Hier, mon mari et moi discutions de notre incompréhension face à la non-application de certaines lois, et je me demandais pourquoi continuer à en faire si c'est pour qu'il n'y ait aucune sanction qui suive les infractions correspondant à ces lois non respectées.

Et là, André me dit :

- Il y a un bien un juge de la cour supérieure du Québec qui a dit : "Comme on dit, toute règle est faite, comme une femme, pour être violée", alors que veux-tu après ça....!

Par chance, j'étais assise, sinon je serais tombée sur le c....

Je n'arrivais pas à le croire ; alors je suis allée faire une recherche sur Google-mon-ami-qui-me-dit-tout  (ou presque !) et j'ai effectivement trouvé des références sur cette honteuse tirade qui a bien été dite en 1989 par le juge Denys Dionne.

Vous pouvez voir ICI  un exemplaire numérisé du très sérieux journal québécois La Presse de l'époque, dont je vous mets une capture d'écran ci-dessous :

ScreenShot06967

MAIS.......... le pire ..............c'est que ce juge misogyne n'a même pas été flanqué à la porte !!

Non ! Il s'est juste engagé à ne pas siéger durant l'enquête (faite par ses pairs, et comme on le sait, les loups ne se bouffent pas entre eux).

Puis, il a continué sea carrière et il est tranquillement décédé en 2018 avec tous les honneurs "dus à son rang" (voir ICI) avec cette magnifique épitaphe sur le site officiel du barreau québécois :

C'est le 30 août 1978 qu'il est nommé juge de la Cour supérieure du Québec puis juge en chef associé 1er juillet 1992.

Il a pris sa retraite en 2001 après une carrière bien remplie.

 

Bon, vous me direz "ça s'est passé en 1989, le Québec a dû changer depuis".........

Eh bien..... pas vraiment.

POURQUOI ?

Parce que notre Premier Ministre du Québec, l'infâme François Legault (un genre mini Trump) et son parti (Coalition Avenir Québec) flirtant avec la droite très à droite, a décidé QU'IL Y AVAIT TROP DE FEMMES DANS LES CONSEILS D'ADMINISTRATION DES SOCIÉTÉS D'ÉTAT QUÉBÉCOISES !!!

Voir ICI si vous ne me croyez pas !

En effet, le gouvernement Legault a déposé mercredi un projet de loi qui exige notamment que les sociétés d’État aient des conseils d’administration en « zone paritaire ». Cette zone se situe entre 40 % et 60 % « du nombre total de femmes et d’hommes qui en sont membres ».

Les femmes actuellement en place dans les conseils d'administration auront une période de transition de deux ans pour s’adapter si le projet de loi est adopté.... autrement dit pour aller voir ailleurs.

Elle est pas belle la vie chez les machos ?

À quand la demande de retour derrière nos casseroles ?

Bonne fin de soirée...