Alors que le Québec se targue partout  d’être un leader en matière de lutte contre les changements climatiques et de transition énergétique, et montre du doigt les autres provinces canadiennes et les autres pays, on peut se demander si il n'applique pas plutôt la politique du "faites ce que je dis, mais pas ce que je fais".

Le Québec, un exemple en matière d’action climatique ? lol ! pas vraiment…

En fait, pas du tout, à en croire l’édition 2020 du rapport /État de l’énergie au Québec/ publié vendredi dernier : http://energie.hec.ca/wp-content/uploads/2020/01/EEQ2020_WEB.pdf

En 2018, les Québécois ont consommé l’équivalent de 365 000 barils de pétrole par jour !! gloups, on n'est pourtant que 8 millions d'habitants quand même !

Les ventes totales de produits pétroliers raffinés ont progressé dans la province de Québec de 22%, et celles d’essence de 47%. 

L’objectif de la province de Québec annoncé ? réduire notre consommation de 40% d’ici 2030… hum, dans 10 ans ? ça va être sacrément dur dur !!!  2261254778

La soif de pétrole québécoise s’explique par 2 principales choses :

- l’engouement des Québécois pour les SUV (au Québec, des VUS) en est une ; ils composent maintenant 41% du parc automobile québécois, contre 25% il y a 15 ans,

- l'écrasante popularité de la voiture comme moyen de transport pour un oui ou un non (j'ai vu un reportage sur quelqu'un qui prenait sa voiture pour aller chercher le courrier à la boite à lettre, plutôt que marcher) en est une autre : entre 1990 et 2017, le nombre de voitures a augmenté trois fois plus vite que la population de la province !!!!

Et pourtant, les transports en commun existent, les voitures électriques aussi, les bornes de rechargement sont même gratuites.

Quant à Montréal, selon une étude présentée ce matin, le parc automobile de la métropole a augmenté de 15% depuis 2013, pendant que le transport en commun n’a progressé que de 4%.

Quant à la consommation de gaz naturel, comme la production non traditionnelle de gaz de schiste s’accroît en Amérique du Nord, la proportion de cette source dans le réseau québécois va en grandissant, avec tout ce que cela entraine comme désastre écologique ( https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/672277/petrole-gaz-schiste-pollution-environnement  et https://reporterre.net/L-exploitation-du-gaz-de-schiste-devaste-les-Etats-Unis ).

Bref, "à défaut d’un virage majeur, le Québec fonce dans le murconcluent les chercheurs de HEC Montréal.  

Et pendant ce temps là, juste un peu plus au sud, un abruti un peu débile, prénommé Donald T. a dit : 'Nous devons rejeter les éternels prophètes de malheur et leurs prédictions d’apocalypse", en parlant de la courageuse et visionnaire Greta Thunberg.

On n'est pas prêts de s'en sortir...

d7b99881-edd9-4e2e-b8c9-29b7470d8505_JDX-2x1_WEB

 

 

Mais pour terminer sur une note plus légère, bien qu'aussi épouvantable sur un point de vue de pollution, voici un résumé des pires embouteillages connus au monde ! 

Embouteillage à Beijing1. Beijing, août 2010

Ça dépasse l'entendement. Un embouteillage monstre sur la route qui conduit à la frontière entre la Chine et le Tibet. Imaginez : une file d'attente d'automobiles et de camions qui s'étend sur près de 100 kilomètres. Les villageois sont même allés porter eau et nourriture aux conducteurs et aux passagers. Il aura fallu quelques jours pour tout dégager ! 

 

Embouteillage à Bethel2. Bethel, août 1969

Le pire embouteillage de l'histoire des États-Unis. Durant trois jours, des automobiles immobilisées sur l'accotement et les voies de circulation, sur 32 kilomètres et des dizaines de milliers de personnes qui se faufilent entre elles, en direction de la ferme de Max Yasgur pour assister au Woodstock Music & Art Festival. Pratiquement une scène de guerre à l'époque du Peace and Love. 

 

Embouteillage à Chicago3. Chicago, février 2011

Sorties de route, accrochages, accidents majeurs, Chicago se souvient du 1er février 2011. Ce jour-là, il est tombé pas moins de 50 centimètres de neige, paralysant la ville et ses accès routiers. Une fois les précipitations terminées, il a fallu 12 heures pour dégager la voie de la neige qui s'accumulait à la hauteur des parebrises. 

 

Embouteillage en Allemagne4. Allemagne, avril 1990

La chute du mur de Berlin a entraîné une congestion monstre entre l'Allemagne de l'Est et l'Allemagne de l'Ouest, en ce week-end de Pâques. Le 12 avril, une autoroute sur laquelle circulaient quelque 500 000 véhicules par jour a été littéralement envahie par 18 millions de véhicules. Certains automobilistes ne se sont jamais rendus à destination… 

 

Embouteillage au Texas5. Texas, septembre 2005

Pas moins de 2,5 millions d'habitants de Houston ont choisi d'évacuer la ville, le 21 septembre, à l'approche de l'ouragan Rita. Résultat : un bouchon de circulation long de 100 kilomètres sur l'autoroute 45. Certains y sont demeurés prisonniers durant 48 heures. 

 

Embouteillage Paris-Lyon6. Paris-Lyon, février 1980

Ce qui fut décrit comme un des plus longs embouteillages de l'histoire de la France : un stationnement long de 175 kilomètres entre les villes de Paris et de Lyon. La cause : les vacanciers amateurs de ski qui retournaient à Paris au terme des vacances hivernales jumelées à de mauvaises conditions climatiques en région. 

 

Embouteillage à Moscou7. Moscou, novembre 2012

Neige et vent sont à l'origine d'un immense bouchon de circulation sur l'autoroute M-10, entre Moscou et Saint-Pétersbourg, le 30 novembre 2012. Certains sont restés bloqués durant trois jours. Les autorités ont même installé des tentes, sur le bas-côté de la route, pour offrir des provisions et de l'aide psychologique aux automobilistes prisonniers. 

 

Embouteillage à New York8. New York, septembre 2001

Ponts et tunnels fermés, accès en véhicule interdits sauf aux véhicules d'urgence, tous se souviennent du 11 septembre 2001 à New York. Des milliers d'automobilistes ont été pris au piège lors des attentats. 

Embouteillage de piétons à New YorkEt c'est sans compter les marcheurs qui, pour rentrer à la maison, ont envahi les ponts de la ville.

 

Embouteillage à Sao Paulo9. Sao Paulo, juin 2009

Une des villes du monde où la circulation est difficile. Selon le magazine Times, les habitants passent, en moyenne, 4 heures par jour dans les bouchons. Mais, le 10 juin 2009, la ville a enregistré un record avec un bouchon long de 292 kilomètres… Fallait être patient!

 

Embouteillage au Japon10. Japon, août 1990

Un retour de vacances difficile combiné à un ordre d'évacuation en raison d'une alerte au typhon, voilà tous les ingrédients pour un bel embouteillage entre les villes de Hyogo et Shiga, au pays du Soleil Levant. Le 12 août 1990, plus de 15 000 véhicules ont été abandonnés, causant un bouchon de circulation long de 143 kilomètres.

Et dire que certains pestent pour un retard de… 30 minutes !! (source : https://www.canald.com/decouvertes/tops/le-top-des-embouteillages-1.1440993 )

Bon mercredi :-)

♥♥♥