la pointe des branches de l'étoile soient plus pointues et plus faciles à faire : IMG_6535

Pour terminer la mienne, j'ai cousu 3 petites perles de chaque côté Image1 mais vous pouvez aussi coudre un bouton, une fleur, une autre étoile, ou tout ce qui vous plaira Sourire

Si vous faites cette étoile, recevoir une photo de votre réalisation me ferait grand plaisir.

Posté par brico-guyloup à 23:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 mars 2013

Poubelle à chutes de tissu + tuto

Vu qu'ici la neige ne nous lâche pas depuis 1 semaine maintenant (près de 40 cm ici depuis lundi dernier), je bricole... j'avais accroché un sac pour récupérer les chutes de tissu, mais ce n'était pas pratique, j'ai donc décidé de me faire un poubelle à chutes suffisamment grande et large pour que les chutes entrent facilement dedans quand je les y lance ; la voici, et voici comment.IMG_6515

Les motifs brodés sont de ma création, il s'agit d'un "poulailler complet" que vous pouvez voir sur mon blog de broderie ici : http://brodamaryllis.canalblog.com/archives/2011/04/17/20916078.html

J'explique de manière détaillée car une amie à qui je l'ai montré tout à l'heure semblait inquiète pour en faire une à son tour, et pourtant il n'y a rien de plus simple.

Pour faire le premier côté. il faut commencer par couper 9 petits carrés de tissus différents, les miens font 4 pouces (10 cm) ; essayer de prendre des tissus d'épaisseurs similaires ou presque. Ensuite on les assemble ainsi, trois côte à côte, pour former une bande : 1ensuite on fait une autre bande de 3 carrés (en s'arrangeant pour choisir des couleurs qui ne soient pas trop proches dans ceux qui sont côte à côte pour un effet plus tranchant) ; puis une troisième bande de 3 carrés. Il reste alors à assembler les 3 bandes, l'une au dessus de l'autre : 2et voilà, on a une face de la poubelle de faite. On recommence pour les 3 autres faces.

Si vous avez bien cousu à ¼ pouce du bord (6 mm), votre panneau doit faire 11 pouces (28 cm) ; coupez 4 carrés de 11 pouces (28 cm) dans un tissu qui sera l'intérieur de la poubelle, puis 4 carrés de même taille dans du molleton ; assemblez en sandwich chaque face que vous avez cousues, 1 face + 1 molleton + 1 intérieur, et fixez avec des épingles nourrice :IMG_6496et cousez à votre goût pour fixer les 3 épaisseurs (si vous avez un pied de biche à double entrainement, ce sera plus facile) ; pour ma part, j'ai juste fait des diagonales : IMG_6499

Une fois les 4 côtés faits, il vous reste à les assembler côte à côte pour faire le tour de la poubelle : IMG_6504 cette fois, on a 6 couches à coudre, le pied double entrainement facilite vraiment le travail car les couches ne glissent pas l'une sur l'autre, mais même sans lui, on y arrive bien si les couches sont bien attachées ensemble avec des épingles nourrice.

Une fois les 4 cotés cousus ensemble, il vous reste à coudre le fond :IMG_6505

Pour ma part, j'ai ensuite (après cette photo) terminé les bords avec la surjeteuse pour que ce soit plus propre, mais bon, ce n'est qu'un intérieur de poubelle à tissu, les bords ne choqueront pas avec ce qui ira dedans.

On finit ensuite le haut avec un biais (j'ai piqué une dentelle en même temps que le retour du biais), et voilà, c'est terminé Sourire

IMG_6518

Posté par brico-guyloup à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]