J'espère que malgré les événements, vous gardez le moral et que vous profitez de cette période à la maison pour faire tout ce que vous rêviez de faire lorsque, chaque dimanche soir, vous râliez en disant que vous n'aimiez pas le lundi !

Et oui, c'est dans mon caractère de regarder la moitié du verre qui est encore pleine, plutôt que pleurer sur la moitié du verre qui est déjà vide. 

Donc, j'ai été fort surprise de voir certains commentaires devenir plutôt sérieux, "tristounets", pour ne pas dire carrément déprimés.... notamment quand, dans deux messages à quelques jours de distance, je vous ai tendu la perche pour délirer et écrire des bêtises dans les commentaires. 

Mais bon, chacun son caractère. Sans doute que le fait que mon mari et moi n'éprouvons pas le besoin de sortir de chez nous, sauf pour aller en balade photo, m'aide-t-il à passer "à travers" cette pandémie sans trop de problèmes.

Toutefois, je vous rappelle que se lamenter ou déprimer ne change rien à une situation, sinon l'empirer dans notre tête, et la rendre encore plus pénible.

Et surtout, je voulais simplement vous faire remarquer QU'ON EST TRÈS CHANCEUX DANS NOTRE MALHEUR...........

Qu'il ne faut pas se laisser aller à la neurasthénie au vu des informations, et devenir des isolés silencieux.

Pensez bien qu'il y a toujours eu des milliers de morts chaque jour, crise cardiaque, maladie, accidents, meurtres, etc..... là, c'est juste le nombre plus important, et se rapprochant de nous par l'intermédiaire de relations, qui nous interpelle.

Mais si on fait une proportion par rapport à la vie sur la terre, il faut être réaliste, ça fait partie du cycle de la vie.

Il faut rester objectifs et ne pas trop se laisser déprimer par ces événements, nous vivons un cycle comme il y en a déjà eu de nombreux sur la planète avec toutes les grandes épidémies depuis la nuit des temps, et IL FAUT S'ESTIMER HEUREUX DE LE VIVRE À UNE ÉPOQUE OÙ CHERCHEURS, MÉDECINS, INTERNET ET TÉLÉVISION EXISTENT, CE QUI NOUS A PERMIS DE NOUS METTRE (RELATIVEMENT) VITE À L'ABRI, ET DE "FAIRE LE GROS DOS" EN ATTENDANT "QUE ÇA SE PASSE"..... SINON, SI NOUS AVIONS ÉTÉ SIMPLEMENT 50 ANS PLUS TÔT, ÇA AURAIT FAIT DES RAVAGES COMME POUR LA GRIPPE ESPAGNOLE OU LA GRIPPE ASIATIQUE.

ALORS : ON EST TRÈS CHANCEUX DANS NOTRE MALHEUR...........

À chaque jour suffit sa peine : carpe diem. Faisons de chaque instant un instant qu'on ne regrettera pas.

Comme toujours, comme je le disais plus haut : il faut regarder la partie à moitié pleine du verre, pas la partie à moitié vide.

C'est ce qu'a fait Rebecca Rubin en allant promener son chien dans la forêt derrière la maison.

OK, heureusement qu'il y a de la mousse sur les roches (recouvrant un terrier de marmotte), parce que sinon, on manquerait cruellement de vert !

IMG_2304-1-4

IMG_2304-1

 

Rebecca a bien fait de sortir (plusieurs autres aussi, j'en ai profité en voyant un peu de soleil), parce que les 2 semaines à venir ne sont pas réjouissantes : et oui, chez nous, ce n'est pas encore le printemps, loin de là :

ScreenShot03904

J'espère que c'est mieux chez vous :-)

Bon mercredi !

♥♥♥